Malédiction en Écosse – 6/8 … !!!

château écosse

Je profitai de l’occasion qui m’était offerte d’être pour la première fois, seule en sa compagnie, pour le questionner sur la malédiction de la famille Mac Drummond dont le clan portait fièrement le tartan.

– « Ce café est excellent Lord Mac Kintosh. Mais, pour en revenir à nos préoccupations, dites-moi ! Avez-vous découvert dans le passé des Mac Drummond un détail qui puisse nous aider à y voir plus clair dans cette affaire ? »

– « Hélas non Meg, et pourtant je n’ai pas cessé de chercher. Toutes ces disparitions demeurent un mystère. »

– « Et sur l’auteur du message ? Vous n’auriez pas un soupçon ? Dornie (An Dòrnaidh) est un coin guère fréquenté, quand un étranger y passe tout le monde doit le savoir rapidement. »

– « C’est pourquoi je pense qu’il s’agit d’une personne proche et non d’un étranger. »

– « Vous soupçonnez donc quelqu’un ! »

– « Oui ! James, mon majordome, je l’ai surpris plus d’une fois entrain de fouiller dans mes affaires. »

majordome

– « Venant d’un domestique, c’est plutôt le contraire qui serait surprenant. » Lui répliquai-je ne souriant.

– « Certes. C’est presque une maladie professionnelle. Cependant James ne fouille que dans les documents ayant un lien avec les Mac Drummond. »

– « Ah ! J’essayerai de le questionner discrètement. »

– « Vous avez assurément plus de liberté que moi pour le faire. » Reprit Lord Mac Kintosh.

– « Et ce message ? Que veut-il dire à vos yeux ? »

« Guettez l’instant des trente, la lumière y verra le jour. » Je ne sais trop. Je suppose que l’instant des trente signifie la date du trentième anniversaire de la disparition de Lord John Mac Drummond, alors qu’ayant bien profité de la vie, ruiné, il m’avait vendu le château avant de prendre l’Orient Express. Soit le 31 octobre prochain … !!! »

lord écossais

– « Cela semble logique en effet. »

– « Si l’on considère que la lumière signifie la vérité, on peut donc traduire :  « La lumière y verra le jour et la vérité éclatera alors au grand jour. » »

– « Cela semble le plus probable. Ce que je me demande c’est pourquoi quelqu’un vous adresse une mise en garde si anodine. »

– « Pardon ? »

– « Cela fait trente ans que vous faites des recherches sur les Mac Drummond. Je suppose que vous n’étiez pas près de louper la journée du 31 octobre. »

– « Évidemment ! »

– « Alors pourquoi vous prévenir ? Cela n’a aucun sens ! »

– « Sauf si quelqu’un veut me mettre en garde ! »

– « Mais vous êtes déjà sur vos gardes ! »

– « La menace qui pèse sur moi doit être terrible. » Dit, d’un ton profond et grave, l’écossais soucieux.

lord écossais

– « Je vous ai senti hésitant tout à l’heure, vous m’assurez bien qu’il n’y a pas eu d’autre message. »

– « Euh… C’est à dire que… »

– « Vous avez reçu un autre message ! »

– « Oui ! »

– « Mais pourquoi n’en avez-vous rien dit ? »

– « J’ai senti les autres nerveux. Le Professeur et son vampire, Hannu VIRTANEN qui s’enflamme pour un rien. Je n’ai rien voulu dire devant eux. Mais à vous, c’est différent, vous me paraissez avoir les pieds sur terre Meg ! »

– « Combien d’autres messages avez-vous reçus ? »

– « Un seul ! Je vous le jure ! »

– « Je vous crois, mais que disait-il ? »

– « C’est que… C’est délicat… C’est … C’est étrange… »

– « Lord Malcolm K., j’insiste ! »

– « Tenez ! Lisez par vous-même ! Je le garde toujours dans ma poche ! » 

J’ouvris le morceau de papier plié qu’il me tendait. Je n’en cru pas mes yeux. Le mot disait ceci : 

« Lord Malcolm K. Mac Kintosh, si vous voulez voir le 1er novembre, débrouillez-vous pour que

  • la journaliste chroniqueuse Meg Duchemain de Paris,
  • le médium Hannu VIRTANEN d’Helsinki – Finlande
  • et le Professeur Âbha Dhairyashee de Jaipur – Rajasthan  

soient tous les trois présents au château à compter du 29 octobre prochain. »

– « Qu’en pensez-vous ? » Me demanda le noble écossais.

– « Que vous êtes quelqu’un de persuasif Lord Malcom K. puisque vous avez réussi à nous faire venir tous les trois aujourd’hui jusqu’ en ce lieu. »

– « Vous comprenez pourquoi je ne vous ai pas accueilli ici hier. Le mot dit à compter du 29 octobre, et non du 28. Cependant pour être bien sûr que vous soyez là aujourd’hui, j’ai préféré vous faire arriver hier et dormir à l’hôtel. »

hotel écossais

– « Cela a au moins le mérite d’expliquer votre attitude bizarre de la veille. »

– « Ne m’en veuillez pas Meg, j’ai si peur de mourir. Mettez-vous à ma place. »

– « Je regrette Lord Malcom K., pour l’heure je n’ai nul désir d’être à votre place. » Répondis-je en souriant.

Le temps que je passe enfiler des vêtements plus chauds pour la promenade sur le lac et je retrouvai mes deux compagnons d’infortune à l’entrée dans la cour du château.

château écossais

Lord Malcolm K. se trouvait déjà à l’extérieur, nous attendant d’un bon pied.

lord écossais

A cette époque de l’année, il ne fait guère bon sur les rives du lac, cependant, la chaleur des rayons du soleil suffisait à nous réchauffer suffisamment. Nous avons rejoint le ponton situé en bordure du château. Un homme attendait adossé à un piquet de bois servant d’attache aux objets flottants. 

– « Qu’y est-ce ? » Demanda Hannu.

– « Aonghas Ó Murchú, le passeur. » Répondit notre hôte.

passeur

– « Le passeur ? Passeur de quoi ? » Reprit Hannu.

– « C’est le seul ponton sur cette rive du lac. Comme ce dernier fait cinquante kilomètres de circonférence et une profondeur de 50 mètres, nous avons installé ici un bac pour traverser et passer de l’autre côté plus rapidement. Aonghas est le passeur qui conduit le bac d’un côté à l’autre quand un visiteur se présente. »

– « Nous allons donc prendre le bac ? » Dit Âbha.

– « Non, je dispose de deux barques. Si vous le voulez bien, vous monterez dans la première en ma compagnie Professeur, tandis que nous laisserons ces jeunes gens ensemble. »

– « Comme vous voulez Lord Malcolm K. » Dis-je rapidement avant que quelqu’un ne propose un autre choix. 

Bien rapidement, à l’aide de quelques coups de rames un peu plus appuyés, nous nous éloignâmes de nos deux compagnons. Je passais un après-midi merveilleux.

lac écossais

Ces deux heures en compagnie d’Hannu furent magiques, emplies de douceur, de romantisme et de bien-être. Je ne doute pas que l’Eden puisse ressembler à cette promenade. Mais le point culminant de cet après-midi écossais fut quand même le moment où le jeune scandinave s’approcha de moi lentement pour venir déposer ses lèvres sur ma bouche médusée.

baiser

J’étais aux anges et si la nuit n’avait pas commencé à s’annoncer, je serais peut-être encore dans cette barque en cet instant. Mais il fallait rentrer !

Je ne me souviens plus de cette fin de journée. Je ne me souviens plus non plus du dîner qui suivit. J’étais endormie, anesthésiée, sous le charme de ce baiser chaud et langoureux. J’étais sous l’emprise de la vague d’amour qui m’emporta dès lors bien loin des sombres banalités de ce monde.

Je ne suis sortie de ce songe qu’au moment où Hannu frappa doucement à ma porte, une fois que nous ayons regagné nos chambres, à peine le repas terminé.

jeune homme blond

Je n’en étais pas à ma première aventure avec un jeune homme. Il y eut surtout Jacky Gobé que j’avais surnommé Eddy. Il marqua ma vie dans cette enquête folle en compagnie de feu le commissaire Fabien Tarlouse.

Mais le beau scandinave était si différent ! Je crois que je n’ai jamais connu ce genre d’amour avant cette nuit-là. Une nuit que je voulais éternité et qui passa beaucoup trop vite à mon goût. Au petit matin, nous n’avions pas beaucoup dormi et pourtant je me sentais en meilleure forme qu’après une bonne nuit de sommeil. 

Hannu regagna sa chambre au petit matin, tandis que je descendais prendre le petit déjeuner. Malgré l’heure matinale je trouvais le Professeur Dhairyashee déjà attablé. Étant en forme, je ne pus m’empêcher de plaisanter. 

– « Avez-vous bien dormi Professeur ? Pas de visite d’oiseau de jour, cette nuit ? »

chauve souris

– « Ne vous moquez pas Meg, cela n’est guère votre genre. J’espère sincèrement que personne d’entre nous n’aura plus jamais l’occasion de voir ce que j’ai vu hier. »

– « Vous avez raison Âbha. Brrr ! Je n’aimerais pas rencontrer ce sinistre animal. Au fait, le visage humain vous était-il familier ? »

– «  Pardon ? »

– « Est-ce que vous connaissiez le visage que vous avez vu hier ? »

– « Non, il m’était totalement inconnu. »

– « Dommage ! »

– « Cela ne nous aurait pas servi à grand-chose. »

– « Peut-être, qui sait ? Je pense que nous allons avoir une belle journée. Qu’en dites-vous ? » Dis-je en changeant totalement de conversation.

– « Il semblerait en effet. »

– « Nous ne sommes que le 30, normalement il ne devrait rien se produire avant demain. J’irais bien me promener tranquillement sur les rives du lac. »

– « Sans moi Meg ! Je dois monter ma machine aujourd’hui ! C’est un travail complexe qui me prendra toute la journée. »

– « Vous aurez peut-être besoin d’aide ? »

– « Non merci, n’en soyez pas vexée, mais cet assemblage est un travail minutieux qui demande à être réalisé par un expert. Votre assistance me serait plutôt préjudiciable que bénéfique. »

– « Tant pis, j’espère que le jeune VIRTANEN pourra se joindre à moi. »

– « Plaît-il ? » Lança un Hannu radieux en rentrant dans la pièce.

– « Je me demandais si vous seriez intéressé par une balade le long des berges du lac. Le Professeur Dhairyashee est obligé de demeurer au château toute la journée pour construire la machine au rayon Âbha. »

– « Ma foi ce sera avec plaisir ma chère Meg. » Me répondit l’amour du moment en clignant de l’œil avant de rajouter, « Avez-vous vu Lord Mac Kintoch aujourd’hui ? »

– « Moi non. » Avais-je répondu dans la foulée.

– « Moi oui. » Dit Âbha.

– « Ah ! Et que fait-il ? » Demanda Hannu.

– « Il est parti au village, un truc urgent à faire. Je n’en sais pas plus. Mais, je ne pense pas que nous le reverrons avant midi. Excusez-moi si je vous abandonne mais j’ai beaucoup à faire. Bonne promenade, à tout à l’heure, au déjeuner. » Rajouta-t-il en se levant. 

village écossais

Un après-midi de rêve, suivi d’une nuit de rêve, suivie d’une matinée de rêve ! Autant dire que je n’étais pas prête d’oublier ces dernières vingt-quatre heures.

Nous nous étions promenés main dans la main durant toute la matinée.

lac écossaislac écossaislac écossais

A notre retour, vers midi, Lord Mac Kintosh nous accueillit visiblement très énervé dans la salle à manger.

salle à manger

  – « Où étiez-vous passés ? » Lança-t-il presque en hurlant.

– «  Nous avons juste fait une petite promenade matinale au bord du lac. C’est interdit ? » Avais-je répondu sur le même ton, ne supportant pas que cet homme puisse élever la voix sans raison. »

– « Non ! Bien sûr que non ! »

– « Alors pourquoi vous énerver ainsi ? »

– « C’est que… j’aurais pu avoir besoin de votre aide. »

– « Et alors, de toute façon nous ne savions pas où vous étiez. »

– « C’est ma foi vrai. Veuillez excuser ma nervosité. Nous sommes le trente. Et demain, cela fera trente ans tout juste que John Mac Drummond a disparu. L’instant des trente…, j’ai peur. Vous comprenez ? J’ai peur ! »

– « Calmez-vous Lord Malcolm K. ! Je crois que dorénavant le mieux à faire est de ne plus nous quitter de la journée. Cela vous rassure-t-il ? »

– « Oui, merci ! »

– « Excusez-moi, mais je ne pourrai rester avec vous, j’ai ma machine à construire. » Dit Âbha.

Machine détecteur de fantôme

– « Sans moi non plus. » Dit à ma grande surprise Hannu.

– « Vous avez à faire ? » Lui demandai-je timidement.

– « Oui, ne m’en veuillez pas, mais je m’attends à une journée éprouvante demain. Si nous avons à faire à des revenants, je risque d’être psychiquement mis à rude épreuve. Je voudrais pouvoir me reposer tout l’après-midi dans ma chambre, seul. C’est une habitude. Je pratique toujours ainsi avant des réunions importantes. C’est une manière pour moi de me concentrer. »

– « Vous avez raison Monsieur VIRTANEN, demain j’aurai sans aucun doute besoin de toutes vos facultés extrasensorielles. » approuva Lord Mac Kintosh.

– « Alors, s’il n’en reste qu’un ce sera moi. » Dis-je à mon hôte. « Je ne vous quitterai pas d’un pouce de l’après-midi. »

– « Merci ma chère Meg, je savoure d’avance cet après-midi que je vais passer en votre compagnie. Que diriez-vous si nous prenions le bac et que je vous fasse visiter les ruines de l’autre côté du lac ? »

ruines écossaises

 A SUIVRE

Auteur : ZAZA-RAMBETTE

Une bête à corne née un 13 AVRIL 1952 Maman et Mère-Grand...! Vous trouverez ici : humour de bon matin, sagas historiques sur ma Bretagne, des contes et légendes, des nouvelles et poèmes, de très belles photographies de paysages et d’animaux, de la musique (une petite préférence pour la musique celte), des articles culturels, et de temps en temps quelques coups de gueules...! Tous droits réservés ©

27 réflexions sur « Malédiction en Écosse – 6/8 … !!! »

  1. Ah, on continue à se régaler…
    Le mystère s’épaissit, comme les brumes d’Ecosse qui enveloppent vieilles pierres et secrets…
    Le contexte de Samhain/Halloween annonce bien des « merveilles »… Le passeur me fait penser à Charon et le désir se concrétise entre Meg et Hannu… Nuit en fièvre en Ecosse, tout pour plaire et se laisser envelopper par cette chaleur sensuelle qui unit les personnages!
    Quant au Vampire, reviendra, reviendra pas… Et qui est le croque-dents? (C’est un petit nom que je donnais enfant à un « ami » vampire imaginaire :)…)
    Merci pour cette suite ma Zaza, je te souhaite une belle semaine et je souffle vers toi de gros bisous affriandés!!!
    Cendrine

  2. Bonjour ma petite Zaza …Encore bien prises par l’espoir de savoir…. je voulais juste te souhaiter un bon lundi…!
    Bonne journée et gros bisous ma douce

  3. bonjour zaza, ces jours je ne reçois plus tes commentaires, d’ailleurs il en est de même pour pas mal d’autres personnes…..je ne reçois de ta part que des mails…..est-ce voulu…..passe une bien belle journée

  4. Le sourire c’est de l’électricité. La vie est une batterie. À chaque fois que tu souris la batterie se recharge et une belle journée s’enclenche ! Passe une excellente journée et une bonne semaine big bisous soyons à contre -pied de ton suspense hihihihi

  5. Bonjour Zaza, j’ai un peu zappé l’histoire, je trouve quand même qu’à chaque fois tu as beaucoup d’imagination.. c’est mystérieux et tu trouves de beaux acteurs !!!
    Bon début de semaine gros bisous

  6. Euh… malgré la romance en cours, je ne crois pas qu’ils auraient raison de prendre le bac.
    Mais l’avenir le dira.
    Bisous et douce journée ma Zaza.

  7. Pourquoi diable les trois invités doivent ils être présents à cette date , arf ça se corse
    J’attends la suite avec impatience .
    Bonne journée Zaza et merci pour la remarque sur le billet du jour .
    Bisous

  8. Bonjour Zaza.
    J’espère que comme nous ton week-end c’est bien passé et que tu vas bien et tes proches aussi.
    Après un début Mai qui a mal démarré au niveau temps, le beau temps semble arriver, pourvu que ça dure.
    Je te souhaite un bon Lundi et une bonne semaine.
    Bisous de nous deux.

  9. J’aime bien tes illustrations et je ferai bien un tour au village… avant de te suivre pour visiter ces ruines
    Bonne journée zaza hier grand beau et chaud presque trop pour le printemps il y avait du monde sur les plages … gros bisous

  10. ..tu es en train de nous concocter une suite pas piquée des hannetons, je le sens…
    Bises du jour,
    Mireille du sablon

  11. Coucou ma Zaza, oui ,c’est vrai qu’il me manque quelques épisodes mais l’intrigue et le suspense sont là. Vont-ils avoir raison de prendre le bac? Perso, non!! Gros bisous et superbe semaine ma bichette.

  12. J’avais un peu de retard de lecture pour cette nouvelle mais je viens de me mettre à jour. C’est palpitant!
    Bises,
    Mo

  13. Bon me voilà Zaza j’ai pas pu lire hier mais j’avais gardé chaudement tes lignes ! Mais il y a des passages coquins la Meg elle crache pas dans la bonne et belle soupe hihi j’aurais bien pris sa place … ok je rêve ! Alors j’attend comme tout le monde la suite … merci ! Hier lundi il faisait si beau et ce matin on est dans le brouillard, je pense que quand il va se lever mr soleil sera là !!! Bisous !

  14. Bon une belle balade suivie d’une nuit d’amour pour notre Meg, attends la suite avec fébrilité..que va-t-il se passer? Vite je vais lire plus loin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

wp-puzzle.com logo