Atelier d’écriture N° 180 … !!!

Les consignes de Ghislaine, ICI

Son thème : « Passé, présent, futur »
Et, Où,

Écrire
un texte en insérant dans le texte, les 16 mots :
« Rêve, doute, demain, passé, charme, village, calme, coton, amour, vie, temps, couper, montrer, mérite, bien, enlacer... »
Et, Où,
Écrire un texte avec des mots commençant par «
N »
Et, Où,

S’inspirer de la photo ci-dessous…

Contrairement aux représentations classiques de la pensée, telles la déesse Athéna drapée et armée, Le Penseur de Rodin est un homme tout Nu, symbolisant l’universalité de la pensée, et musclé, liant l’exercice de l’esprit à celui du corps.
D’abord en plâtre, il fut tourné en dérision :
– « Mais c’est une brute énorme, un gorille, un caliban, stupidement obstiné, qui rumine une vengeance… » S’écriait le public lors de sa première exposition à Londres.
« Rodin, tu te rends compte de ce que les rosbifs pensent de ma représentation. Je suis franchement peiné ! Demain, serais-je reconnu à ma juste valeur ??? »
Ensuite, il fut exposé au Salon de la Société Nationale des beaux-arts à Paris, malgré les premières critiques. Néanmoins, l’enthousiasme finit par l’emporter. La revue « Les Arts de la vie » reconnut le talent de Rodin qui méritait bien une souscription dont le produit serait destiné à placer sa nouvelle œuvre sur une place de Paris, qui, pour l’époque, n’était plus ce petit village calme, plein de charme.
C’est ainsi que le Penseur de Rodin fut inauguré devant le Panthéon, à l’aube de la Nuit, le 21 avril 1906. De plâtre par le passé, il fut transformé en bronze.
116 années se sont écoulées. Notre Penseur râlait toujours !
 – « Comme je m’ennuie depuis tout ce temps. Auguste s’en est allé pour rejoindre Camille, l’amour de sa vie et moi, je suis toujours là, dans cette position inconfortable, en proie aux regards des passants « voyeurs » et aux oiseaux qui m’enlacent en me demandant ce que je fais là ! »

– « Mais que leur réponds-tu Penseur ? »
– « Je médite, piaf !?! »
– « Tu médites ! Mais dans ta position, je pensais que tu poussais… »
– « Ah, ça va, fais pas chier !… »
– « Tiens, attrape. Je t’ai apporté du PQ, ouaté et aussi doux que du coton… »
– « Mais je rêve ! Ôtez-moi d’un doute ! Il n’y a plus de respect pour les œuvres d’art, dans ce XXIème siècle qui ne tourne vraiment pas très rond ? Coupez, coupez… Pas question de montrer cette prise de vue dégradante. »

Auteur/autrice : ZAZA-RAMBETTE

Une bête à corne née un 13 AVRIL 1952 Maman et Mère-Grand...! Vous trouverez ici : humour de bon matin, sagas historiques sur ma Bretagne, des contes et légendes, des nouvelles et poèmes, de très belles photographies de paysages et d’animaux, de la musique (une petite préférence pour la musique celte), des articles culturels, et de temps en temps quelques coups de gueules...! Tous droits réservés ©

28 réflexions sur « Atelier d’écriture N° 180 … !!! »

  1. Si on ne savait pas, on a appris des choses sur le Penseur…. Côté « pot », sourire ! Eh oui pauvre homme, le temps passe et lui demeure, ainsi ! Merci Zaza, bises

  2. Ce buste est inspirant
    Même si depuis le temps
    Admiré
    Il l’a été
    Sans se plaindre
    Il assume sa nudité
    Cela dit à poil ou habillé
    La méditation n’est pas permise à tout le monde faut croire
    Si non le monde irait mieux si certains rustres prenaient le temps de méditer sur la beauté du monde

  3. Merci de nous raconter l’histoire de cette statue que j’aime beaucoup. Cependant quand on regarde la première photo on peut penser qu’il rumine une vengeance. Bisous

  4. Bonjour Zaza, super ton billet, l’histoire du penseur méprisé au début et jusqu’à la chute qui m’a bien fait rire bravo bisous bon jeudi MTH

  5. J’adore ton texte Zaza !
    J’ai toujours aimé cette sculpture de Rodin……
    Elle me fascine depuis toujours.
    Souvent j’ai imaginé ce que pouvait penser Rodin a la créant !
    Merci Zaza

  6. Bravo Zaza pour ce défi où tu as donné la parole au penseur .
    Le détournement des œuvres artistiques a beaucoup d’adeptes, il y en ade fort réussis
    Bonne journée
    Bises

  7. … il pense à quoi? …. »au repas de midi », dit l’homme de la maison et… il a raison quoi!
    Bises du jour
    Mireille du sablon

  8. Merci zaza pour ton écrit sur le thème.
    Ah Rodin a dû parfaire son œuvre … Pas toujours simple la vie d’artiste !
    Il reste un homme qui a des besoins .. oui même ceux-là.. pourquoi pas ! :)
    hihi
    bises

  9. J’ai emmené ma petite dernière au Musée Rodin alors qu’elle avait une dizaine d’année… Je ne pensais pas qu’elle serait choquée… et pourtant, elle l’a été.
    Pourquoi ces monsieur était-il tout nu dans le jardin ? Pourquoi tant de nus ? La seule partie qui lui a plu dans le musée était la pièce où les chérubins et angelots lui faisaient penser aux bébés…
    Finalement, le penseur aurait pu se rhabiller…
    J’adore ta page !
    Bisous et douce journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.