Le tableau du samedi … !!!

En souvenir de Lady Marianne à qui nous pensons bien fort et désormais sous l’égide de Lilou et de Fardoise

Les consignes de Lilou : CLIC
Thème « Art Naïf »

Huile sur toile  – Dimensions : 76 x 63cm – Datation : 1924 – Lieu : Collection de la Fondation José et Paulina Nemirovsky, São Paulo, Brésil

Tarsila do Amaral est une peintre brésilienne de l’école moderniste mêlant dans l’Art Naïf à certaines époques de sa vie.
La toile présentée ci-dessus, Carnaval em Madureira est une construction visuelle, faite d’esquisses et d’expériences vécues par l’artiste.
Source de l’inspiration du tableau ci-dessus :

En 1924, Tarcila do Amaral était à Rio de Janeiro, où elle a passé le Carnaval. Surprise par l’audace de la culture populaire, elle est tombée sur une allégorie de 15 mètres, créée comme décoration pour le Carnaval de Madureira, telle que rapportée et documentée par la photographie, d’une Tour Eiffel autour de laquelle, par un engin, un dirigeable, hommage à Santos Dumont.
Le choix du titre était dû à la renommée du quartier de Madureira, connu depuis les premières décennies du XXe siècle pour ses cercles de samba et ses blocs de carnaval traditionnels.
Au milieu de l’écran se trouve la Tour Eiffel, décorée de fanions colorés.
Sur votre gauche se trouve un dirigeable.
Au fond, deux énormes pierres rappellent les souvenirs de la ferme, avec plusieurs formations rocheuses, où la peintre a vécu son enfance.
Tout cela est transporté dans les collines de la ville de Rio de Janeiro dans sa propre langue, dans un mélange d’environnements ruraux, urbains et extérieurs.
Cette peinture propose de tons lumineux et mélange des thèmes brésiliens et étrangers.
Les personnages ont un teint foncé qui se distingue par l’utilisation de vêtements colorés. La végétation est d’un vert luxuriant.
Presque toutes les femmes présentes dans la composition portent des chapeaux flashy de différentes tailles, formes et couleurs – des accessoires de carnaval.
Plusieurs enfants sont également présents.
Deux d’entre eux décorent votre chien en attachant un énorme ruban à la queue de l’animal, qui fait également partie de la fête.
Une femme grande et mince avec de nombreux colliers autour du cou contraste avec une autre, courte et ronde, avec un foulard sur la tête.
La présence de la Tour Eiffel est liée à la France, symbole de modernité, un pays désiré par presque tous les artistes de l’époque. La peintre y a passé plusieurs années de sa vie. Les drapeaux font allusion à la joie.
Sa vie :

Elle est née en 1886 dans une famille aisée de la région de São Paulo – son père était un riche planteur de café – et suit l’enseignement de Pedro Alexandrino Borges, avant de partir en 1920 à Paris pour y approfondir sa formation. Elle va y suivre les cours des artistes modernistes comme Fernand Léger, Albert Gleizes et André Lhote.
Elle développe peu à peu un style particulier et coloré, mêlant sa culture brésilienne avec les techniques apprises à Paris comme les dessins préparatoires et la mise en valeur des compositions. Elle va présenter des toiles invitant à l’imagination et à la rêverie.
Avec ses amis Oswald de Andrade (qui deviendra son mari) et Blaise Cendrars, elle accède au monde des arts parisiens, mais retourne souvent dans son pays natal où avec ses amis Anita Malfatti, Mario de Andrade et Menotti del Picchia, elle va être initiatrice de l’art moderne au Brésil.
Sa production est la plus féconde entre 1923 à 1929, mais son succès fut limité, car les débuts du surréalisme attiraient toutes les attentions du public. Puis elle se tourne vers le Parti communiste et l’art réaliste et ce n’est que beaucoup plus tard, vers sa vieillesse, qu’elle reviendra à l’imagination et aux fantasmes.
Deux expositions ont été réalisées à Paris pour cette artiste, une en 1926 et la dernière, début 2006, à la Maison de l’Amérique latine.
Selon Paulo Herkenhoff, directeur du Musée des beaux-arts de Rio de Janeiro, elle est le « baromètre de la société brésilienne des premières décennies du XXe siècle. »
De retour à São Paulo, elle y décédera en 1973.

Auteur/autrice : ZAZA-RAMBETTE

Une bête à corne née un 13 AVRIL 1952 Maman et Mère-Grand...! Vous trouverez ici : humour de bon matin, sagas historiques sur ma Bretagne, des contes et légendes, des nouvelles et poèmes, de très belles photographies de paysages et d’animaux, de la musique (une petite préférence pour la musique celte), des articles culturels, et de temps en temps quelques coups de gueules...! Tous droits réservés ©

32 réflexions sur « Le tableau du samedi … !!! »

  1. Ça en jette,la tour Eiffel brésilienne et ses couleurs ensoleillées,et toute cette vie qui grouille DANS LA JOIE.

  2. bonjour
    j ‘aime bien les tableaux naifs , ils me détendent
    couleurs et formes ( je crois que beaucoup n ‘apprécient pas )
    celui ci est trés exotique et bien coloré

    bonne journée ZZA
    bises

  3. Tiens, une autre brésilienne ! Et sans nous concerter. Deux femmes en plus.. C’est vrai que les œuvres de Tarsila sont plus ou moins naïves, mais dans l’ensemble elle est restée fidèle à l’art populaire. Elle a su assimiler les techniques tout en gardant son regard. Belle découverte. Et bonne fin de semaine.

  4. Bonjour Zaza, j’aime beaucoup, c’est coloré et puis la Tour Eiffel en couleur du soleil j’aime. Bisous bonne journée MTH

  5. je decouvre certte peintre bresilienne, et j’aime beaucoup ce tableau naif ! avec notre bonne vieille tour Eiffel ! merci chere Zaza bon weekend grosses bises

  6. Ce que j’aime ce sont les formes originales qui font penser à des monuments réels et surtout les couleurs qui chantent comme ils savent si bien le faire sous n’importe quel prétexte. Bravo à cette artiste. Bisous ma chère Zaza et bon week-end

  7. Paris à toujours fait rêver beaucoup d’artistes qui s’y sont rendus et qui ont appris quoique dans une certaine précarité souvent.
    Ce tableau est dans ces tons qui réchauffent et oui, la fête réchauffe bien les cœurs.
    Bon week-end à vous
    Ici il fait très frisquet après la grosse gelée de ce matin, on reste sous le plaid, un bouquin et le rugby pour l’homme de la maison.
    Bises
    Annie

  8. Excellent choix avec cette artiste brésilienne . Le tableau est vraiment gai et plein de vie . La fête y apparait de suite comme un art de vivre .
    Merci pour les explications .
    Bonne soirée
    Bises

  9. J’adore cette représentation d’un petit monde enfantin, simple, coloré, schématisé et moderne, plein de gaité , et la tour Effeil en prime !
    Merci Zaza

  10. La Tour Eiffel version brésilienne au milieu de cet univers chaud et coloré mêlant toutes sortes de références, c’est d’une singularité à souligner. Joli et intéressant choix, Zaza. Je ne connaissais ni l’œuvre ni l’artiste, mais j’apprécie !!! Merci.
    Bises et bon dimanche.
    Fabrice

  11. Bonjour Zaza
    Peinture en art naïf mais pas enfantin.
    La peintre a transposé une partie de sa vie parisienne dans son pays et la réunion est surprenante.
    Une certaine joie de vivre se dégage de ce tableau aux couleurs chaudes et lumineuses.
    Beau partage
    Bisous et caresses à tes 4 pattes la mienne galope … ou pas bullant dans la ruine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.