L’héritage d’un inconnu ! – 2/11

Chapitre II

Arrivé dans son gîte, Nestor Boyaux s’empressa d’étaler les papiers sur sa table.

Sa vue fut tout d’abord attirée par le contenu du portefeuille qui lui révéla l’identité du mort. Ensuite, une photographie de jeune fille d’une quinzaine d’années attisa sa curiosité. Cette photographie devait avoir été découpée dans les journaux.

Sous la photo, Nestor pouvait lire ces mots :
– « Mademoiselle Lucie Grahm, fille de monsieur Lucas Grahm décédé, et de madame Anna Grahm, qui a été reçu avec « mention très bien » à son baccalauréat. »
Nestor mit la photographie de côté.
Soudain il s’aperçut qu’il y avait quelque chose d’écrit au dos de cette photo. Il lut :
– « Ma fille ! »
Que voulait dire ceci ?
Un mystère ?
Quel rapport avait donc cet homme avec ce Lucas Grahm ?
Nestor prit une autre feuille.
C’était une simple feuille dactylographiée.
Dans le haut, il y avait l’entête de l’un des plus gros cabinet de notaires de Versailles.

C’était écrit :
« À monsieur Luc Harne : 
 Ci-inclus le parchemin dont vous avez hérité à la mort de votre père. À ce qu’il paraît, ce parchemin vaut beaucoup d’argent. Il s’agit d’en découvrir la signification et de vous rendre au domaine de votre père à Rochefort-en-Yvelines pour avoir votre héritage. »
Et c’était signé :
Bertrand du Mesnil du Buisson, notaire. »
Attaché à la feuille, il y avait un morceau de parchemin.
Ce parchemin était couvert de chiffres.

Il restait une enveloppe.
L’enveloppe était cachetée et sur cette enveloppe on pouvait lire en caractère grossier :

 « À remettre à Madame Anna Grahm, ainsi que tous les papiers contenus dans mon sac, en cas de mort subite. »

La décision de Nestor Boyaux fut vite prise.
Ce n’était pas à lui à déchiffrer ce mystère.
Il devait remettre tous les papiers à cette dame Grahm.
Le lendemain matin, il était à peine 05h30 quand Nestor téléphona à ses amis de Paris.
– « Je dois retourner à Paris. »
– « Ah ! »
– « Mais venez quand même. »
– « Mais tu ne seras pas là. »
– « Je laisserai la clef chez le plus proche voisin.
– « O.K. »
Et Nestor raccrocha.
Soudain son regard se porta vers la fenêtre.
Il venait d’apercevoir une ombre.

– « Ai-je rêvé ? »
Il ouvrit la fenêtre et regarda au dehors.
Il ne voyait personne.
Nestor prépara ses affaires. Il savait qu’il y avait un RER à 06h24 heures pour la capitale.
Il sortit et alla remettre sa clef à son voisin.
Puis il se dirigea lentement vers la gare de Saint-Rémy-Les-Chevreuses.
À deux reprises, il se retourna.
À deux reprises, il avait eu l’impression d’être suivi.
Mais il n’avait rien vu.
– « Ceux qui ont attaqué ce pauvre homme voulaient probablement lui voler ses papiers. S’ils ont tué un homme, ils ne reculeront devant rien.
Nestor était arrivé à la gare.
Il acheta son billet pour Saint-Michel/Notre Dame, puis se posta près du guichet.
Seulement six personnes achetèrent des billets.
Nestor retint leur physionomie.
Deux femmes et quatre hommes.
Deux des quatre hommes pouvaient être les meurtriers …
Le RER B entra en gare.

Nestor monta dans la rame derrière les deux femmes.
Il alla s’asseoir sur le dernier banc du wagon.
Il s’était placé de manière à apercevoir toute personne qui entrait dans le compartiment.
Dans ce même compartiment, il y avait un groupe de travailleurs, deux femmes et une jeune fille.
Soudain Nestor sursauta.
L’un des quatre hommes qui avaient acheté leur billet à la gare de Saint-Rémy-Les-Chevreuses venait de regarder au travers de la portière et avait aussitôt rebroussé chemin.
Mais Nestor avait bien reconnu le personnage.
Alors il se leva aussitôt et s’avança vers l’avant du wagon d’où il pouvait apercevoir l’homme. Ce dernier discutait justement avec un autre homme.
Nestor rebroussa chemin et vint se rasseoir à sa place.
Maintenant il connaissait le visage de ses ennemis, maintenant.
Mais pouvait-il les faire coffrer en arrivant à Paris ?
Impossible. Il n’avait aucune preuve.
Le reste du voyage se passa sans autre incident.
Nestor arriva au centre de la capitale 45 minutes plus tard.

– « Il s’agit maintenant de semer mes poursuivants. »
Il savait ce qu’il fallait faire.
Il monta directement dans un taxi et se fit conduire chez lui.
De loin, il aperçut une autre voiture qui roulait lentement.
Nestor monta vivement à son appartement.
Il n’y resta que deux minutes.
Il en ressortit par la porte arrière qui donnait sur l’escalier de service.
Il arriva dans la ruelle et rejoignit la rue transversale.
Il sauta dans un autre taxi.
Il donna l’adresse de madame Anna Grahm.
Nestor sourit :
– « Mes deux gars doivent encore m’attendre à la porte de mon appartement. »
Mais que lui apprendrait cette dame Grahm ?

Lui donnera-t-elle des informations qui pourront éclairer sa lanterne sur cette mystérieuse affaire ?

A SUIVRE


c

Auteur : ZAZA-RAMBETTE

Une bête à corne née un 13 AVRIL 1952 Maman et Mère-Grand...! Vous trouverez ici : humour de bon matin, sagas historiques sur ma Bretagne, des contes et légendes, des nouvelles et poèmes, de très belles photographies de paysages et d’animaux, de la musique (une petite préférence pour la musique celte), des articles culturels, et de temps en temps quelques coups de gueules...! Tous droits réservés ©

23 réflexions sur « L’héritage d’un inconnu ! – 2/11 »

  1. Anna Grahm, j’adore!!!
    Les noms de tes personnages sont vraiment supers, je te l’ai déjà dit mais je persiste!!!
    On aime bien se promener à Saint-Rémy les Chevreuse avec Christophe, quand le RER B fonctionne lol… Déjà, on doit prendre notre RER D pour aller chopper le B et c’est parfois épique. Parfois on voit le train Zébulon… :)
    Hâte de lire la rencontre entre Nestor et la dame Grahm, tu allèches nos neurones ma Zaza, merci à toi
    Gros bisous sans oublier ton cher et tendre
    Cendrine

  2. Ah, bien contente de reprendre la suite de l’histoire qui se précise !
    Bon jeudi, toujours dans la grisaille après un peu de soleil hier matin.
    Bisoux, ma zaza ♥

  3. Bonjour Zaza.
    J’ai mis mon blog en pause pour les fêtes de fin d’année, suite au décès de ma Maman le 18 Décembre. Merci pour ta pensée.
    Mais je ne pouvais pas commencer cette nouvelle année sans te souhaiter une très bonne année 2019 et surtout une bonne santé, ainsi qu’à tes proches.
    Bisous de nous deux.

  4. Zut! je viens de rater encore quelque chose mais on ne peut pas être partout et c’est vraiment dommage. Va falloir que je remonte le temps.. Toujours aussi agréable que de te lire, ma chère Zaza. Excellente et douce année pour toi et tes proches et meilleure santé, c’est ce qui compte le plus. Gros bisous, ma douce, et à bientôt de te lire

  5. Coucou Zaza
    Il paraît que les pousses de fougères sont consommables et bonne pour la santé peux-tu me dire que tu connais… si non pas grave.
    passe une belle soirée
    bisous mon amie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

wp-puzzle.com logo

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.