Le mot mystère … !!!

RAPPEL DES RÈGLES : « Vous utilisez les lettres du mot mystère pour construire des mots de cinq lettres au moins, que vous introduisez dans un texte de votre choix. N’oubliez pas donner le mot ! »

EEEIOCRRTLL TIERCEROLLE « Le mot de Lilou : Il m’a dit,
– **Fernand prête-moi ton tonneau**  
– **Oui** M’a dit Fernand **Mais je n’ai qu’un vieux machin qui ressemble à une barrique**.  
Et toi tu as 11 lettres pour trouver ce mot féminin
.…»

À vos dictionnaires ! – 😂 – Les anagrammes utilisées :

« Tiercerolle, récit, célérité, troll, irréelle, tollé, recèle, étole, étoilée, reçoit, élite, rôtir, riote, cloître, litre… »


Quand on parle de tonneau, de barrique ou de tiercerolle, comment ne pas évoquer le mythe des tonneaux de Danaïdes. Voici le récit de cette légende qui remonte probablement au Catalogue des femmes du pseudo-Hésiode !

Les Danaïdes, John William Waterhouse, 1903

A la mort de Byblos, Egyptos règne avec célérité sur l’Egypte.
Il a lui aussi cinquante fils et demande à son frère, Danaos, s’il accepterait de marier ses cinquante filles à ses fils pour éviter tous les problèmes de successions. (Nom d’un troll, de nos jours une situation qui semble irréelle !)
Danaos, d’abord d’accord, eut une prémonition :
 « Les fils d’Egyptos avaient décidé de tuer leurs épouses après le mariage. »
Danaos décide alors de s’enfuir avec ses cinquante filles, va jusqu’à Argos et en devint le roi avec l’aide d’Athéna.
Quel tollé ! Egyptos, prévenu de la fuite de son frère, envoie ses fils, à la tête d’une armée, rechercher leurs promises…
Un émissaire se présente à Danaos. Venant de la part de ses neveux, il refuse de le laisser entrer. Mais le garçon arrive avec un chargement qui recèle de cadeaux (étole d’or, tissu, vaisselle étoilée…).
Le roi, ne pouvant résister, accepte et reçoit les cadeaux, laisse entrer cet émissaire.
L’homme lui assure que les cinquante fils d’Egyptos n’avaient que des projets pacifistes.
Danaos finit par céder sous la menace d’un siège et accepte le mariage de ses cinquante filles.
Le jour du mariage, Danaos demande à ses filles de glisser dans leurs cheveux une grande épingle, pour ensuite, la planter dans le cœur de leurs maris quand ceux-ci dormiront.
Les couples furent soit tirés au sort, soit assortis. Après la noce, les cinquante couples vont se coucher. Les maris s’endorment enfin. Quarante-neuf des filles coupèrent la tête de leur époux et les enterrèrent à Argos.
Il ne restait qu’ Hypermnestre, très amoureuse de Lyncée, qui sauva son époux.
Danaos finit par accepter le mariage de Hypermnestre et de Lyncée.
Cependant, il lui restait encore quarante-neuf filles à marier…
Le meurtre de leurs époux respectifs avait terni leur réputation. Aucun prétendant ne se présenta pour les demander en mariage.
Danaos organisa alors des jeux et le gagnant a, en « cadeau », une jeune fille. (Et vous parlez d’un cadeau vous…)
Les époux étaient des élites, mais de conditions bien médiocres : c’étaient de simples paysans ou artisans.
Quelque temps après, Lyncée revient, tue les quarante-neuf jeunes femmes ainsi que leur père, Danaos.
Lyncée prend alors la place de Danaos et devient à son tour roi d’Argos.
Les Danaïdes étant mortes, elles arrivent aux Enfers.
Pour y rôtir ? Mais non !
Elles sont envoyées dans le Tartare, un lieu sinistre des Enfers où sont envoyés les criminels.
Zeus qui riote, n’avait pas oublié leurs meurtres, les cloître et les condamne, éternellement, à remplir, litre après litre, une jarre percée.
Ce châtiment éternel a donné l’expression : « tonneau des Danaïdes » qui signifie « une tache absurde, ridicule, sans fin ».

Auteur/autrice : ZAZA-RAMBETTE

Une bête à corne née un 13 AVRIL 1952 Maman et Mère-Grand...! Vous trouverez ici : humour de bon matin, sagas historiques sur ma Bretagne, des contes et légendes, des nouvelles et poèmes, de très belles photographies de paysages et d’animaux, de la musique (une petite préférence pour la musique celte), des articles culturels, et de temps en temps quelques coups de gueules...! Tous droits réservés ©

20 réflexions sur « Le mot mystère … !!! »

  1. Grâce à toi on revisite, ou découvre le mythe des tonneaux de Danaïdes ! Merci Zaza, bon lundi, bises jill ,-) tout comme il y eut Diogène de Sinope….

  2. Bonjour Zaza, je frémis en lisant l’histoire , mais c’est interessant de savoir d’où vient une expression familière. Bisous bon lundi. MTH

  3. comme il n’y a pas les lettres du mot virus, c’est pourtant le seul mot qui depuis 15 jours m’ennuie beaucoup…..à part celui là qui capte mon esprit en permanence, je ne peux t’en donner d’autre…..passe une bien douce journée

  4. Bonjour Zaza.
    Elles ont du souci a se faire les Danaïdes pour remplir le tonneau.
    J’espère que comme nous, tu as passé un bon week-end et que tu vas bien.
    Voila une nouvelle semaine qui commence, je te la souhaite agréable.
    Bisous de nous deux.

  5. coucou j’aime bien l’histoire Zaza , mais ce devait être dur je pense pendant cette période royaliste,nous avons un temps sombre je pense que ca vas être de la pluie ,je te souhaite un très bon Lundi, bises

  6. je ne connaissais pas le mot tiercerolle !! merci !! et bravo pour ce beau texte sur les Danaides ! des dames peu recommandables ! mais qui sont bien punies, bonne santé à toi chère Zaza, grosses bises

  7. Évidemment, c’est obligatoirement une découverte que ce mot mystère, à chaque fois. Et il t’a inspiré un billet qui me rafraîchit la mémoire ! Très agréable à lire.
    Bises, Zaza, et bon lundi.
    Fabrice

  8. Une légende que je ne connaissais pas mais qui fait frémir … Mais tu as une belle manière de nous la partager Zaza avec tes mots.
    Bonne semaine par chez toi, le temps est meilleur par chez nous après un week end venteux et pluvieux, on est restés à la maison ! Bises ch’tis ! Nicole

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.