Le tableau du samedi … !!!

Les consignes de Lilou, ICI
Le thème : « Les oiseaux »

La femme au perroquet – Gustave Courbet

Huile sur toile – Dimensions : 129,5 × 195,6 cm – Se trouve au Musée Métropolitain d’Art de New York

Inutile de vous présenter Gustave Courbet, mais pour les aminautes qui voudraient en savoir plus : CLIC
Galvanisé par le succès de la « Naissance de Vénus » de Cabanel (Musée d’Orsay, Paris) au Salon de 1863, Courbet cherche à défier l’Académie française à ses propres conditions avec une peinture de nu qui sera acceptée par un public de plus en plus rigide, et arbitraire (Jury du Salon).
Sa première tentative, en 1864, fut rejetée pour indécence ; cependant, deux ans plus tard, sa « Femme au perroquet » fut acceptée pour le Salon de 1866.
Alors que des aspects de « La femme au perroquet », notamment la pose de la figure et les tons chair subtilement modelés, l’alignaient sur l’art académique, les téléspectateurs étaient choqués par la présence des vêtements jetés et des cheveux ébouriffés du modèle.

La posture est improbable, le lieu indéfinissable.
Au premier plan, la robe retirée, et plus loin à droite, le perchoir de bois pour le perroquet.
La partie gauche du tableau semble plus chargée que la partie droite, tandis que les zones blanches (le drap et le corps) contrastent vivement avec les zones sombres.
La tête du personnage étant plus proche de nous que ses pieds, nous (c’est-à-dire le spectateur, ainsi que le peintre), devons-nous situer assez près de la toile, une proximité qui rappelle d’autres tableaux de Courbet… (Par exemple Le Désespéré ou le Petit portrait au chien noir).
L’expression de son visage est impénétrable et il faudrait pénétrer dans le tableau (comme dans Les Baigneuses).
Les cheveux roux se répandent sur le lit, comme ceux de la belle Irlandaise.
On peut les comparer à la brosse du peintre, dont les poils s’étalent sur la toile (le drap blanc).
Quant au perroquet aux couleurs vives (créature phallique), on peut le comparer à la palette du peintre.
« Une femme de son temps » et pourtant, le rapport du peintre/spectateur au tableau est ambigu. D’une part, il est « voyeur », conformément à l’usage. Mais d’autre part, depuis l’intérieur du tableau, il s’identifie au personnage féminin, à mon sens !

Auteur/autrice : ZAZA-RAMBETTE

Une bête à corne née un 13 AVRIL 1952 Maman et Mère-Grand...! Vous trouverez ici : humour de bon matin, sagas historiques sur ma Bretagne, des contes et légendes, des nouvelles et poèmes, de très belles photographies de paysages et d’animaux, de la musique (une petite préférence pour la musique celte), des articles culturels, et de temps en temps quelques coups de gueules...! Tous droits réservés ©

28 réflexions sur « Le tableau du samedi … !!! »

  1. audacieux certes mais encore académique quand je pense à l’enterrement ou à l’atelier du peintre
    merci Zaza pour ce Courbet que je découvre.

  2. Je l’avoue, ce très tableau m’interroge: pourquoi une telle posture pour cette femme?…..
    Bises de Mireille du sablon

  3. Bonjour Zaza, un beau tableau, j’avoue que je ne me pose pas de question quand je regarde un tableau, j’aime ou pas, c’est tout, je suis d’une nullité en art, j’en ai honte (presque) j’avoue préférer les photos . bisous Bon Samedi MTH

  4. A chacun de regarder le tableau et de le ressentir. le jeu des couleurs et des zones plus ou moins éclairées est subtil et la posture de la femme répond certainement à un cadrage de l’œuvre… Rien n’est jamais laissé au hasard.
    Bon week-end !

  5. Courbet n’est pas un de mes peintres préférés, il avait l’air obsédé par le sexe, je déteste son tableau « LOrigine du monde »…
    Bises et belle journée

  6. Comme les sculpteurs anciens et beaucoup d’autres peintres, Courbet était « attiré » par les femmes nues nombreuses sur ses toiles, ce qui n’est pas du plus grand intérêt !
    Bon week end…..chaud ! 35° dans le jardin en ce moment

  7. Un tres beau tableau où le nu est célébré avec beaucoup de talent. Drap et chair éclairent le tableau . Par contre le modèle est dans une position plutôt inconfortable .
    Bonne journée Zaza
    Bises

  8. Un peintre assez sarcastique vis-à-vis de la femme je pense, pourquoi la dénuder avec un oiseau qui prend son envol, peut-être voulait-il se l’envoyer (lol !) mais dis-moi j’ai bu de l’eau mais avec la chaleur elle a dû se transformer en rosé car je ne vois pas de perroquet moua !
    Il fait trop chaud quelle barbe, la clim m’a déclenché une bronchite assez importante et j’ai du mal à m’en défaire. Elle m’aime que veux tu lol !
    J’espère que tu n’as pas trop chaud dans les terres tout au moins plus chaud que sur ton île avec la brise marine. Je suis sur Dinan pour le week-end et il fait chaud pas de brise.
    Bisous bisous sans oublier les boules poilues. Prends soin de toi ma chère Zaza

  9. des tableaux osés que peint Courbet
    mais quel talent ,
    c’est de l ‘art c’est peint d ‘une façon magnifique
    je ne le connaissait pas celui la , mais celui e l ‘origine du monde bien sur

    bonne journée ZZA

    bume sur la mer et 16 degrés pas caniculaire pour nous
    j ‘ai remis un gilet j ‘ai froid au vent

    bises Kénavo

  10. Un tableau indécent au parfum de scandale ?
    Pose lascive et inconfortable. Avec un perroquet sur le bout des doigts qui se pose ou qui s’envole…
    C’est beau néanmoins. Même si je ne l’accrocherai pas sur le mur de mon salon…
    Comme Livia je n’aime pas du tout son tableau « L’Origine du monde »
    Un peintre un peu obsédé par le sexe de la femme pour l’avoir représenté de la sorte ? Je me pose la question.
    Bisous ma Zaza

  11. Ce peintre aimait les femmes et ça se voit, les peintres ne sont pas des enfants de choeurs, ils montrent ce qui les touche et c’est très bien. Le tableau est beau et plein de vie.
    Merci Zaza et bisous

  12. Bonjour, un tableau original, cela ne doit pas être confortable d’être étendue, nue, le bras en l’air et un perroquet sur la main ! Mais c’est la liberté de création du peintre ! Bon week-end, bisous.

  13. Et oui Courbet aime distraire et orienter notre regard de voyeur, il joue avec nous. On peut se demander ce que fait cette belle jeune femme avec son perroquet. Ils sont très beaux tous les deux et c’est vrai que les nus de Courbet sont très charnels.

  14. Bonjour Zaza
    Un bon choix original de tableau d’oiseau
    C’est vrai que la femme nie prend tout l’espace et que le perroquet est un peu relégué dans un coin
    Bon dimanche un peu plus frais
    Bisous et caresses à ton petit monde canin/félin
    Ma Quya est au frais dans la chambre du bas

  15. Je ne connaissais pas ce tableau de Courbet…Que fait -elle avec ce perroquet, je l’ignore..mais ce tableau est original

  16. C’est un tableau magnifique. J’avais fait un billet sur les femmes au perroquet, plusieurs peintres ont travaillé sur ce thème, et c’est toujours beau.
    Merci Zaza, c’est toujours un plaisir de revoir un si beau tableau !

  17. C’est sûr qu’avec une telle peinture il a dû défrayer la chronique de son temps … Un choix judicieux qui permet de mieux cerner ce peintre .
    Agréable semaine par chez toi Zaza avec les amicales pensées de mon coin ch’ti ensoleillé mais plus supportable . Nicole

  18. Ce n’est sans doute pas mon tableau préféré de Courbet.
    Mais j’aime beaucoup ton interprétation. :)
    Bisous et douce journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.