« La lumière et l’obscurité », chez les Croqueurs de mots … !!!

poésie des croqueurs de mots

Jeanne Fadosi reprend la barre pour cette quinzaine chez les Croqueurs de Mots. Voici ce qu’elle nous dit : ICI

Le thème de ce second jeudi de poésie est :

« La lumière et l’obscurité »

De la lumière !

Goethe à 79 ans par Joseph Karl Stieler en 1828Goethe à 79 ans par Joseph Karl Stieler en 1828.

Mehr Licht ! mehr Licht !
(Dernières paroles de Goethe.)

Quand le vieux Goethe un jour cria : « De la lumière ! »
Contre l’obscurité luttant avec effort,
Ah ! Lui du moins déjà sentait sur sa paupière
Peser le voile de la mort.

Nous, pour le proférer ce même cri terrible,
Nous avons devancé les affres du trépas ;
Notre œil perçoit encore, oui ! Mais, supplice horrible !
C’est notre esprit qui ne voit pas.

Il tâtonne au hasard depuis des jours sans nombre,
A chaque pas qu’il fait forcé de s’arrêter ;
Et, bien loin de percer cet épais réseau d’ombre,
Il peut à peine l’écarter.

Parfois son désespoir confine à la démence.
Il s’agite, il s’égare au sein de l’Inconnu,
Tout prêt à se jeter, dans son angoisse immense,
Sur le premier flambeau venu.

La Foi lui tend le sien en lui disant : « J’éclaire !
Tu trouveras en moi la fin de tes tourments. »
Mais lui, la repoussant du geste avec colère,
A déjà répondu : « Tu mens ! »

« Ton prétendu flambeau n’a jamais sur la terre
Apporté qu’un surcroît d’ombre et de cécité ;
Mais réponds-nous d’abord : est-ce avec ton mystère
Que tu feras de la clarté ? »

La Science à son tour s’avance et nous appelle.
Ce ne sont entre nous que veilles et labeurs.
Eh bien ! Tous nos efforts à sa torche immortelle
N’ont arraché que les lueurs.

Sans doute elle a rendu nos ombres moins funèbres ;
Un peu de jour s’est fait où ses rayons portaient ;
Mais son pouvoir ne va qu’à chasser des ténèbres
Les fantômes qui les hantaient.

Et l’homme est là, devant une obscurité vide,
Sans guide désormais, et tout au désespoir
De n’avoir pu forcer, en sa poursuite avide,
L’Invisible à se laisser voir.

Rien ne le guérira du mal qui le possède ;
Dans son âme et son sang il est enraciné,
Et le rêve divin de la lumière obsède
A jamais cet aveugle-né.

Qu’on ne lui parle pas de quitter sa torture.
S’il en souffre, il en vit ; c’est là son élément ;
Et vous n’obtiendrez pas de cette créature
Qu’elle renonce à son tourment.

De la lumière donc ! Bien que ce mot n’exprime
Qu’un désir sans espoir qui va s’exaspérant.
A force d’être en vain poussé, ce cri sublime
Devient de plus en plus navrant.

Et, quand il s’éteindra, le vieux Soleil lui-même
Frissonnera d’horreur dans son obscurité,
En l’entendant sortir, comme un adieu suprême,
Des lèvres de l’Humanité.

Louise Ackermann (1813-1890) – Poésies Philosophiques 1874

louise ackermann poésies philosophiques

Ces poésies philosophiques ont été écrite lors de la dernière partie de sa vie. Elles retiennent l’attention des critiques littéraires. Ces poèmes sont marqués par un certain pessimisme romantique, peut-être réminiscence de son aventure allemande, et par un élan de révolte contre la souffrance humaine puisant dans la foi en l’esprit humain et en son indépendance. La puissance de ses vers se concentre sur la condition et acceptation de la condition humaine, refusant toute prétention religieuse et scientifique de connaissance de la Vérité.

 

Auteur : ZAZA-RAMBETTE

Une bête à corne née un 13 AVRIL 1952 Maman et Mère-Grand...! Vous trouverez ici : humour de bon matin, sagas historiques sur ma Bretagne, des contes et légendes, des nouvelles et poèmes, de très belles photographies de paysages et d’animaux, de la musique (une petite préférence pour la musique celte), des articles culturels, et de temps en temps quelques coups de gueules...! Tous droits réservés ©

16 réflexions sur « « La lumière et l’obscurité », chez les Croqueurs de mots … !!! »

  1. Bonjour Zaza, nous ne sommes pas ici pour rester et un jour il faudra bien se confronter à la mort… inconnue de nous, sachant juste qu’une fois paupières closes il ne nous restera que la nuit à l’infini, ou le paradis, selon que… j’aime, tout comme ce beau portrait de Goethe, merci, bises

  2. Et bien il fallait le trouver ce poème en écho au thème … et quand nous fermerons les yeux le plus tard possible j’espère pouvoir dire comme mon papa m’a dit récemment j’ai eu une belle vie! Bisous profitons de cette journée qui s’annonce belle

  3. J’avais lu chez Jazzy… mais vous avez eu toutes les deux une bonne idée. :)
    Merci pour ce poème.
    Bisous et douce journée.

  4. beau portrait de Goethe, la foi, je ne l’ai pas, ça ne me derange pas, la mort, c’est la loi, il faut partir un jour , je ne m’y prepare pas, ça viendra bien tout seul ! porte toi bien chere Zaza, bonne journée, bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

wp-puzzle.com logo

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.