Le rail d’Ouessant, c’est quoi ?

Le rail d’Ouessant !

Janvier 2007, motos, jet-skis, tonneaux de vin français, couches culottes et même croquettes pour chiens… A moins de deux kilomètres du MSC Napoli, la plage avait des allures de supermarché à ciel ouvert, dans la baie de Lyme en Grande Bretagne. Par centaines, des Britanniques venus de toute la région ont commencé à piller les conteneurs tombés du navire et échoués sur le rivage.

Il s’agit d’un des passages maritimes les plus fréquentés du monde avec 54 200 navires en 2003, soit une moyenne quotidienne de 148, ce qui représente un transit quotidien d’environ 700 000 tonnes, dont 285 000 de pétrole et 90 000 tonnes de produits dangereux. (île la plus occidentale de la Bretagne).

Rappel des pollutions depuis 1960pollutions dans la Manche

Mise en place du dispositif 

rail ouessant

Créé en 1965, peu après le premier dispositif mis en place par l’organisation maritime internationale (OMI) dans le pas de Calais, le rail d’Ouessant comprend alors une zone côtière de 5 milles, un rail montant de 4 milles, une zone de séparation de 2 milles et un rail descendant de 4 milles.

Le dispositif est proche de la côte pour permettre aux derniers navires qui naviguent encore au sextant et à vue de se positionner précisément par rapport aux amers d’Ouessant.

Le rail montant, celui que doivent emprunter tous les navires faisant route vers la Manche et qui sont souvent les navires présentant les risques de pollution les plus importants (notamment les pétroliers), est le plus proche de la côte car la règle (confirmée par l’OMI dans le règlement international pour prévenir les abordages en mer de 1972) est que les navires doivent de manière générale se croiser bâbord / bâbord.

Malheureusement personne n’est chargé de veiller au respect du dispositif, dont une bonne partie est alors située hors des eaux territoriales françaises.

A cette époque, de nombreux navires « coupent » à travers le dispositif, le prennent à contresens, voire circulent dans la zone côtière ou entre Ouessant et le continent (en empruntant le passage du Fromveur) afin de gagner du temps.

rail ouessant

Amélioration du dispositif après la catastrophe de l’Amoco Cadiz.

Suite à la mobilisation publique qui a suivi la catastrophe de l’Amoco Cadiz en 1978,

L’épave de l’Amoco-Cadiz – (photo Alphonse Arzel)amoco

le dispositif a été éloigné de la côte, modifié et complété.

Le rail montant a été réduit à 3 milles de large et est réservé aux navires ne transportant pas de marchandises dangereuses, la zone de séparation a été étendue à 8 milles, le rail descendant à 5 milles, une seconde zone de séparation de 6 milles a été créée, isolant un second rail montant qui s’étend jusqu’à 33 milles d’Ouessant et qui est réservé et obligatoire pour les pétroliers, chimiquiers, et autres navires transportant des produits dangereux. Mais les principales innovations sont ailleurs.

rail ouessant

La Marine nationale reçoit une mission de police pour faire respecter la loi dans cette zone. Le préfet maritime a le pouvoir de détourner tout navire dont le comportement le justifie. Un centre de surveillance, le CROSS Corsen,

cross corsen

commun à la Marine nationale et à l’administration des Affaires maritimes est mis en place et dispose à partir de 1979 d’un radar longue portée installé sur un sémaphore d’Ouessant, puis près de là sur une tour de 72 mètres.

radar cross corsen

La circulation des navires de commerce est interdite dans la zone située entre le rail montant et le continent.

Un remorqueur de haute mer (l’Abeille Flandre puis l’Abeille Bourbon) est à la disposition du CROSS pour toutes les missions d’assistance dans le rail.

L’ABEILLE BOURBONabeille bourbon

Modifications récentes

Ce dispositif présentait toutefois un défaut majeur. 

Les navires transportant des marchandises dangereuses ou polluantes pour l’écosystème marin devaient, pour rejoindre leur voie réservée et la quitter, croiser deux fois les navires qui empruntent le rail descendant, une première fois pour les navires faisant route d’Ouessant vers le cap Finisterre (au nord-ouest de la péninsule ibérique), et une deuxième fois pour les navires faisant route du dispositif des Casquets vers Ouessant.

trajet rail ouessant

rail ouessant

Ces croisements se faisaient hors de portée des centres de surveillance du cap Finisterre, de Corsen et de Jobourg. Le dispositif écartait bien les navires transportant des marchandises dangereuses de la côte mais multipliait les risques de collision.

Le 1er mai 2003 entrait en application un nouveau dispositif de séparation du trafic maritime au large d’Ouessant, dans le rail du même nom. D’une configuration à deux voies datant de sa création en 1977, le rail était passé à trois voies maritimes, le 1er janvier 1979, à la suite du naufrage de l’Amoco Cadiz. Le dispositif repasse aujourd’hui à deux voies, complétée d’une voie côtière à double sens conçue pour les caboteurs reliant le golfe de Gascogne et le golfe Anglo-Normand.

La circulation dans le rail d’Ouessant est l’une des plus importantes au monde puisque quelques 150 navires transitent chaque jour au large des côtes bretonnes. Cette autoroute maritime en mer d’Iroise se composait jusqu’alors d’une voie montante à 28 milles au large d’Ouessant. Cette voie éloignée du continent et de l’archipel des îles du Ponant, était réservée au transport de matières dangereuses (hydrocarbures et produits chimiques). Mais, elle présentait l’inconvénient majeur de fonctionner à contresens des voies maritimes habituelles et supposait le croisement des voies maritimes en provenance et à destination d’outre-Atlantique. Ainsi un chimiquier en provenance du Portugal suivait le parcours suivant : il devait naviguer sur la voie de droite au large du Cap Finistère (Espagne), se rabattre progressivement à gauche pour croiser la pointe de Bretagne et reprendre la voie de droite en vue de la presqu’île du Cotentin.

Parallèlement à cette voie de navigation réservée aux produits dangereux, deux voies, l’une descendante à 17 milles des côtes, et l’autre montant à 6 milles des côtes, complétaient le dispositif de séparation du trafic dans le rail.

Cette configuration des voies de navigation imposait l’éloignement des côtes aux navires à cargaisons « sensibles » entrant en mer de Manche, mais ne soumettait pas aux mêmes conditions de navigation les navires identiques sortant de la Manche. Or le fret sortant de la Manche et de la mer du Nord s’est avéré, au fil du temps, souvent plus dangereux que celui entrant en Manche. C’est pourquoi le nouveau dispositif repousse la voie montante à l’extrême ouest du dispositif tout en augmentant les distances entrent les voies maritimes et la côte. En effet, la nouvelle configuration du trafic répond également à une exigence supplémentaire : en repoussant plus au large les voies de circulation, les autorités maritimes disposent de délais d’intervention allongés pour envoyer des navires sur zones, en cas de problème majeur.

Le nouveau rail d’Ouessant dispose aujourd’hui de deux voies, l’une montante à 24 milles nautiques des côtes ouessantines, et l’autre descendante à 34 milles de l’île. Le cabotage et le transport des produits peu dangereux passent sur une voie à double sens, située à 10 milles de l’île d’Ouessant.

Cette nouvelle configuration du dispositif de séparation du trafic maritime au large d’Ouessant met fin à près de 20 ans de particularisme maritime accepté par l’Organisation maritime internationale.

nouveaux dispositifs rail ouessant

Le rail d’Ouessant sous surveillance internationale

Auteur : ZAZA-RAMBETTE

Une bête à corne née un 13 AVRIL 1952 Maman et Mère-Grand...! Vous trouverez ici : humour de bon matin, sagas historiques sur ma Bretagne, des contes et légendes, des nouvelles et poèmes, de très belles photographies de paysages et d’animaux, de la musique (une petite préférence pour la musique celte), des articles culturels, et de temps en temps quelques coups de gueules...! Tous droits réservés ©

25 réflexions sur « Le rail d’Ouessant, c’est quoi ? »

  1. Waouh, c’est passionnant!
    Quel gigantisme!!!
    C’est à l’image de la mer, une entité des plus abyssales…
    C’est impressionnant de découvrir les détails de toute cette infrastructure, je dirais même superstructure humaine!
    Gros bisous ma Zaza, belle journée pour toi et sans oublier Poux Ronchon
    Cendrine

  2. J’applaudis ! Bravo pour ton article complet ! et pour l’effort fait ! Il faut la préserver notre côte, notre mer, pour éviter toutes ces catastrophes ! Bises et bonne journée. FRANCOISE

  3. waouuu ta vidéo, a faillit me faire rendre mon petit déjeuner……que de vagues pour ce bateau, je n’aurai pas voulu être dessus…..ça me rappelle de mauvais souvenirs……passe une bien douce journée

  4. Un article très documenté sur ce fameux rail d’Ouessant, il faudrait que chaque acteur de cette oute maritime prenne conscience des dangers qui sont présent dans cette zone !
    Merci et bisous Zaza

  5. ..j’ignorais tout cela! finalement, il faut tout règlementer , évitant bien des catastrophes comme ces pétroliers des années passées.
    Bises du jour,
    Mireille du sablon

  6. bravo chère Zaza pour ce bel article, je connaissais le rail d’Ouessant, mais pas le détail et les particularités, que tu nous developpes avec brio ! j’ai navigué dans cette zone en 1950 c’était beaucoup plus tranquille !! bonne journée bisous

  7. Un trafic qui méritait vraiment qu’on se penche sur ce rail d’Ouessant , merci pour toutes ces explications . Une surveillance qui est vraiment nécessaire pour faire respecter tout ce qui a été mis en place
    Bonne journée
    Bisous

  8. Je n’en savais pas autant… merci pour tout, Zaza.
    Pas simple de faire respecter les règles…
    Passe une douce journée. Bisous.

  9. Bonjour ZAza.
    Très intéressant ton article.
    J’espère que tu vas bien et ton petit monde aussi.
    Il fait beau temps en ce moment, pourvu que ça dure comme disait la mère de Napoléon…
    Hier après midi nous avons fait prendre l’air a nos cannes à pêche; elles étaient contentes et nous aussi.
    Je te souhaite une bonne journée.
    Bisous de nous deux.

  10. J’ignorais tout à son sujet et je dois dire que ton exposé est très instructif Zaza !
    Le soleil est de la partie par chez nous et je dois dire que je délaisse un peu l’ordi pour vaquer aux occupations au jardin, il y a tant à faire avant le changement de météo !
    Bises et douce fin de journée !
    Nicole

  11. Ah me trouver sur le bateau de la vidéo : quel pied ! je raffole quand « ça bouge dur » et que de grosses vagues déferlent sur le navire… Expériences exaltantes sur le Lac Léman …. et sur un ferry Nice-Corse…. et inversement car même temps à l’aller qu’au retour qqs jrs plus tard !!! Même pas eu peur !
    Compliquée, la navigation en mer !!! Elle demande de solides notions maritimes… N’est pas marin qui veut…
    Grand merci pour toutes ces explications ! Quel boulot !
    Bisous épatés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

wp-puzzle.com logo