Mercredi … C’est Musique … !!!

Pour ce mercredi en musique, je souhaite effectuer un hommage à Marc Ogeret, décédé le 4 juin dernier à l’âge de 86 ans.

Marc Ogeret

Peu connu du grand public, cet interprète a baigné toute mon adolescence et mes désirs de liberté. Papa écoutait Léo Ferré, moi, Marc Ogeret !

« A 17 ans, après une scolarité grise aux lycées Montaigne et Louis-le-Grand, il abandonne ses études pour travailler dans une fonderie, puis chez IBM et Renault. Quelques amis qui ont monté une troupe de théâtre le convainquent de les rejoindre et d’arrêter l’usine. Il se pique au jeu et intègre le Centre dramatique de la rue Blanche. Pour assurer l’ordinaire et se permettre un peu d’extraordinaire, muni de sa guitare, accompagné par un copain qui joue de la mandoline, il fait la manche aux terrasses des cafés de Pigalle ou du Quartier latin en chantant Léo Ferré et Félix Leclerc.

Il court les cabarets

Un quidam impressionné par sa voix chaleureuse, son timbre clair et sa diction impeccable le recommande à Pierre Prévert (le frère de Jacques, le poète), qui, après avoir tâté du cinéma, dirige La Fontaine des Quatre-Saisons, un cabaret de la rive gauche. Engagé le soir même, en première partie de Philippe Clay, Marc Ogeret démarre à partir de 1955 une carrière de trouvère amateur de poésie, aussi à l’aise dans la goualante, la ballade tragique ou la chanson populaire. » Sources du Monde

La Marseillaise anticléricale par Marc Ogeret – Chanson écrite par écrite par Léo Taxil, en 1881.

Le Triomphe de l’Anarchie ( Marc Ogeret )

Tu veux bâtir des cités idéales,
Détruis d’abord les monstruosités.
Gouvernements, casernes, cathédrales,
Qui sont pour nous autant d’absurdités.
Dès aujourd’hui, vivons le communisme
Ne nous groupons que par affinités
Notre bonheur naîtra de l’altruisme
Que nos désirs soient des réalités

Debout, debout, compagnons de misère
L’heure est venue, il faut nous révolter
Que le sang coule, et rougisse la terre
Mais que ce soit pour notre liberté
C’est reculer que d’être stationnaire
On le devient de trop philosopher
Debout, debout, vieux révolutionnaire
Et l’anarchie enfin va triompher
Debout, debout, vieux révolutionnaire

Et l’anarchie enfin va triompher

Empare-toi maintenant de l’usine
Du capital, ne sois plus serviteur
Reprends l’outil, et reprends la machine
Tout est à tous, rien n’est à l’exploiteur
Sans préjugé, suis les lois de nature
Et ne produis que par nécessité
Travail facile, ou besogne très dure
N’ont de valeur qu’en leur utilité

Debout, debout, compagnons de misère
L’heure est venue, il faut nous révolter
Que le sang coule, et rougisse la terre
Mais que ce soit pour notre liberté
C’est reculer que d’être stationnaire
On le devient de trop philosopher
Debout, debout, vieux révolutionnaire
Et l’anarchie enfin va triompher
Debout, debout, vieux révolutionnaire

Et l’anarchie enfin va triompher

On rêve amour au-delà des frontières
On rêve amour aussi de ton côté
On rêve amour dans les nations entières
L’erreur fait place à la réalité
Oui, la patrie est une baliverne
Un sentiment doublé de lâcheté
Ne deviens pas de la viande à caserne
Jeune conscrit, mieux te vaut déserter

Debout, debout, compagnons de misère
L’heure est venue, il faut nous révolter
Que le sang coule, et rougisse la terre
Mais que ce soit pour notre liberté
C’est reculer que d’être stationnaire
On le devient de trop philosopher
Debout, debout, vieux révolutionnaire
Et l’anarchie enfin va triompher
Debout, debout, vieux révolutionnaire

Et l’anarchie enfin va triompher

Tous tes élus fous-les à la potence
Lorsque l’on souffre on doit savoir châtier
Leurs électeurs fouaille-les d’importance
Envers aucun il ne faut de pitié
Éloigne-toi de toute politique
Dans une loi ne vois qu’un châtiment
Car ton bonheur n’est pas problématique
Pour vivre heureux Homme vis librement

Debout, debout, compagnons de misère
L’heure est venue, il faut nous révolter
Que le sang coule, et rougisse la terre
Mais que ce soit pour notre liberté
C’est reculer que d’être stationnaire
On le devient de trop philosopher
Debout, debout, vieux révolutionnaire
Et l’anarchie enfin va triompher
Debout, debout, vieux révolutionnaire

Et l’anarchie enfin va triompher

Quand ta pensée invoque ta confiance
Avec la science il faut te concilier
C’est le savoir qui forge la conscience
L’être ignorant est un irrégulier
Si l’énergie indique un caractère
La discussion en dit la qualité
Entends réponds mais ne sois pas sectaire
Ton avenir est dans la vérité

Debout, debout, compagnons de misère
L’heure est venue, il faut nous révolter
Que le sang coule, et rougisse la terre
Mais que ce soit pour notre liberté
C’est reculer que d’être stationnaire
On le devient de trop philosopher
Debout, debout, vieux révolutionnaire
Et l’anarchie enfin va triompher
Debout, debout, vieux révolutionnaire

Et l’anarchie enfin va triompher

Place pour tous au banquet de la vie
Notre appétit seul peut se limiter
Que pour chacun, la table soit servie
Le ventre plein, l’homme peut discuter
Que la nitro, comme la dynamite
Soient là pendant qu’on discute raison
S’il est besoin, renversons la marmite
Et de nos maux, hâtons la guérison

Debout, debout, compagnons de misère
L’heure est venue, il faut nous révolter
Que le sang coule, et rougisse la terre
Mais que ce soit pour notre liberté
C’est reculer que d’être stationnaire
On le devient de trop philosopher
Debout, debout, vieux révolutionnaire
Et l’anarchie enfin va triompher
Debout, debout, vieux révolutionnaire

Et l’anarchie enfin va triompher

 Paroles de Charles d’Avray

La chanson de Craonne – Marc Ogeret

Quand au bout d’huit jours le r’pos terminé
On va reprendre les tranchées,
Notre place est si utile
Que sans nous on prend la pile
Mais c’est bien fini, on en a assez
Personne ne veut plus marcher
Et le cœur bien gros, comm’ dans un sanglot
On dit adieu aux civ’lots
Même sans tambours, même sans trompettes
On s’en va là-haut en baissant la tête

Adieu la vie, adieu l’amour,
Adieu toutes les femmes
C’est bien fini, c’est pour toujours
De cette guerre infâme
C’est à Craonne sur le plateau
Qu’on doit laisser sa peau
Car nous sommes tous condamnés
Nous sommes les sacrifiés

Huit jours de tranchée, huit jours de souffrance
Pourtant on a l’espérance
Que ce soir viendra la r’lève
Que nous attendons sans trêve
Soudain dans la nuit et dans le silence
On voit quelqu’un qui s’avance
C’est un officier de chasseurs à pied
Qui vient pour nous remplacer
Doucement dans l’ombre sous la pluie qui tombe
Les petits chasseurs vont chercher leurs tombes

Adieu la vie, adieu l’amour,
Adieu toutes les femmes
C’est bien fini, c’est pour toujours
De cette guerre infâme
C’est à Craonne sur le plateau
Qu’on doit laisser sa peau
Car nous sommes tous condamnés
Nous sommes les sacrifiés

C’est malheureux d’voir sur les grands boulevards
Tous ces gros qui font la foire
Si pour eux la vie est rose
Pour nous c’est pas la même chose
Au lieu d’se cacher tous ces embusqués
F’raient mieux d’monter aux tranchées
Pour défendre leur bien, car nous n’avons rien
Nous autres les pauv’ purotins
Tous les camarades sont enterrés là
Pour défendr’ les biens de ces messieurs là

Ceux qu’ont l’pognon, ceux-là r’viendront
Car c’est pour eux qu’on crève
Mais c’est fini, car les trouffions
Vont tous se mettre en grève
Ce s’ra votre tour, messieurs les gros
De monter sur le plateau
Car si vous voulez faire la guerre
Payez-la de votre peau

Paroles de Raymond Lefebvre – 1919

Marc Ogeret – Le condamné à mort

Sur mon cou sans armure et sans haine, mon cou
Que ma main plus légère et grave qu’une veuve
Effleure sous mon col, sans que ton cœur s’émeuve
Laisse tes dents poser leur sourire de loup.

Ô viens mon beau soleil, ô viens ma nuit d’Espagne
Arrive dans mes yeux qui seront morts demain.
Arrive, ouvre ma porte, apporte-moi ta main
Mène-moi loin d’ici battre notre campagne.

Le ciel peut s’éveiller, les étoiles fleurir
Ni les fleurs soupirer, et des prés l’herbe noire
Accueillir la rosée où le matin va boire
Le clocher peut sonner : moi seul je vais mourir.

Ô viens mon ciel de rose, ô ma corbeille blonde !
Visite dans sa nuit ton condamné à mort.
Arrache-toi la chair, tue, escalade, mords
Mais viens ! Pose ta joue contre ma tête ronde.

Nous n’avions pas fini de nous parler d’amour.
Nous n’avions pas fini de fumer nos gitanes.
On peut se demander pourquoi les Cours condamnent
Un assassin si beau qu’il fait pâlir le jour.

Amour, viens sur ma bouche ! Amour, ouvre tes portes !
Traverse les couloirs, descends, marche léger
Vole dans l’escalier plus souple qu’un berger
Plus soutenu par l’air qu’un vol de feuilles mortes.

Ô traverse les murs, s’il le faut marche au bord
Des toits, des océans, couvre toi de lumière
Use de la menace, use de la prière
Mais viens, ô ma frégate, une heure avant ma mort.

Paroles: Jean Genet. Musique: Hélène Martin 1962

Marc Ogeret – L’affiche rouge

Vous n’avez réclamé la gloire ni les larmes
Ni l’orgue ni la prièr’ aux agonisants
Onze ans déjà que cela passe vit’ onz’ ans
Vous vous étiez servis simplement de vos armes
La mort n’éblouit pas les yeux des Partisans

Vous aviez vos portraits sur les murs de nos villes
Noirs de barbe et de nuits hirsutes menaçants
L’affiche qui semblait une tache de sang
Parce qu’à prononcer vos noms sont difficiles
Y cherchait un effet de peur sur les passants

Nul ne semblait vous voir français de préférence
Les gens allaient sans yeux pour vous le jour durant
Mais à l’heure du couvre-feu des doigts errants
Avaient écrit sous vos photos MORTS POUR LA FRANCE
Et les mornes matins en étaient différents

Tout avait la couleur uniforme du givre
A la fin février pour vos derniers moments
Et c’est alors que l’un de vous dit calmement
Bonheur à tous bonheur à ceux qui vont survivre
Je meurs sans haine en moi pour le peuple allemand

Adieu la peine et le plaisir adieu les roses
Adieu la vie adieu la lumière et le vent
Marie-toi sois heureuse et pense à moi souvent
Toi qui va demeurer dans la beauté des choses
Quand tout sera fini plus tard en Erivan

Un grand soleil d’hiver éclaire la colline
Que la nature est belle est que le cœur me fend
La justice viendra sur nos pas triomphants
Ma Mélinée ô mon amour mon orpheline
Et je te dis de vivre et d’avoir un enfant

Ils étaient vingt et trois quand les fusils fleurirent
Vingt et trois qui donnaient leur cœur avant le temps
Vingt et trois étrangers et nos frères pourtant
Vingt et trois amoureux de vivre à en mourir
Vingt et trois qui criaient la France en s’abattant

 Paroliers : Léo FERRE / Louis ARAGON

Auteur : ZAZA-RAMBETTE

Une bête à corne née un 13 AVRIL 1952 Maman et Mère-Grand...! Vous trouverez ici : humour de bon matin, sagas historiques sur ma Bretagne, des contes et légendes, des nouvelles et poèmes, de très belles photographies de paysages et d’animaux, de la musique (une petite préférence pour la musique celte), des articles culturels, et de temps en temps quelques coups de gueules...! Tous droits réservés ©

33 réflexions sur « Mercredi … C’est Musique … !!! »

  1. Ma chère Zaza,
    Et bien tu me fais découvrir ce chanteur!
    Je ne le connaissais pas et je lui souhaite de reposer en paix et de continuer à verser son chant plein de rage de vivre dans les contrées d’Autre Monde. Beaucoup de force en lui, dans la voix et le regard, un homme séduisant qui disait des mots de poètes. Désolée de ce que tu dois ressentir, quand on aime un artiste, profondément, c’est une part de nous qui chancèle lorsqu’il s’en va…

    J’espère que tu pourras aller à Châteaubriant… Avec ces pluies torrentielles, c’est vraiment la galère ! Nous on a eu plein d’inondations aussi, les autoroutes traversant Paris coupées et le RER B (c’est notre ancien train, là on est sur le RER D) qui s’est renversé mardi matin. Il n’y a eu très heureusement que des blessés légers avec une dame enceinte mais aux dires de la RATP qui gère le RER B , ça aurait pu être beaucoup plus grave alors ouf…

    Contente que tu aies craqué toi aussi pour les petits Amour et Psyché, ils sont trognons et mêlent charme enfantin et grande sensualité, un vrai délice ! Leur acquéreur doit être content. Il y a plein de belles choses sur le site de la Galerie Atena, on regarde avec les yeux. Je suis déjà passée devant à Paris, on se fait vraiment plaisir tellement la vitrine est belle.
    De gros bisous pour toi et les charmants habitants de la maisonnée, belle journée et encore merci pour la découverte de Monsieur Ogeret…
    Cendrine

  2. J’ai aucun souvenir de ce chanteur
    Merci pour ton billet
    Oui « aux urnes citoyens » car après on a pas le droit de se plaindre …
    Bonne journée
    Bisous

  3. Oh que tu as bien fait de mettre ce grand Monsieur à l’honneur.
    Son décès n’a pas été médiatisé avec  » tambours et trompettes  » , et pour cause. Il a dû en déranger pas mal !!!!!
    Et probablement encore maintenant.
    Il en a eu du courage de chanter ces textes .
    Merci ma Zaza.
    Je te fais de gros bisous 💙🖤❤ 🤗
    Francine

  4. Bonjour ma Zaza je ne le connaissais pas non plus, mais qu’il repose, en paix !
    Un tout petit mot pour te dire bonjour
    Aujourd’hui…le soleil est encore au rendez-vous, que demander de plus !
    Je te souhaite une bonne journée…
    Et te fait de gros bisous virtuels !

  5. je ne le connaissais pas, je vois qu’il a osé toucher à la Marseillaise…..je ne suis pas pour….mais ce n’est que mon opinion….passe une bien agréable journée ici ce sera encore sous la pluie, c’est ce que nous avons en ce moment

    1. Il faut lire les textes et commentaires concernant les chansons mises en ligne. Le texte de cette Marseillaise a été écrit par Léo Taxil, en 1881. Ce ne sont pas tes idées et je le respecte, mais cette époque de l’histoire de France ne peut être ignorée !

  6. Bonjour Zaza.
    Si nous avons eu du beau temps pour le week-end, hé bien ça n’a pas duré bien longtemps.
    Il fait bon, mais il y a du vent et de la pluie.
    Mais il ne faut pas nous plaindre, chez nous pas de risque d’inondation.
    Ici, soit ça monte, soit ça descend.
    Ce matin, je suis en meilleure forme qu’hier, mon mal de dent va un peu mieux.
    J’espère que tu vas bien.
    Bonne journée.
    Bisous de nous deux.

  7. Une découverte merci zaza j’aime bien la seconde… bonne journée moins mouillée que ces jours derniers le soleil semble vouloir percer ce matin bisous

  8. Bonjour Zaza
    Merci pour ce bel hommage
    Je ne connaissais pas ce chanteur , mais il me rappelle l’epoque ou ma mère ecoutait ces chansons..
    L’accordeon y etait maitre ..
    Merci à toi
    Bises

  9. Bonjour,
    C’est un plaisir de lire cet article bien documenté sur Marc Ogeret, un artiste que j’aime bien et que j’ai mis plusieurs fois en ligne sur mon site.
    Je vais partager le lien.
    Bonne journée
    Bises

  10. Un chanteur que j’appréciais , dans son répertoire de chants de révolte, c’est surtout la Chanson de Craonne que je connais, et les chansons sur « Brest et Recouvrance » que j’ai en entier sur mon « disque mémoire »….
    Bonne journée, pour une fois un peu plus sèche !!

  11. Bonjour Claudine
    Alors moi je ne connais pas du tout ce chanteur !!
    je viens d’écouter ses chansons , ce n’est pas faut ce qui est écrit
    Passe une bonne journée, bises

  12. Je vois que nous avons les mêmes goûts en matière de chansons..j’appréciais ses interprétations, sa voix…et mince, je ne le savais pas si âgé.
    Merci à lui pour ces bons moments passés ensemble!
    Bises de Mireille du sablon

  13. Bonjour Zaza
    Je ne connaissais pas ce chanteur engagé …
    Merci pour ton partage et tu lui rends un bel Hommage
    Bises, bonne journée

  14. waouh…ça décoiffe sec, mais bon, c’était l’heure de gloire du communisme, je pense qu’il a dû être déçu en voyant le résultat…car au départ l’idée est géniale…sauf que…ils ne l’ont pas pratiqué. Ces chansons qui saignent, sont tellement noires qu’elles en sont belles…merci pour lui. bisous ma Zaza. Chut…on ne fait pas de bruit, le soleil est là…on voudrait qu’il reste un peu…

  15. Un chanteur très engagé.
    Merci pour ce très bel hommage qui me fait découvrir certaines chansons.
    Bises et douce journée ma Zaza.

  16. Je ne connaissais pas ce chanteur, alors merci Zaza. Il me fait ressembler, à certaines intonations de voix à Léo Férrer, je ne sais pourquoi. Gros bisous et bel après-midi. Ici un peu de soleil aujourd’hui, mais dur dur.

  17. bonjour
    j avoue que je ne connaissait pas du tout ce Monsieur et ses chansons
    alors c’est une découverte pour moi
    un chanteur très engagé
    merci pour les vidéos
    bonne journée ZAZA

  18. bonjour Zaza bel hommage à cet artiste qui méritent qu’on parle de lui … car je ne le connais pas
    et j’écoute et il avait des choses à dire et +++ !!! la chanson de Craonne waouh !!! merci gros bisous belle semaine en Zic … … a++ merci

  19. Dans un village de vacance ou je séjournais alors que j’étais ados il était venu nous chanter plusieurs chansons…J’avais vraiment aimé, j’ai su en effet qu’il était partis rejoindre Ferrat et tous les autres qui avaient de la voix.

    Bises

    EvaJoe

  20. Bonjour,
    voilà un départ qui n’aura pas fait les gros titres et pour cause, Ogeret n’est pas à la mode, ni les idées de paix, de Résistance, de justice.
    Bel article, merci,
    Jean

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

wp-puzzle.com logo

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.