« Fripouilleries » – Le jeu des acrostiches … !!!

jeu des acrostiches

Les acrostiches en attendant Jill :

« Fripouilleries »

Vent fripon !

F enêtres  bien calfeutrées en hiver
R epousser le vent et recommencer
I l souffle et a tracé un petit sentier
P ar les ouvrants, venant de  la mer

O ffenses  climatiques impitoyables
U n  phénomène récurent et intense
I l corrode la côte devenant instable
L aissant des lézardes en alternance

L a mer gagnant  sur  la terre  friable
E ffrondrant  les sentiers  douaniers
R eléguant les chemins carrossables
I l  faudra  à travers  champs  osciller

E njamber les muretins et les ajoncs
S avourer  enfin le noroît  de mon île

Auteur/autrice : ZAZA-RAMBETTE

Une bête à corne née un 13 AVRIL 1952 Maman et Mère-Grand...! Vous trouverez ici : humour de bon matin, sagas historiques sur ma Bretagne, des contes et légendes, des nouvelles et poèmes, de très belles photographies de paysages et d’animaux, de la musique (une petite préférence pour la musique celte), des articles culturels, et de temps en temps quelques coups de gueules...! Tous droits réservés ©

14 réflexions sur « « Fripouilleries » – Le jeu des acrostiches … !!! »

  1. De sacrées fripouilleries météorologiques… Les éléments ne nous épargnent guère!
    Très bel acrostiche et de nombreuses interrogations sur le devenir de certains lieux…
    belle journée ma Zaza avec des pensées d’amitié en déferlante
    Gros bisous
    Cendrine

  2. Un très bel acrostiche pour ces fripouilleries d’Éole. Oui la côte a du souci à se faire car ses agissements laissent des traces irréversibles
    Bonne fête
    Bises

  3. Tu as raison, il n’y a pas que des fripouilles à pattes… :)
    Merci pour cette page, Zaza.
    Bisous et douce journée.

  4. bravo pour les fripouilleries, cette année le temps nous en joue de belles, chaud, tres chaud, et un orage par jour pour temperer , tout a fait inhabituel ! mais la nature respire, la pluie est la bienvenue, par contre pas de vent ! bonne journee grosses bises

  5. Coucou Zaza, je ne m’attendais à des fripouilleries de cet ordre-là et tu as raison, le vent qui assiège ton île est plus qu’un fripon, une vraie fripouille ! Merci et bravo pour ce bel acrostiche qui nous transporte chez toi et nous décrit si poétiquement l’atmosphère et la résistance des habitants ainsi que l’implacable alliance de la mer et du vent contre la terre. Gros bisous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.