Atelier d’écriture N° 134 chez Ghislaine … !!!

Les consignes de Ghislaine, ICI, pour son atelier d’écriture N° 134
Aux choix  
Thème « Texte avec 5 mots commençants par »
Et, où,
Insérer les 8 mots : « Pour, avec, mon, dans, car, œil, voir, ma… »

Les facéties de mon ombre !

Jamais je ne l’aurais imaginé !

Cela fait quelques jours que j’ai constaté le phénomène. Je n’en parle pas, car vous me prendriez pour une folle. Mais je ne suis pas folle, tout de même !…  
– Mardi dernier, mon ombre a bougé. Du verbe « bouger », synonyme de remuer, gigoter, gesticuler, gambiller, se trémousser… Et ce n’était pas un jeu !
– C’était mardi dernier, je rentrais du travail. Je me suis arrêtée sur l’esplanade le long du littoral. Les goélands « bon pied, bon œil » piquaient sur les sprats dans l’eau…    
Le soleil se couchait et quand je me suis retournée, mon ombre était immense. J’ai à peine cligné des yeux, et j’ai vu mon bras, là, par terre, tout sombre et tout déformé, se soulever. Mon bras « à moi », le vrai, était collé à mon corps…
Mon « ombre-bras » a bougé tout doucement. J’ai vu ma main s’ouvrir, et s’agiter tout doucement. Mon ombre me faisait coucou ! Infâme juron de sa part ! Votre ombre à vous, vous l’avez déjà vu vous faire coucou ?
Évidemment, j’ai fait ce qu’aurait fait toute personne sensée. Oubliant tout sens commun, et par là même le fait qu’on ne peut semer son ombre, j’ai filé chez moi…  
Depuis, cela n’a fait qu’empirer.  
Mon ombre me suit partout. Mais elle ne se comporte pas comme toutes les ombres, non, puisqu’elle est dissociée de mon corps.  
Elle mène sa vie d’ombre, tranquillement, se glissant derrière les rideaux, s’enroulant autour de mes livres, se frottant à moi.  
Bien évidemment, dès que je sors, que je vois du monde, cette sournoise se comporte comme ses pairs : comme un ombre docile, sans vie propre…
Je n’en peux plus !  
Chaque matin, au réveil, je garde les yeux le plus longtemps fermés en priant pour qu’elle ait disparu. Et puis je sens un frôlement, et je sais qu’elle est là, près de moi.
J’ai tout essayé, mais, croyez-moi ou non, on ne peut pas tuer son ombre.  
Alors, j’ai décidé de vivre avec, dans le noir.  
Chacun ses solutions ! J’ai accumulé ces derniers jours assez de nourriture pour ne pas sortir de chez moi avant longtemps.  
L’appartement est à moi, j’ai démissionné : je suis libre…   
Je gagnerai cette bataille. Mon ombre devra bien s’avouer vaincue à force de ne plus exister. Car sans lumière, point d’ombre.  
Voilà, je vais m’arrêter là. Merci d’avoir pris le temps de me lire.  
Je laisse cette missive où tout a commencé, sur l’esplanade, le long du littoral.

Auteur : ZAZA-RAMBETTE

Une bête à corne née un 13 AVRIL 1952 Maman et Mère-Grand...! Vous trouverez ici : humour de bon matin, sagas historiques sur ma Bretagne, des contes et légendes, des nouvelles et poèmes, de très belles photographies de paysages et d’animaux, de la musique (une petite préférence pour la musique celte), des articles culturels, et de temps en temps quelques coups de gueules...! Tous droits réservés ©

20 réflexions sur « Atelier d’écriture N° 134 chez Ghislaine … !!! »

  1. Tu sais quoi ?
    J’ai ri
    Tu sais pourquoi ?
    Petite je voulais la chopper cette ombre qui me coller aux basques
    Paraît-il que j’amusais la galerie avec ça
    Je suis rassurée je ne suis pas folle non plus hihihi
    —————Juste pour mémoire
    “L’expression “”coller aux basques”” est utilisée depuis le XVIIIème siècle. À cette époque, les “”basques”” étaient des morceaux de tissus qui descendaient en dessous de la taille. Cette expression était une métaphore très employée à l’époque pour dire qu’une personne en collait une autre. Malgré la disparition des basques, cette locution est toujours aussi populaire actuellement.”.

    ————Gros bisous

  2. Coucou Zaza !
    N’aies pas peur ! je ne suis pas ton ombre…
    Mais il fallait bien que je vienne te retrouver pour te dire que j’avais vraiment eu beaucoup de plaisir à lire ta mésaventure et compris ton angoisse.
    A ta place, je la leurrerais en lui faisant croire que je me désintéresse d’elle et, de guère lasse, elle va se ranger. ;)
    En tout cas, elle nous aura permis de passer un bon moment avec toi.
    Bravo ! Bisous

  3. Ma pôve Zaza te voilà devenu zinzin
    T’as pas essayé de la noyer dans un puits le soir de pleine lune
    Quya te miaoune avec compassion et tendresse
    Moi je te ziboute et demande à ta ménagerie y compris ton 2 pattes de veiller sur toi

  4. Je suis pliée de rire Zaza ! Je me suis pensé que tu n’étais toujours pas sortie de ton confinement et que doucement une petite folie envahissait tes neurones !
    Trêve de plaisanterie si tu en as encore des textes comme ça je suis plus que preneuse j’achèteeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee
    Ma Zaza té trop fortiche !!!!!!!
    Plein de bisous

  5. Formidable ton récit “ombreux”!
    J’ai beaucoup aimé ton histoire d’ombre qui essaie de s’émanciper du corps témoin, une ombre ambivalente qui me fait penser, d’une certaine façon, au Horla de Maupassant. C’est très bien écrit ma Zaza, c’est franchement génial même, j’aime vraiment beaucoup et je te dis “bravo”!
    Gros bisous pour te souhaiter, ainsi qu’à ton Poux Ronchon, une douce fin de semaine.
    Amicales pensées
    Cendrine

  6. Et bien Zaza en voilà une histoire , excuses-moi , mais tu as une telle façon de raconter les choses avec ton humour habituel qu’on ne peut que rire! Bisous et bonne fin de journée MTH

  7. C’est vrai que de ne pas aller dans la lumière est une bonne façon de se débarrasser de son ombre…
    Je crois que je préfèrerais jouer avec elle. :)
    Bravo pour ton récit. J’ai adoré.

  8. Mais pourquoi veux-tu te débarrasser d’elle? c’est super cette ombre animée. Ça te fait une amie, une présence, tu es moins seule, lui as-tu parlé au moins? Gentiment forcément. Je suis persuadée qu’elle ne te fera plus de farces où alors juste pour s’amuser. Mets toi à sa place, elle doit s’ennuyer à te suivre comme ça.
    Dis moi si ça marche!
    A bientôt!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.