Enquête à rebondissements – 12/15 … !!!

Entretien avec Maître Foley !

Finalement, Billy Foley ressemblait bien à ce que je pensais des avocats.

Ce qui est certain, c’est qu’il ne devait assister aux entretiens d’embauche de son personnel féminin, mis à part en ce qui concerne sa secrétaire personnelle.

Une vieille fille revêche … genre pie grièche …!!!

Il est vrai que l’âge de la retraite était si reculé aux States, ce qui en prend d’ailleurs le chemin en France et en Europe ! Cela fait peur, de quoi vous filer le bourdon pour le restant de la journée, voire pour le restant de l’année ou pour le restant de la vie.

Foley avait une allure austère, quelqu’un de précieux et d’hautain qui vous toise de haut avec condescendance à l’aide d’yeux perçants.  Vraiment pas le genre de gars à partager une pizza ou une mousse devant un match de basket à la télé.

Je n’allais pas couper la parole à Harold, après tout, c’était lui le spécialiste des vieux, et Foley avec ses soixante-dix ans bien tassés, ses cheveux grisonnants, ne l’incitait pas à de longs discours.

– « Bonjour inspecteurs, ma secrétaire m’informe que vous désirez me parler. Enfin quand je dis me parler, je suis un peu présomptueux. Je devrais plutôt dire, que vous voudriez nous parler puisque vous avez demandé Foley et Judell. Alors, êtes-vous satisfait ? Ou bien auriez-vous préféré mon confrère, Monsieur Judell ? »

–  « Je pense que vous êtes la personne qui convient le mieux pour répondre à nos petites questions, Monsieur Foley. » dit Harold  d’un ton légèrement ironique.

– « Excusez-moi, inspecteur mais mon temps est précieux. Alors soyez bref et concis, je vous prie ! Je suppose que vous êtes venu me voir suite à ce qui s’est passé en face cette nuit ? »

– « Je vous demande pardon ? » dit Harold

– « En face, à la mairie, cette nuit, le gardien. »

– « Pour une affaire qui est censée être confidentielle, je vous trouve bien informé Monsieur Foley. »

– « Déformation professionnelle inspecteur, dans mon métier, comme dans le vôtre d’ailleurs, il vaut mieux avoir de bons informateurs. Cependant au risque de vous décevoir, je ne pense pas avoir grand-chose à vous dire que vous ne sachiez déjà. »

– « Eh bien voyez-vous Monsieur Foley, il se trouve que nous ne sommes pas chargés de l’enquête sur l’incident de cette nuit à la mairie. »

– « Pas chargés de l’enquête ??? Mais que faites-vous ici alors ??? »

– « Nous sommes venus vous questionner sur Monsieur O’llbrian. »

– « O’llbrian ??? C’est qui celui-là ??? Je ne connais pas d’ O’llbrian , inspecteur, peut-être un des clients de mon associé. »

– « Non, en fait Monsieur O’llbrian est un de vos employés, il est comptable chez vous. »

– « Si vous me le dites inspecteur, vous savez notre cabinet emploie plus de deux cent cinquante personnes, et si je me souviens bien, rien que le service comptable doit compter près d’une dizaine de personnes. Alors vous voyez je ne peux pas me rappeler de tous les noms. »

– « Je vois, Monsieur Foley, je vois, mais peut-être que les noms de Smith ou de Ford vous parleront un peu plus. »

– « Ce sont aussi des employés. »

– « Ils l’ont été en effet, mais ils ne travaillent plus depuis longtemps. »

– « Attendez, Ford, ne serait-ce pas le nom de cette jeune femme qui travaillait pour nous et qui avait été assassinée par son mari, il y a trois ou quatre ans ? »

– « Il y a six ans oui, le 2 février 1996. »

– « Six ans déjà, le temps passe si vite. Mais je ne comprends pas le sens de votre démarche inspecteur. »

– « Je vais essayer d’être le plus clair et le plus bref possible Monsieur Foley. Il y a douze ans, le 1er janvier 1990, Monsieur Smith, comptable dans votre entreprise prit de folie, massacre sa famille et se suicide ensuite.

Six ans plus tard, le 2 février 1996, Monsieur Ford, prit lui aussi de folie, massacre sa famille et se suicide ensuite. Il se trouve que la femme de Monsieur Ford était comptable dans votre société. Enfin, il a cinq jours, le 3 mars 2002, Monsieur O’llbrian lui aussi comptable chez vous a massacré sa petite famille avant de se donner la mort. Alors mettez-vous à notre place et vous comprendrez notre présence ici. »

– « Ce que vous me dites est affreux et bien malheureux inspecteur, mais je ne vois pas trop ce que je peux faire pour vous. »

– « Pour quelqu’un qui se vante d’être bien informé, je vous trouve un peu à court d’arguments Monsieur l’avocat. Nous aimerions savoir si nous pouvons enquêter discrètement au sein de votre personnel. Certains faits nous donnent à penser que nous n’avons peut-être pas affaire à un drame familial mais plutôt à douze meurtres horribles. »

– « Comme vous y allez inspecteur. Vous pensez que quelqu’un parmi nos employés aurait pu commettre ses crimes odieux. »

– « Le seul point commun entre ses trois affaires, c’est votre société. Alors, nous avons besoin d’y mettre notre nez, d’interroger votre personnel, et ce, du bas en haut de l’échelle. »

– « Je ne vous permets pas inspecteur de porter de telles insinuations à la légère, j’ai des relations vous savez, je pourrais m’en servir. »

– « Oh, mais je n’accuse personne, je fais juste appel à votre souci d’aider la justice de votre pays. Mais, il est vrai que cette histoire est moins … comment dire … amusante que celle d’en face. »

– « Sortez d’ici voulez-vous et ne revenez pas m’embêter avec vos contes à dormir debout. Je vous autorise à questionner le personnel comme bon vous semblera, mais je vous demanderai la plus grande discrétion. »

– « Merci, Monsieur Foley, quant à notre discrétion vous êtes bien placé pour savoir que dans la police de cette ville nous savons garder secrètes ce genres d’informations. » 

 A suivre …

Auteur/autrice : ZAZA-RAMBETTE

Une bête à corne née un 13 AVRIL 1952 Maman et Mère-Grand...! Vous trouverez ici : humour de bon matin, sagas historiques sur ma Bretagne, des contes et légendes, des nouvelles et poèmes, de très belles photographies de paysages et d’animaux, de la musique (une petite préférence pour la musique celte), des articles culturels, et de temps en temps quelques coups de gueules...! Tous droits réservés ©

17 réflexions sur « Enquête à rebondissements – 12/15 … !!! »

  1. Ce monsieur Foley est très intéressant, sur quelle partie des clefs du mystère veille-t-il?
    Et qui se cache parmi son personnel pléthorique?
    Nos limiers progressent dans leur enquête et parallèlement, tout comme on aime, le mystère s’épaissit, merci ma Zaza pour ce torrent d’imagination!
    Je t’embrasse, gros bisous en ce dimanche d’élections
    De gros bisous oui!
    Cendrine

  2. c’est ridicule la retraite après 60 ans, il faut aussi que les personnes travaillant jusqu’à cette date puissent aussi profiter de leur moment de repos, car les années filent vites…..douce journée à toi

  3. Bizarre bizzare , ce Folley ressemble trait pour trait à beaucoup d’ hommes politiques ha ha ha , ils ont tous la mémoire courte dès qu’ il s’ agit deux même ha ha ha .

    Bon repos dominicale ma Zaza et bon vote , on ne le répètera jamais assez car j’ ai bien peur qu’ il y ait hélas un record d’ abstentions ?

    Gros bisous marseillais , sous le soleil éblouissant .
    Renée (mamiekéké).

    http://img.over-blog-kiwi.com/1/18/55/63/20150801/ob_f7a3d7_dimanche-2.gif

  4. Bon, c’est vrai que j’ai manqué pas mal d’épisodes. Il a l’air intéressant l’animal… Gros bisous, ma Zaza, et belle fin d’après-midi. Tu as dû rentrer chez toi à présent. J’espère que tu t’es reboostée, ma belle.

  5. Hum! « j’ai des relations! si ce n’est pas de l’intimidation ça! j’ai bien aimé le p’tit passage sur l’âge de la retraite Zaza! Chloé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.