Malédiction en Écosse – 5/8 … !!!

Lord Mac Kintosh m’avait laissé en refermant la porte de ma chambre.

J’étais franchement perplexe, perdue dans mes réflexions. Je regardais, à travers la petite fenêtre, la brume qui glissait lentement sur le lac à la mesure du temps qui passe.

Soudain un cri d’effroi me sortit de ma rêverie. Cela venait de la chambre Professeur Dhairyashee.

Je suis sortie aussi vite que j’ai pu, sur le pas de la porte de ma chambre, je me trouvai nez à nez avec Hannu. Vu la pâleur de son teint, mon beau voisin avait visiblement perçu le même cri en provenance de la chambre du fond. Nous nous y précipitâmes.

J’avais ouvert la porte. Nous restâmes ébahis en voyant Âbha par terre, recroquevillé en position fœtale, la tête enfoncée dans ses deux mains.

– « Professeur, Professeur ? Vous allez bien ? »

Je n’avais pas obtenu de réponse. Je ré-insistais en m’approchant de lui au point de lui toucher l’épaule.

– « Vous avez un problème ? »

– « Ahhhhhh ! » Cria-t-il la tête toujours emmitouflée.

– « Professeur ! Reprenez-vous ! Ce n’est que moi, Meg ! »

Il retira sa main gauche de son visage en me disant :

– « Elle…, il…, elle… est partie. »

– « Il ? Elle ? Mais de qui parlez-vous Professeur ? Vous êtes tout seul dans cette chambre. »

– « Elle est partie. Oh c’était horrible. Vite ! Laissez-moi faire ! » Dit-il en se relevant et en se précipitant vers la fenêtre entrouverte pour la refermer.

– « Allez-vous nous expliquer Professeur ? » Demanda Hannu.

– « J’ai ouvert la fenêtre pour prendre l’air et pour admirer le lac. Soudain j’ai vu un oiseau qui volait sur le lac.

On aurait dit qu’il glissait sur la brume et le ciel rougeoyant. Soudain, il s’est mis à voler dans ma direction de plus en plus vite comme s’il m’avait remarqué et qu’il voulait venir à moi. J’en fus tout d’abord surpris, puis, voyant qu’il arrivait de plus en vite, j’ai reculé dans la chambre. Alors cette créature est rentrée dans la pièce par la fenêtre. Elle s’est approchée de mon visage. C’était…, c’était une chauve-souris vampire. »

– « Une chauve-souris ? Ici ? En plein jour ? Vous êtes sûr Âbha ? » Répliqua Hannu.

Je vous avoue que sur le coup j’étais tout aussi dubitative que le jeune scandinave.

– « J’en suis absolument certain. C’était une chauve-souris, elle s’est approchée de moi. Elle se tenait à trente centimètres, face à moi, quand soudain son visage se transforma et pris une forme humaine.

– « Une forme humaine ? » Avais-je répété machinalement.

– « Oui, une forme humaine. La chauve-souris s’approcha encore et soudain la tête ouvrit une grande bouche laissant apparaître des crocs acérés démesurés.

 

J’ai crié et dans un mouvement de recul je suis tombé à terre. Je suis resté ainsi transi de peur, craignant d’être mordu à tout instant, quand vous êtes arrivés pour me sortir de ma torpeur. »

– « Ce n’est pas possible voyons, une chauve-souris qui vole sur le lac en plein jour, vous avez rêvé, c’est sûr. » Rajouta Hannu.

– « Je sais bien ce que j’ai vu jeune homme, je ne suis pas en proie à quelques tristes hallucinations. »

– « Je suis tout disposée à vous croire Professeur. Cependant…, » lançai-je.

– « Cependant ? » Me reprit-il.

– « Je me dois de vous poser une question qui peut vous paraître blessante. »

– « Allez-y ! On m’a déjà souvent traité de fou dans mon pays, alors vous savez je ne suis plus à une question près. »

– « Est-ce que vous prenez une quelconques substances hallucinogènes susceptibles de provoquer ce genre de réaction sur votre personnalité. »

– « Eh bien Meg, en voilà une manière élégante pour me demander si je ne suis qu’un pauvre drogué. Sachez donc que non ! Je vous mets à demeure de fouiller mes affaires pour y trouver la moindre trace de stupéfiant. »

– « Je vous crois sur parole Professeur, pour la drogue et pour la chauve-souris. Aussi, si nous allions rejoindre notre hôte pour déjeuner, peut-être aura-t-il une explication concernant les manifestations de cet animal. Le phénomène n’est peut-être pas nouveau en ces lieux. Il y a peut-être déjà été confronté. »

Nous étions sortis de la chambre. Âbha Dhairyashee allait devant suivi Hannu VIRTANEN, je clôturais la marche. Tandis que nous avancions dans le couloir, Hannu se retourna en me souriant et en tapotant de son index droit sa tempe à la manière d’un collégien. Dans la pénombre du corridor péniblement éclairé par les lampes murales, je ne voyais que son sourire que je désirais plus que tout rejoindre dans un élan de générosité amoureuse.

Lord Mac Kintosh se trouvait penché sur une petite table dans le boudoir en nous attendant.

Ensuite, il nous accompagna dans le living. Une pièce plutôt froide et austère. La dureté des chaises n’allaient pas me faire dire le contraire.

Âbha passa tout de suite à l’offensive en questionnant le propriétaire des lieux sur son visiteur imaginaire.

– « Lord Mac Kintosh, je viens d’être agressé par une chauve-souris qui s’est glissée dans ma chambre. Avez-vous déjà eu vent de pareil phénomène ? »

– « Une chauve-souris ? En plein milieu de la journée ! Soyez sérieux Professeur Dhairyashee, vous vous êtes trompé assurément. »

– « Ah, ne vous y mettez pas vous aussi ! Je puis vous assurer qu’il s’agissait bien d’une chauve-souris. »

– « Ne vous énervez pas Professeur, je suis tout disposé à vous croire. Admettez cependant que cela me soit quelque peu difficile à croire. »

– « Pourquoi ? Il n’y a pas de chauve-souris dans la région ? »

« Si bien sûr que si ! Il paraîtrait même qu’il y a une colonie très importante dans les ruines d’un vieux château de l’autre côté du lac ! » Rétorqua Lord Malcolm K.

– « Ah ! Vous voyez ! N’auraient-elles jamais agressé des humains ! N’y a-t-il pas des histoires qui courent ? » Insista Âbha.

– « Il y a bien des histoires en effet, mais cela tient plus du rocambolesque qu’autre chose. Ce ne sont que des légendes que les anciens racontent pour faire peur aux plus jeunes, rien d’autres. » Répondit Lord Malcolm K. quelque peu mal à l’aise.

Je ne sais pas pourquoi, mais depuis mon arrivée, dès que je sentais Lord Malcolm K. acculé dans ses retranchements, il fallait que je place une banderille supplémentaire. Comme si j’étais programmée pour l’agresser. Cette fois-ci ne dérogea pas à la règle.

– « Vous savez que je suis friande de ce genre d’histoires, Lord. Racontez, je vous en prie. »

– « Mademoiselle, je crois que…, que… ce genre de récit va vous ennuyer ! »

– « Mais pas du tout, pas du tout, je suis toute ouïe. » Lui répondis-je faisant un clin d’œil discret à Hannu, comme si nous étions complices d’une intrigue.

– « Si vous insistez. Alors il semblerait qu’un vampire habite dans les ruines de Caisteal Maol, de l’autre côté du lac. Seul son donjon est resté debout. »

– « Un vampire rien que ça ! » Avais-je rajouté en riant.

– « Vous voyez que je vous ennuie. »

– « Non ! Non ! Continuez ! Je m’amuse énormément au contraire. »

– « Vous vous amusez ? Je suis surpris qu’une jeune personne comme vous qui êtes une spécialiste du surnaturel puisse s’amuser de ce genre de chose. »

– « L’au-delà existe Lord car la mort existe. Nul ne peut le nier  ! Mais les vampires, fantômes et compagnie, c’est du domaine de l’imaginaire. »

– « Laissez  poursuivre Lord Malcolm K. » interrompt Âbha Dhairyashee.

– « Une jeune fille a disparu il y a vingt ans et un berger nommé Jack Ó Ceallacháin a prétendu avoir vu un vampire penché sur le corps de la jeune fille dans les ruines du château un soir de pleine lune. »

– « Un berger alcoolique qui avait noyé sa solitude dans le Whisky. » Rajouta Hannu.

– « Certes, Jack était un peu porté sur la boisson, c’est pourquoi personne n’a vraiment fait attention à ses déclarations. La police a tout de même fouillé les ruines du château, mais sans succès. On n’a jamais retrouvé la jeune disparue. Toujours est-il que depuis lors, même s’ils prétendent ne pas y croire, les gens du coin évitent de traîner la nuit dans les abords de ce château. »

– « C’est ce genre de superstitions qui nous font beaucoup de mal à tous. Autant à moi, qu’à Meg, qu’à Âbha. A force de souscrire à ce genre d’inepties, les gens nous traitent de fous quand on leur parle de revenants. Et ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, je ne parle pas de fantômes mais de revenants. » Insista Hannu légèrement en colère.

– « Bah ! Que seraient les châteaux écossais sans leurs légendaires et mystérieux fantômes ? » Avais-je rajouté pour détendre l’atmosphère. 

Tout le monde, Hannu y compris, avait esquissé un sourire. Après une courte pause, j’avais repris la conversation dans une autre direction. 

– « Dites-moi Lord Malcolm K., dans la missive que vous m’avez adressée vous me faisiez part d’un mystérieux message déposé dans votre boîte aux lettres. »

– « Guettez l’instant des trente, la lumière y verra le jour. » Dit d’un ton lancinant Lord Malcolm K. Mac Kintosh.

– « Avez-vous reçu d’autres mots de ce genre ? »

– « Non ! »

– « S’est-il produit depuis lors un phénomène étrange et inexpliqué ? »

– « Non ! Aucun. »

– « Aucun jusqu’à l’irruption du vampire dans ma chambre. » Rajouta le Professeur Âbha Dhairyashee.

– « Ah, vous n’allez pas recommencer ! » Cria Hannu.

– « Du calme Hannu, du calme. Je veux bien consentir à classer l’aventure du Professeur dans les cas étranges et inexpliqués. »

– « Merci Meg ! » Déclara Âbha Dhairyashee en lançant un regard noir à Hannu.

– « Je trouve cependant surprenant que rien ne se soit produit depuis cet avertissement écrit. »

– « Pfft… pourquoi pensez-vous qu’il ait pu se produire quelque chose ? » Demanda un Lord Malcolm K. encore une fois ennuyé par ma réflexion.

J’en étais arrivé à me demander si le noble écossais n’était pas gêné en ma présence. A chaque fois que je lui parlais, je trouvais ses réponses évasives et peu convaincantes. Il me donnait l’impression de me mentir constamment. Cela ne pouvait pourtant pas être le cas. C’est quand même lui qui m’avait fait venir. Pourquoi m’aurait-il fait venir, s’il avait quelque chose à cacher ? Je lui répondis cette fois à sa façon.

– « Oh ! Sans raison, vraiment sans raison. Cela ne m’aurait pas surprise, c’est tout ! »

– « En tout cas vous féliciterez votre cuisinier pour c’est excellent repas. Je me suis régalé. » Lança Hannu, coupant court à la conversation.

– « Admirable en effet ! » Rajouta l’enturbanné. Tandis que j’opinais du chef !

– « Je n’y manquerai pas. Je propose que nous allions à la bibliothèque pour y poursuivre notre conversation en compagnie d’un café et d’un bon cigare. »

– « Si vous me le permettez je vais me retirer dans ma chambre. L’odeur du cigare me dérange et avec les évènements de la matinée je n’ai pas eu le loisir de finir de m’installer. » Dit Hannu.

– « Je ne suis pas fumeur non plus. J’en ferai de même avec votre permission bien sûr. » Déclara le Professeur.

– « Je vous en prie Messieurs. » Répondit Lord Malcolm K. « M’abandonnerez-vous aussi chère Meg ? »

– « Ma foi, non. Même si je ne fume pas, l’odeur du cigare ne me dérange aucunement. »

– « A la bonne heure ! James, Miss Meg et moi-même prendront le café à la bibliothèque ! » Dit le Lord écossais en se levant. « Ensuite, disons d’ici une heure, je propose que nous allions faire une petite promenade en barque sur le lac. » 

Chacun étant d’accord pour la promenade, Hannu et Âbha me laissèrent avec Lord Mac Kintosh. Je l’avais suivi dans la pièce adjacente.

 A SUIVRE

Auteur : ZAZA-RAMBETTE

Une bête à corne née un 13 AVRIL 1952 Maman et Mère-Grand...! Vous trouverez ici : humour de bon matin, sagas historiques sur ma Bretagne, des contes et légendes, des nouvelles et poèmes, de très belles photographies de paysages et d’animaux, de la musique (une petite préférence pour la musique celte), des articles culturels, et de temps en temps quelques coups de gueules...! Tous droits réservés ©

24 réflexions sur « Malédiction en Écosse – 5/8 … !!! »

  1. Bonjour ma petite Zaza, tu vas faire faire des cauchemard a tes amis avec des histoires comme ça ! Loll
    C’est génial ce beau soleil !
    Je profite de mon passage pour te souhaiter un bon samedi soleil !
    Gros bisous ma douce

  2. Quelle imagination… la chauve souris déjà pas tres sympathique mais en vampire en plus il ne doit pas,faire bon la rencontrer lol bon weekend zaza sous le soleil c’est agréable bisous

  3. ..nous avançons vers l’étrange comme tu sais si bien nous y emmener!
    Bises de Mireille du Sablon

  4. Ouh la pas vraiment sympathique cette chauve souris qui se transforme en vampire , je sens qu’il va bientôt se passer quelque chose
    Bon week – end
    Bisous

  5. Je me suis régalée!!!
    J’adore les chauve-souris et les vampires!!!
    Si tu savais combien de films et de séries de vampires, sans oublier les livres je peux avoir dans la tête :) C’est vraiment ma came!!!
    Le bel Hannu deviendrait-t-il un vampire? j’extrapole là!
    Une suite qui tient en haleine et l’atmosphère magique de l’Ecosse qui déploie ses charmes, bravo ma Zaza
    Gros bisous et un beau week-end!
    Cendrine

  6. Bonjour Zaza en voilà une drôle d’histoire j’en vois certaine qui vont faire des cauchemars !
    Un petit rayon de soleil me porte jusqu’à toi pour te faire un gros bisou et te souhaiter un bon dimanche soleil, bonne journée mon amie ! Gros bisous ♥

  7. et oui comme tu le dis Strasbourg est une très belle ville, mais pour les vacances à venir il va falloir trouver un autre lieu….(lol) douce journée à toi

  8. hihihi heureusement que je lis ta prose de bon matin sinon bonjour les rêves hihihihi que d’imagination ma belle , voyons ou tu nous emménera encore !!!! bon dimanche ici il pleuviotte

  9. Je me demande ce qu’il va se passer au lac… une nouvelle et terrible rencontre ?
    Ton récit est passionnant.
    Bisous et douce journée Zaza.

  10. Je continue ma lecture en retard bécause les vacances et une rentrée un peu mouvementée….
    ET JE VEUX LA BELLE BIBLIOTHEQUEUUU ! mais sans ectoplasme et vampire et autres bébètes peu sympas….

    et écoute bien (non, lis bien plutôt !) : au moment où j’écris « vampire » : coïncidence ? le film à la télé (la guerre des étoiles) que regarde mon mari, j’entends « vampire »… ce n’est pas la 1ère fois qu’un mot dit rejoint un mot écrit … ????? et ce n’est pas du fictif, mais du bien réel !!!

    Enfin, que la Force soit avec Meg, elle va en avoir bien besoin…

    Vite la suite….

  11. Je cours voir comment va se passer cette balade sur le lac. Qui vont-ils rencontrer? Je me le demande…Tout est plein d’énigmes..Et cette tête de femme, qui est-elle?

    Vite vite je cours voir la suite..

    Bisous d’EvaJoe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

wp-puzzle.com logo

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.