1er poème du jeudi pour les croqueurs de Môts … !!!

Pour cette quinzaine, celle du Défi n° 256, Colette, notre Québécoise, reprend la barre.
L’ensemble de ses consignes,
ICI

Jeudis en poésie – Chanson ou poésie sur le choix de votre thème,
Ou libre, bien entendu. Poème personnel, choix de poème, haïkus, acrostiche, citations etc. …

L’inoubliable

11 novembre 1918 – Liesse populaire à l’annonce de l’Armistice

C’est l’heure. Un lourd silence étalé sur la plaine.
Des hommes dans un trou attendent, l’arme au poing.
L’armistice, la fin ? — Ces gars y croient à peine,
L’avenir et la paix leur paraissent trop loin.

On ne se battrait plus ? Quatre longues années
Peuvent-elles finir en un jour, sans effort ?
La guerre écrase encor leur vie emprisonnée
Quand le destin fait grâce et repousse la mort.

Mais des clairons là-bas sonnent… c’est la retraite !
Des cloches ?… c’est le bourg à peine délivré.
Une angoisse inconnue fait se courber les têtes,
Les cœurs sont trop petits pour cet instant sacré.

Des larmes ont brillé sous toutes les paupières,
La joie et la douleur se tiennent par la main.
Ces larmes, je le jure, ont été les premières,
Et coulaient du désir dont l’esprit était plein.

Tu te croyais un homme et voilà que tu pleures,
Lazare inconscient tiré d’entre les morts.
Cette heure soit bénie entre toutes les heures
Qui a brisé la guerre et vu frémir les forts.

Sais-tu, clairon, ce que tu sonnes ? C’est la vie,
C’est l’espoir éveillant la triste humanité.
Frères, embrassez-vous, car la guerre est finie,
Paix sur la terre à ceux de bonne volonté.

Avant de dépouiller la défroque de guerre,
Nous irons vers nos morts semés comme le grain,
Nos copains de douleur, nos compagnons, nos frères,
Les pas chançards qui sont partis avant la fin.

Il ne faut pas surtout ceux-là qu’on les oublie :
Tous, les gens de l’arrière et les gens de l’avant,
Faites place en vous-même à ces pâles hosties,
Ce sera toujours peu que d’y songer souvent.

Nous ? qu’importe ! Qui s’occupera de nous autres,
Ces gibiers à canon que leur chance a sauvés ?
Dans le monde oublieux de ses anciens apôtres
Nous reprendrons sans bruit l’ouvrage inachevé.

La vie sera pour nous, peut-être, tutélaire.
Nous n’en voulons qu’un peu de douceur et d’amour.
Après avoir donné la justice à la terre,
Nous la voulons à notre tour.

L’adversité sur nous trouvera moins de prise ;
Nous serons patients, forts de l’avoir été ;
Nous haïrons les sots, les mufles, la bêtise ;
Nous haïrons surtout la guerre, sans pitié.

Mais, vieillis avant l’âge, une épaisse fatigue
Nous posera longtemps sa griffe sur les reins.
Puisse notre énergie depuis qu’on la prodigue
Avoir assez d’élan pour nous remettre en train.

Car ce serait, mon Dieu, une peine infinie
Que d’avoir tout donné sans avoir retenu
Un peu de cette ardeur nécessaire à la vie
Et de se sentir lâche auprès de l’inconnu.

Sonne, clairon, ce qui finit, ce qui commence ;
Leur pensée rend pareils les vainqueurs aux vaincus.
Clairon, sonne et tais-toi. Jusqu’à cette heure immense
Nous voulons oublier que nous avons vécu.

Et demain, grâce au temps colporteur d’espérance,
Nous n’aurons plus — si nous savons devenir vieux —
Qu’un souvenir confus de la grande souffrance,
Ce qui reste au matin d’un rêve ténébreux.

Henry-Jacques, La symphonie héroïque, Les Belles Lettres, 1921

Auteur/autrice : ZAZA-RAMBETTE

Une bête à corne née un 13 AVRIL 1952 Maman et Mère-Grand...! Vous trouverez ici : humour de bon matin, sagas historiques sur ma Bretagne, des contes et légendes, des nouvelles et poèmes, de très belles photographies de paysages et d’animaux, de la musique (une petite préférence pour la musique celte), des articles culturels, et de temps en temps quelques coups de gueules...! Tous droits réservés ©

24 réflexions sur « 1er poème du jeudi pour les croqueurs de Môts … !!! »

  1. Cette lecture m’a donné des frissons…quel bel hommage pour tous ces « héros » malgré eux!
    Bises de Mireille du sablon

  2. Bonjour Zaza, un très beau texte, tu as très bien choisi, c’est un poème très émouvant Bisous bonne journée MTH

  3. Excellent choix Zaza avec ce poème tres émouvant. J’ai regardé dernièrement un tres bon film  » l’enfer sous terre » sur la guerre de 14 18 , il s’agissait de faire sauter les postes des Allemands en creusant des galeries sous terre , c’est ce qu’ont fait les Anglais dans les Flandres.
    Bonne journée
    Bises

  4. Bonjour, un poème émouvant sur la fin de la guerre, mon grand-père a fait cette guerre, le jour de l’armistice, il était en Europe centrale, il n’a dû le savoir que plus tard ! Bonne journée, bisous.

  5. magnifique poème que je découvre ainsi que son auteur …et j’entends en écho la voix de mon père nous parlant des tranchées…
    bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.