Le Caïrn de Barnenez – 2/2 … !!!

Le grand cairn de Barnenez (2ème partie)Fin

Le grand cairn de Barnenez (2ème partie)Le Cairn secondaire

4 – Le cairn secondaire s’appuie contre l’extrémité occidentale du cairn primaire. Il en prolonge la forme et abrite six autres tombes.

Le grand cairn de Barnenez (2ème partie)Sans doute réalisées quelques siècles plus tard, ce cairn est environ deux fois plus important en volume que le précédent.

Le grand cairn de Barnenez (2ème partie)

Une telle extension n’avait peut-être pas été envisagée au départ, car elle occupe un terrain en pente de plus en plus forte vers la bais de Morlaix.

Le grand cairn de Barnenez (2ème partie)Le grand cairn de Barnenez (2ème partie)

Les bâtisseurs ont perçu le problème de la stabilité posé par cette implantation, et y ont répondu en maîtrisant les poussées internes dans la masse des pierres.

Les moellons utilisés ici, presque tous en granit,

Le grand cairn de Barnenez (2ème partie)

viennent du gisement de l’île Sterec, un kilomètre plus au nord, tout comme la majorité des grandes dalles.

5 – La façade, très légèrement concave, ménage une sorte de parvis rudimentaire, d’où l’on peut voir toutes les entrées de sépultures.

Le grand cairn de Barnenez (2ème partie)Le grand cairn de Barnenez (2ème partie)6 – Les tombes à couloir, comme celles du cairn primaire, ne sont pas accessibles à la visite pour des raisons de sécurité.

Le grand cairn de Barnenez (2ème partie)Les couloirs varient de 5 à 14 mètres de longueur et donnent accès à des espaces relativement étroits, de forme polygonale ou circulaire : les chambres.

Le grand cairn de Barnenez (2ème partie) Le grand cairn de Barnenez (2ème partie)Le grand cairn de Barnenez (2ème partie)Les parois des couloirs et des chambres sont constitués de pierres sèches, (pierres posées les unes sur les autres sans mortier), complétées par des dalles verticales. La plupart des tombes révèlent la maîtrise d’une technique étonnante, dite de « fausse coupole »,

Le grand cairn de Barnenez (2ème partie)qui permettait, avec de simples pierres plates, de réaliser des couvertures d’une stabilité remarquable.

Plusieurs des chambres ainsi voûtées il y a plus de 6000 ans étaient encore intactes lors de leur découverte.

7 – La carrière.

L’arrêt brusque de la démolition du cairn, grâce à des mesures de prévention, permet de découvrir aujourd’hui sur sa façade nord, une « coupe » complète des chambres juxtaposées, montrant aussi comment la plupart des dolmens, aujourd’hui à l’ai libre, se trouvaient à l’origine au cœur d’une architecture monumentale.

Le grand cairn de Barnenez (2ème partie)L’art mégalithique (du grec « méga »(grand) et « litho » (pierre). Il s’agit donc d’une grosse pierre).

Des images symboliques

En Bretagne, se trouve l’une des trois ou quatre principales concentrations de monument mégalithiques ornés. La phrase ancienne de cet art s’exprime surtout dans le Morbihan. Mais Barnenez en offre aussi un bel ensemble avec plusieurs dalles ornées.

Tous ces décors sont chargés de valeurs symboliques, dont on est parvenu à retracer les grandes lignes.

La « hache »,

Le grand cairn de Barnenez (2ème partie)par exemple apparaît, à une exception près, uniquement par sa lame en triangle, ce qui montre bien qu’il s’agit d’évoquer un symbole, sans doute de puissance destructrice et de maîtrise du monde végétal, plutôt que de figurer comme outil.

Principaux motifs

L’ « idole à chevelure rayonnante »

Le grand cairn de Barnenez (2ème partie)serait l’évocation symbolique d’une grande déesse, maîtresse de la fécondité et de la mort.

Le « signe en U » ou « corniformes »

Le grand cairn de Barnenez (2ème partie)schématiserait une encornure de bovidé, emblématique d’une divinité taurine.

Les « zigzags »

Le grand cairn de Barnenez (2ème partie)ont été interprétés comme une évocation de l’eau (culte de la fécondité) ou comme celle d’un serpent, animal à la symbolique complexe.

Un « arc » apparaît aussi.

Le grand cairn de Barnenez (2ème partie)Ce signe peu courant peut représenter une arme de chasse, ou, compte-tenu de sa position à l’entrée de la chambre, un signal de mise en garde contre toute intrusion dans ce qui pourrait être le Saint des Saints du monument.

 

Auteur : ZAZA-RAMBETTE

Une bête à corne née un 13 AVRIL 1952 Maman et Mère-Grand...! Vous trouverez ici : humour de bon matin, sagas historiques sur ma Bretagne, des contes et légendes, des nouvelles et poèmes, de très belles photographies de paysages et d’animaux, de la musique (une petite préférence pour la musique celte), des articles culturels, et de temps en temps quelques coups de gueules...! Tous droits réservés ©

36 réflexions sur « Le Caïrn de Barnenez – 2/2 … !!! »

  1. Très subtile architecture, séduisante complexité et puissance magique de ces ornements qui content les rapports entre l’humanité et les forces du sol, du ciel, des éléments… je sais pourquoi j’aime autant… Merci beaucoup pour cette visite, je suis charmée!
    gros bisous tendresse ma Zaza
    belle journée, sous l’obédience de la Déesse…
    Cendrine

  2. Sacrés techniciens à l’époque pour réaliser un tel édifice !
    Les motifs symboliques retrouvés en Bretagne ressemblent énormément aux gravures que l’on observe dans la vallée des merveilles dans le Mercantour, c’est assez incroyable!
    Merci pour ton reportage.
    Très belle journée, bises

  3. Bonjour Zaza
    Je viens te faire un énorme bisou….et te remercier pour ces gentils mots que j’ai eu tant de plaisir à lire ! ! ! Ton article est très intéressant, chaque peuple ont eu leur façon propre d’honorer leurs morts !
    Je te souhaite beaucoup de belles choses durant cette journée…
    Bisous et amitié

  4. Merci Zaza, pour la passionnante visite de ces deux cairns, on se demande comment les hommes ont pu bouger tous ces gros cailloux avec leurs modestes moyens de l’époque ?
    Bises et belle journée

  5. Bonjour
    très instructif ce reportage . Je connaissais les cairns petit tas de pierres fait par les touristes sur certaines plages comme la torche en Bretagne
    Bonne journée
    François

  6. Coucou Zaza,
    Alors là, je ne sortirai pas d’ici idiot, c’est certain ! Je connaissais vaguement, de nom, mais j’avoue n’avoir jamais fouillé pour mieux comprendre, et là, je reste ébahi devant ces édifices monumentaux. Et quel mystère ! Comment donc ceux qui les ont bâtis s’y sont pris, sans les grues, sans les engins de levage dont nous disposons de nos jours ? Merci, ce fut très intéressant. Bises.
    Fabrice

  7. Ils n’avaient pas besoin de matériel performant, les anciens, pour construire des monuments extraordinaires . C’est superbe; j’aime bien les dessins rudimentaires . Bonne soirée

  8. Des monuments dont on est loin d’avoir percé les secrets… ces traces de polychromie ouvrent de nouvelles perspectives d’études….passionnant !
    bonne soirée

  9. Bonjour Zaza
    Impressionnantes ces constructions !
    et impressionnant aussi ton billet tant il est bien expliqué et complet, bravo pour tes recherches
    Merci pour ton partage
    Bises, bonne soirée

  10. NON POUR LE DEFI 56 C’EST UNE ERREUR
    Je fais mes défis en avance ainsi que l’atelier
    pour avoir plus de temps car au mois de mars beaucoup de rv donc cela m’avancej’avais oublié de programmer
    j’ai rectifier……….
    Désolée Zaza

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

wp-puzzle.com logo

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.