La Jeanne … !!!

Il était une fois une jeune fille, âgée de 14 ans, toujours l’âge ingrat !

Toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite !

Elle venait de se disputer avec sa mère et son père au sujet du bois à rentrer.

Cette famille vivait en effet dans la forêt domaniale d’Huelgoat, (vous savez, dans la 6ème circonscription du Finistère dont on parle beaucoup ce moment …), à des kilomètres et des kilomètres du reste du monde et son activité principal était de fournir le bois nécessaire au reste du monde. Les arbres étaient donc abattus par le père, coupés en planches ou rondins par la mère et la jeune fille était chargée de le rentrer dans l’énorme camion que le père menait par la suite, à des kilomètres et des kilomètres de là, vers l’orée du bois.

Ce matin-là, la jeune fille s’est plainte à son père :

– « Pourquoi le reste du monde ne viendrait pas prendre son bois lui-même ? J’en ai marre, j’arrête. Débrouillez-vous sans moi, je pars. »
– « Et où penses-tu aller ? Tu ne connais rien de ce bois à part cette clairière, et le reste du monde se trouve à des kilomètres et des kilomètres d’ici. Et puis il ne t’attend pas, alors tu restes là et tu rentres le bois, un point c’est tout ! »
– « Non, je pars, je vais dire au reste du monde qu’il n’a qu’à venir chercher son bois s’il le veut. »
– « Et bien vas, tu ne connais pas le chemin et je te vois déjà revenir dans peu de temps. »
– « Le chemin en passant sur le petit pont ! J’irais tout droit, tout simplement. »

Alors intervient la mère :

– « Penses-tu ma fille ! La forêt est pleine de danger, seul ton père connaît le chemin qui permet d’arriver sain et sauf à des kilomètres. »
– « Et des kilomètres de là, oui je sais ! Eh bien, je préfère périr et avoir vu plus loin que cette clairière que de rester là à m’exténuer à un travail absurde jusqu’à ce que j’en crève. »

La dessus, la fille rentra dans la chaumière, se fît deux sandwichs au jambon, pris deux pommes et une bouteille de « gwin ruz » (vin rouge) choisit avec précaution dans la cave de son père, (au cas où elle  aurait un coup de blues), une robe de sa mère qu’elle raccourcie et ajusta à sa taille (on ne sait jamais, j’ai dans l’idée de faire intervenir un beau prince charmant, il faut qu’elle soit présentable), plus deux trois bricoles, boucla son sac et partit.

La forêt est bien dégagée autour de la clairière, le père ayant abattu un arbre sur deux dans les environs. La jeune fille s’avance donc dans la forêt sans aucune crainte, le pas vif, tranquille, heureuse. Il n’y a vraiment pas de quoi en faire un fromage se pensa-t-elle dans son for intérieur !

La jeune fille est plutôt mignonne, des yeux d’un gris, très gris qui n’ont rien d’ordinaire, des cheveux longs et châtains, une mèche relevée par un bandeau, des traits fins, un petit nez à la retrousse, une bouche bien rouge, une silhouette qui lui promet un corps splendide lorsqu’elle atteindra ses 17-18 ans.

La voilà donc qui s’avance fièrement au fin fond de la forêt,  faisant des bulles avec son chewing-gum.

Elle rencontre alors le lapin.

– « Salut toi ! Tu ne saurais pas où se trouve le reste du monde parce que là, j’suis plutôt paumée grave. C’est vraiment la galère ! »
– « Ben, t’es pas encore arrivée, t’en a pour une bonne semaine, je serais toi, j’irais par-là, à gauche. Il y a un château où le prince charmant habite. J’crois qu’il fait une fête ce soir, c’est tout public, alcool à volonté, d’la bonne musique, t’as qu’à y passer la nuit, on pourra sûrement t’indiquer la meilleure route à prendre… »
– « Houai, cool ! Merci du conseil, à plus. »
– « Bye. »

  • La jeune va-t-elle rencontrer le prince charmant ?
  • Va-t-elle se prendre une cuite mortelle et se faire ramener par la peau des fesses par son père ?
  • Le reste du monde est-il vraiment aussi loin que ça, à des kilomètres et des kilomètres de là ?

… Et pour s’y rendre la jeune Jeanneton, piqua un scooter « Vespa » qu’un chevalier avait laissé sans surveillance pour aller soulager un besoin naturel derrière un bosquet. Ce qui fait que dix-sept minutes et quarante-trois secondes plus tard, elle se retrouvait devant le pont-levis du château. Deux gardes étaient occupés à accrocher au dit pont-levis une méga banderole sur laquelle la belle Jeanne pouvait lire:

« Bal d’hasard »

– « Oyez, oyez, braves gens » cria-t-elle aux deux gens d’armes.
– « Bien le bonjour gamine, qu’est ce qui t’amène donc en ce lieu ? »
– « Je suis à la recherche du reste du monde et on m’a dit qu’il y a une fête ce soir au château où l’on pourrait me rencarder. »
– « Ah ben toi, on peut dire que tu tombes bien fillette, il parait qu’on attend à peu près tout le monde pour ce soir, comme cela t’auras même pas à te déplacer. »

Derrière le château, il y avait une petite dépendance, et histoire de se faire la plus belle pour aller danser, la petite Jeanneton passa dans ce lieu, (normal vu que c’était un hôtel de passe).

Elle en profita pour prendre un bain et mettre sa plus belle robe, ce qui vu son jeune âge et son manque d’expérience à se préparer pour aller à un bal, ne lui prit que deux heures vingt-huit minutes et quarante-cinq secondes (je sais que les dames apprécieront la performance).

Si bien que le bal n’était commencé que depuis une petite heure quand elle y fit une irruption aussi remarquée qu’une crotte de mouche sur la face cachée d’une bûche calcinée.

Ah ça, pour y en avoir du monde, il y en avait du monde. Jeanneton eu un mal fou à accéder au buffet de gourmandises. Enfin elle réussit quand même à s’emparer de l’un des derniers cornichons qui restaient. Par conte elle s’apprêtait à finir son sixième punch quand tout à coup la musique s’arrêta !

Le prince, à priori charmant, genre 1m90 pour 85 kilos de muscles, les yeux bleus, l’allure haute et la tête bien pleine se présentait devant l’assistance.

Jeanneton cru défaillir, les yeux de Mel Gibson, deux doigts de Tom Cruise et un zeste de Brad Pitt avec un arrière-goût de Sean Connery sur le retour. (Bon j’arrête la description, sinon toutes les personnes du beau sexe qui me font le plaisir de lire cette histoire, risquent de s’évanouir et de manquer la fin !)

Toujours est-il que le prince Richard, libre comme l’air et divorcé, (eh oui, je n’y peux rien), c’est son prénom ! Non mais qu’est-ce que vous croyez, personne n’est parfait. Le prince Richard, disais-je donc, nous la joue grand seigneur et annonce à l’assistance publique ici réunie, qu’il a fait un songe dans lequel il était supposé trouver une chaussure en verre à l’issue du bal et que cette chaussure appartiendrait à l’amour de sa vie. Mais comme il n’était pas du genre patient, il a décidé de confectionner lui-même une paire de brodequins, semelle en bois et lanières en cuir dans l’après-midi. A moins que ce ne soit une paire d’escarpin, (enfin quoi, une paire de pompes pour filles), vous voyez ce que je veux dire !

Il demanda donc à toutes jeunes filles de plus de douze ans de se déchausser le pied gauche. Et je vous le donne en mille, ce qui devait arriver arrivera ! Elles furent trois à pouvoir enfiler la dite chaussure. Mais je vous rassure dans les trois, nous retrouvons la petite Jeanneton ! Si … si, je vous l’assure ! Mais puisque j’vous le dis, vous pouvez me croire; si vous ne me croyez pas, l’histoire elle s’arrête là, hein … !

Bon où en étais-je déjà…?

… Ah oui, Jeanneton faisait partie des trois dernières, le prince était plutôt embêté (pour ne pas employer un autre mot), mais notre charmante gamine en bonne fille de bûcheron, résolut rapidement l’affaire !

Deux gnons bien placés suivis de trois prises de judos qu’elle avait retenues de la dernière diffusion des jeux olympique à la télé. Et les deux autres prétendantes se retrouvèrent rétamées sur le tapis et déclarèrent forfait pour la suite de l’aventure. Faut dire qu’elles se prénommaient Loana et Kenza et que ce ne sont pas avec des prénoms aussi tartes qu’elles risquaient de gagner une finale un jour.

La petite Jeanneton épousa donc le bel homme sur le champ et accompagna le jeune prince jusqu’à la chambre de tous les plaisirs ! Mais à peine étaient-ils dans la chambre que le prince remarqua que les domestiques avaient oublié de faire du feu dans la cheminée. Il faisait froid, tout le monde était couché, il demanda alors à Jeanneton d’aller chercher du bois.

– « Ça va pas non », dit la jeune fille, « je me barre de chez moi parce que je ne veux pas passer ma vie à aller chercher du bois et à peine mariée, mon époux me demande d’en faire autant ».
La jeune Jeanneton ne se démonta pas, elle prit son téléphone portable dont je ne citerai pas la marque pour ne pas faire de pub, (je dirais simplement qu’un fruit porte le même nom). Et elle appela directement son père.

– « Allo ! »
– « Allo papa ! »
– « Jeanneton, c’est toi comment ça va, dis tu rentres quand ? »
– « Jamais, je suis mariée à un prince et je vis dans un château, alors tu comprends … »
– « Eh ben, tous cela en un après-midi, tu ne chômes pas dis donc ! »
– « Oui ! Bon, trêve de bavardages, on a petit problème de bois pour la cheminée. Toi qui livre tous tes clients, tu balances dix bûches dans la camionnette et tu livres dans moins d’une heure au château du prince Richard, tu sais, derrière chez le maréchal Ferrant. »
– « Ah … mais tu n’es pas au courant ? »
– « Au courant de quoi ? »
– « J’ai décidé de suivre les conseils de ma fille, je ne livre plus depuis aujourd’hui ! Salut, à la prochaine. »

Et notre pauvre Jeanneton est descendue en pleine nuit chercher du bois pour faire du feu. Une fois remontée elle retrouva son prince endormi et incapable d’honorer ses devoirs conjugaux, si vous voyez ce que je veux dire.

Moralité 

Enfants de tous âges, il faut toujours écouter vos parents !

Parents, soyez fermes et faites-vous respecter par vos enfants, autrement cela tourne vite à la  chienlit !

Auteur : ZAZA-RAMBETTE

Une bête à corne née un 13 AVRIL 1952

Maman et Mère-Grand…!

Vous trouverez ici : humour de bon matin, sagas historiques sur ma Bretagne, des contes et légendes, des nouvelles et poèmes, de très belles photographies de paysages et d’animaux, de la musique (une petite préférence pour la musique celte), des articles culturels, et de temps en temps quelques coups de gueules…! Tous droits réservés ©

30 réflexions sur « La Jeanne … !!! »

  1. Les parents sont souvent de bons conseils, mais la révolte normale chez l’ado, difficle de trouver le bon équilibre!
    ton histoire est amusante! bonne journée, bises
    danièle

  2. MDR mais on dit (tu ne peux pas avoir la jeunesse et l’expérience !!!) et les conseils des parents souvent vécu comme des sanctions !!!
    Samedi, dimanche beau temps,mais vers 20 h hier soir une pluie d’orage pendant une bonne heure ,et ce matin le ciel est encore bien gris voyons ce qu’il décidera hihihihi , jALLEN DORT ENCORE J’EN PROFITE , pour passer te souhaiter un bon lundi de Pentecôte, bises

  3. ah les ados tiens en avance ( maintenant à 13 ans déjà ados ) je le vois par chez moi
    merci pour l histoire bien racontée
    bonne journée plus frais aujourdhui
    bises Zaza
    kénavo

  4. Bonjour Zaza,

    Merci pour ta curiosité pour mon blog ( merci également à Annick), cela me permet de découvrir le tien. Il est sous le signe de l’humour! Alors là, je vais revenir souvent chez toi. On ne rit jamais assez
    J’ai bien aimé ton histoire, menée sur un train d’enfer. Sacré numéro cette Jeanne!
    j’ai adoré te lire.
    Merci pour le rire
    Bonne journée
    ;)

  5. Bonjour ma douce amie Zaza
    Tes écrits sont tellement beaux et vrais et j’aime ta façon d’écrire avec toujours une pointe d’humour. Hélas pas évident avec des enfants de cet âge et il faut absolument que les parents continuent à écouter leurs parents qui sont toujours de bons conseils avec l’expérience que nous avons de la vie, et ces ados qui se prennent pour des grands alors que ce ne sont que des enfants, mon Dieu que ce n’est pas facile et tu as RAISON quelque soit l’âge il faut toujours écouter ses parents, même si ta fille de bientôt 35 ans semble agacée tu te rends comptes que finalement elle a tenue compte de tes conseils. Merci pour ce beau partage ma Zaza.
    C’est sous un beau soleil de mon ti rocher que je viens te souhaiter une belle journée de Pentecôte.
    Je te fais de gros bisous d’amitié de la Réunion.

  6. Houps heureusement que je me suis relue une 2°fois mais tu avais compris qu’il faut que les ENFANTS (et non parents pardon !!!!) continuent à écouter leurs parents… Plein de gros bisous ma Zaza

  7. Sacrée histoire ! ah les enfants, et les ados donc, j’ai donné trois fois … et toute seule comme une grande en plus ! et pour finir, je suis assez fière du résultat. Mais pas facile, c’est certain.
    Il m’a fallu être vigilante, mais pas trop, sévère mais pas trop, gentille mais pas trop, et bref ! bon courage aux nouveaux parents :)
    Gros bisous ma Zaza et bon lundi de Pentecôte

  8. Ah! Ah!Ah! Les princes et les princesses ne sont plus ce qu’ils étaient! Savoureux conte et petit délire et j’imagine que tu t’es bien éclatée en l’écrivant! MDR! Chloé

  9. Bonjour Zaza
    J’ai bien aimé te lire …
    Moralité il faut que les enfants obéissent aux parents mais il faut aussi que les parents entendent leurs enfants
    Bonne journée, Bises

  10. Ah! ah! ah! La poilante!!!!! Une histoire comme la tienne est à donner à lire à ceux qui ont le moral en berne aujourd’hui, ma chère Zaza. Je l’ai adorée. Gros bisous, ma douce, et superbe lundi de Pentecôte.

  11. J’ai adoré! C’est tout ce que j’aime: l’atmosphère de contes, la verve inimitable de Zaza, l’intensité de la problématique à travers laquelle différents esprits rebelles se retrouveront, les désirs brûlants de la jeunesse, l’humour débridé…
    Un grand bravo, je me suis retrouvée aussi dans plusieurs de tes descriptions alors partage entre rires et émotion…
    Gros bisous et très belle journée ma Zaza, encore merci pour ton mail, pour l’instant ma messagerie tourne au ralenti, je te réponds dès que ça va mieux
    Cendrine

  12. Tel est pris qui croyait prendre! La pauvre Jeanneton ne sort pas du bois!
    C’est vraiment pas de chance!
    Une histoire bien menée et drôle ; la morale est tout à fait au goût du jour ,car on voit de plus en plus de jeunes n’en faire qu’à leur tête! Bisous

  13. Conte de fée moderne où les princesses croient ne pas avoir besoin de leur parent et où les règles du monde leur passent au dessus de la tête !!!
    Belle soirée Zaza ici pluie et vent ardents enfin si on veut parce qu’à fermer les volets même avec un parapluie je suis rentrée trempée
    Bisous

  14. Bonsoir Zaza,
    Voilà un beau comte et une belle leçon de morale pour enfants
    Il faut toujours écouter ses parents….
    bonne soirée
    amitiés

  15. Coucou ZAZA
    Génial, ton conte … vraiment bien troussé, et mené rondement… qui a si bien su mêler les époques… Je me régale à te lire !
    Les gamines d’aujourd’hui sont terribles ! Maquillées comme des stars à 12 ans à peine… une clope au bec … alors que leurs parents essaient péniblement d’arrêter de fumer… Elles ont réponse à tout et vous clouent sur place avec un bagout que vous avez loin d’avoir… Héberlué (e)s, vous êtes condamné(e)s au silence sous peine d’être incendié(e)s par un flot de paroles crues et cinglantes inextinguible … allez donc leur faire la morale, tiens ! même pas en rêve ! Vous êtes immédiatement roulé(e)s dans la farine, ridiculisé(e)s, voire traumatisé(e)s , culpabilisé(e)s à mort ………
    Véridique !
    Pas étonnant que les Parents déclarent forfait ! alors les grand-parents….. pffff ! d’ailleurs, ils datent « du temps des dinosaures », pas vrai ! N’avaient même pas la salle de bain et encore moins la douche « à leur époque »… alors c’est dire…
    Bon, je veux bien essayer pour te faire plaisir… mais ne te garantie pas le résultat !
    Bon courage ma ZAZA et bcp de bisous en soutien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

wp-puzzle.com logo