Et si nous parlions de méduses … !!!

La coûteuse mode des méduses va-t-elle remplacer celle du bon vieux poisson rouge ?

Loin des désagréments qu’elles causent sur les côtes, les méduses suscitent de plus en plus l’engouement des visiteurs des aquariums, qui se perdent dans la contemplation de leurs tentacules. Certains ont flairé le filon : le marché est en plein développement, aussi bien chez les particuliers que chez les professionnels.

Leur ballet hypnotique et coloré fascine depuis longtemps. Désormais, il est possible d’admirer l’ondoiement des méduses chez soi, dans un aquarium trônant dans son salon. Un nouvel animal de compagnie inenvisageable il y a encore quelques années, rendu possible par un marché qui vient d’émerger.

C’est lorsqu’il travaillait à la Cité de la mer, à Cherbourg (Normandie), que le biologiste Matthieu Boizumault et son collègue Nicolas Cagnon ont perçu le potentiel des méduses. « Leur aquarium était toujours celui devant lequel les gens s’arrêtaient et restaient le plus longtemps. On s’est dit qu’il y avait forcément quelque chose à faire », d’après les constations de Matthieu Boizumault.

Matthieu Boizumault à gauche et Nicolas Cagnon l’assure !

À l’époque, seule une start-up américaine commercialisait des aquariums à méduses. Mais elle n’en élevait pas. Les deux biologistes ont donc décidé de lancer en 2012 Jellyfish Concept, leur ferme d’élevage. Une première en Europe. Actuellement, seules quatre entreprises d’élevage se partagent le marché à travers le monde. Les méduses de l’espèce Aurelia aurita sont les plus courantes. Transparentes, elles accrochent particulièrement bien la couleur des lumières.

(Photo : Jellyfish Concept)

Pas un simple bibelot

Une niche fructueuse puisque, sept ans après sa création, Jellyfish Concept élève entre 8 000 et 12 000 méduses par an, qu’ils vendent en grande partie à l’international. Un quart d’entre elles sont achetées directement par des particuliers. Et pas seulement par des initiés : « C’est souvent des personnes qui n’avaient pas forcément d’aquarium chez elles avant. Elles sont attirées par le côté esthétique et apaisant du déplacement de la méduse. En cela, l’effet est complètement différent de celui produit par des aquariums à poissons », selon Matthieu Boizumault, qui est désormais seul aux manettes de la société.

Mais accueillir des méduses à son domicile ne revient pas à acheter un nouveau bibelot qu’on déposerait sur une étagère. Il s’agit avant tout d’animaux vivants, et des conditions spécifiques doivent être remplies. Même si, n’ayant pas de cerveau, elles ne perçoivent pas la différence entre un océan et un bocal d’un mètre, et ne souffriront donc pas de l’enfermement, elles ne pourront survivre que dans un aquarium adapté, composé d’eau de mer, où ne se trouvent pas d’autres espèces et avec un courant qui va les maintenir en suspension. Pour les nourrir, des œufs de plancton sont vendus, à faire éclore chez soi. Les aquariums de méduse sont de plus en plus tendance dans la décoration des hôtels, restaurants ou spa.

(Photo : Jellyfish Concept)

Cela reste un luxe

Des contraintes qui ont un coût. Pour installer des méduses chez soi, il faut investir au minimum 300 €, une somme pouvant grimper jusqu’à 100 000 € pour les grands aquariums. L’animal seul coûte 45 € pour une taille moyenne, avec une durée de vie comprise entre huit mois et un an et demi. Les méduses sont donc encore loin d’être les poissons rouges de demain. D’ailleurs, le fondateur de Jellyfish Concept ne le souhaite pas : « On a été approchés par des grandes chaînes d’animaleries de France, mais elles ne sont pas formées pour s’occuper de ça, alors on a préféré refuser. Il vaut mieux en vendre un peu moins et le faire correctement, en gardant une bonne image », estime-t-il.

Mais même si ces êtres composés à 95 % d’eau ne sont pas accessibles à toutes les bourses, il n’empêche qu’une vraie tendance émerge. « Le marché augmente en permanence, on a de plus en plus de demandes. En particulier dans la partie luxe et haut de gamme, chez les grosses structures. En France, ça reste marginal, mais on en voit beaucoup au Royaume-Uni, en Espagne… Or, plus on va en voir, plus ça va donner des idées. Je pense que c’est vraiment le début et que ça va partir assez fort », veut croire Matthieu Boizumault.

Parmi ses récents clients se trouvent un hôtel à Marseille, un bar-restaurant à Bayonne, le futur hall d’entrée d’une grande entreprise… De nombreux spas se sont également équipés de ces captivantes créatures. Un véritable atout zen, qui a même rejoint les salles d’attente de quelques dentistes à court d’idées pour détendre leurs patients.

Auteur/autrice : ZAZA-RAMBETTE

Une bête à corne née un 13 AVRIL 1952 Maman et Mère-Grand...! Vous trouverez ici : humour de bon matin, sagas historiques sur ma Bretagne, des contes et légendes, des nouvelles et poèmes, de très belles photographies de paysages et d’animaux, de la musique (une petite préférence pour la musique celte), des articles culturels, et de temps en temps quelques coups de gueules...! Tous droits réservés ©

37 réflexions sur « Et si nous parlions de méduses … !!! »

  1. Eh bien, Zaza merci pour cet intéressant billet ! Oui, pas à la portée de tous et c’est vraiment spécial comme durée de vie et entretien !
    Bon matin de ce jeudi,
    Bises♥

  2. C’est vrai que c’est assez fascinant, heureusement que les animaleries n’ont pas accès à la vente au particulier , du moins pour le moment ! Elles ont certainement besoin de plus de soins qu’un poisson rouge.
    Tu nous offres ce matin un article très intéressant.
    Bonne journée, bises

  3. bonjour zaza, bien contente de ton retour, j’espère que tu vas mieux…..pour les méduses, très mauvais souvenirs de cette « bestiole » presque invisible….passe une bien douce journée

  4. Je préfère les admirer ailleurs que chez moi pour en avoir vu sur les plages, de toutes petites et des énormes échouées….
    Bises du jour
    Mireille du sablon

  5. Coucou Zaza
    Un article bien intéressant mais j’aime pas beaucoup ses bebette là hahaha
    Merci pour le partage.
    Je te souhaite une belle journée.
    Rohnny

  6. Bonjour Zaza,

    Voilà un article très intéressant qui nous montre que l’homme peut vite adopter . Mais attention pas m’importe quelle méduse seulement mais les Aurelia qui ne ne sont pas dangereuses pour l’homme. Les cellules urticantes de la méduse Aurelia sont de véritables lance-harpons miniatures, qui lui servent pour maîtriser ses proies » petits crustacés et jeunes alevins de poissons  » mais un venin pas sensible sur l’homme . Si la personne ne souffre pas d’allergie ,elle peut la prendre avec sa main.
    Pour la vente elle est livré dans son sac en nylon rempli d’eau . Que l’on transvase dans l’aquarium.
    joli partage
    bonne fin de journée
    Amitiés

  7. Bonjour Zaza
    Merci pour cet article , j’avoue que cela ne me deplairait pas d’avoir un tel aquarium à la maison , mais bon ….il vaut peut être mieux les laisser dans leur milieu naturel
    Mais il m’est arrivé de rester les regarder longtemps ..
    Bises et bonne journée à toi

  8. Bonjour Zaza, c’est original , une méduse à la place d’un poisson rouge, je me tâte… c’est cher non? et puis moi j’aime pas les méduses elles mordent, pas les poissons rouges. Bisous bon mardi MTH

  9. Encore une idée débile qui va voir se développer les aquariums avec des méduses (si c’est « tendance » ça va exploser) qu’on retrouvera à se multiplier dans les rivières et la mer quand les gens en auront marre et qu’ils balanceront tout !
    Bonne journée……….ce matin, un peu de soleil qu’on n’avait pas vu depuis un moment

  10. Elles sont belles c’est vrai mais pourquoi vouloir toujours tout s’approprier ? Cela me rappelle les serpents d’un neveu enfermés dans un terrarium. Bises

  11. Laissons donc chaque espèce à sa propre vie, pourquoi vouloir tout commercialiser, au profit et au détriment de qui ???
    Merci pour ce reportage bien instructif !

  12. roo encore une mode ,
    ce n ‘ est pas que j’ aime cet animal , mais il est trés beau dans l ‘eau de mer , quand il nage ,
    j ‘en ai vu plein l ‘année derniére , en été quand l ‘eau était plus chaude , j ai même pris des photos
    mais c’est trés urticant ( mon fils en garde encore des marques comme des brûlures ) alors je laisse les amateurs jouer avec ,
    mais ton article est trés intéressant , j ‘ignorais cette nouvelle mode …

    bises Zaza

    kénavo

  13. Ce qui m’inquiète avec cette nouvelle tendance, c’est qu’un marché noir se fasse et qui sait s’il n’est déjà pas fait… C’est joli mais ça doit rester dans la mer…: !
    @.

  14. Je découvre cette nouvelle attirance pour les méduses . Je ne suis pas sure que ce soit vraiment le top pour ces animaux d’évoluer dans un espace réduit , il n’empêche que leur ballet aquatique fascine mais pourquoi ne pas les observer dans de grandes structures comme Nausicaa par exemple .
    Bonne journée Zaza
    Bises

  15. espérons que ça ne donnera pas l’idée à certains d’en pêcher pour les revendre!!! c’estvrai que c’est apaisant de les regarder. gros bisous ma Zaza. cathy

  16. Pour avoir contemplé des méduses à l’aquarium du Croisic, il est vrai que leur ballet est magnifique, mais dans la mer, je n’aime pas les rencontrer quand je me baigne, ma fille a été brûlée une fois par leurs filaments.
    Bises et belle journée

  17. Article super intéressant puisque je ne me doutais pas que des gens pouvait en vouloir chez eux….Un aquarium a eau de mer est déjà cher à la base alors après tout ce qui va autours pas donné non plus pour le peu de temps que ça vit bof peu rentable. De plus dans la mer les gens les aime pas alors pourquoi les vouloir chez soi……Pauvre bestioles..Bisous Zaza douce fin de journée

  18. je n’avais pas pensé à ces NAC, tout pendant que le prélèvement ne détruit pas le milieux, mais vu le coût on va rester avec mon poisson rouge et mon chat…

  19. Bonjour Zaza,
    Cela semble assez compliqué pour des particuliers et assez coûteux aussi.
    Laissons cela aux professionnels!
    Bises,
    Mo

  20. Coucou Zaza, Eh bien, j’en ai vu de très près il y a quelques jours. Enfin, pour être exacte, ce sont elles qui m’ont aperçue. Piquée deux fois en deux jours et je n’ai pas été la seule parmi les baigneurs. Heureusement, ces méduses martiniquaises ont de petits gabarits. Mais quand même, tu sens la piqûre et la brûlure qui suit pendant quelques jours. Alors, non, non, sans façon, je n’en veux pas à domicile. :)

  21. J’ai bien apprécié ton article, très intéressant ! Personnellement je préfère le poisson rouge et je n’aime pas nager au milieu des méduses que je rencontre trop à la plage du Barcarès ! Je te souhaite de passer une bonne soirée . Cordiales amitiés & à +

  22. Oh quelle idée! On ne peut pas les laisser dans leur élément, franchement je trouve ça ridicule, mais bon, il y a visiblement des gens assez « tordus » pour investir ds petites fortunes là-dedans… L’été on s’en plaint sur les plages, mais dans son salon ça ferait « joli » ???? Quand on voit leur durée de vie, c’est vraiment de l’argent gaspillé.
    Bonne soirée Zaza, bisous

  23. bonjour, c’est cher, et puis ça demande un minimum de soins qu’il faut être prêt à assumer; mais c’est très joli et le ballet des méduses est fascinant; bonne soirée, bisous

  24. merci pour ce billet tres interessant, j’avoue que j’ignorais, qu’on pouvait avoir chez soi un aquarium à méduses ! j’ai bien eu un bocal a poissons rouges, mais jamais d’aquarium, je n’ai donc pas le moindre désir d’avoir des méduses chez moi, meme si c’est beau et cher ! bonne soiree chere Zaza, bisous

  25. Article intéressant.. Les observer dans un aquarium pourquoi pas.. en avoir chez soi pas question..
    j’ai un mauvais souvenir des ces petits bêtes..
    Gros bisous zaza.

  26. article intéressant vu ainsi elles sont belles et captivantes toutes en transparence par contre mieux vaut ne pas se frotter à elles dans l’eau une copine a ete piquée je devrais dire a eu le dos labouré douleurs et des cicatrices qui lui rappelle cette mauvaise rencontre ds la Méditerranée … bonne journée Zaza bises

  27. Franchement… je ne comprends pas qu’on en mette chez soi.
    Un peu comme ceux qui élevaient des bébés crocodiles… qu’on retrouve ensuite dans les égouts parisiens, quand leurs propriétaires n’en veulent plus.
    Que se passera-t-il avec les méduses ?
    C’est vrai que leur ballet est bien joli, mais ne suffit-il pas de les regarder en vidéo ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.