« La pensée – La parole » – Poésie du mardi … !!!

Le thème de cette semaine, pour résumer le message de Lady Marianne :

« La pensée – La parole »

Bonne pensée du matin

À quatre heures du matin, l’été,
Le sommeil d’amour dure encore.
Sous les bosquets l’aube évapore
L’odeur du soir fêté.

Mais là-bas dans l’immense chantier
Vers le soleil des Hespérides,
En bras de chemise, les charpentiers
Déjà s’agitent.

Dans leur désert de mousse, tranquilles,
Ils préparent les lambris précieux
Où la richesse de la ville
Rira sous de faux cieux.

Ah ! pour ces Ouvriers charmants
Sujets d’un roi de Babylone,
Vénus ! laisse un peu les Amants,
Dont l’âme est en couronne.

Ô Reine des Bergers !
Porte aux travailleurs l’eau-de-vie,
Pour que leurs forces soient en paix
En attendant le bain dans la mer, à midi.

Arthur Rimbaud (1854-1891)
Recueil : Derniers vers (1872)

À « cette heure indicible, première du matin » (lettre à Delahaye de juin 1872, ICI) que Rimbaud a plusieurs fois célébrée, un élan de sympathie pousse le poète vers ces ouvriers qui sont déjà au travail alors que les riches dorment encore. Ils construisent pour ces mêmes riches les logements luxueux (les « lambris précieux ») où ils pourront abriter leurs fêtes et leurs rêves de bonheur. Un bonheur utopique et artificiel comme les « faux cieux » qui orneront leurs plafonds de lambris ! Le poème s’achève avec une invocation à Vénus. À cette déesse l’auteur demande de délaisser « les Amants » (les amoureux fêtards de la première strophe) et de se pencher avec bienveillance sur le sort de ces « travailleurs ». 

*-*-*-*-*-*

La Parole 

J’ai la beauté facile et c’est heureux.
Je glisse sur les toits des vents
Je glisse sur le toit des mers
Je suis devenue sentimentale
Je ne connais plus le conducteur
Je ne bouge plus soie sur les glaces
Je suis malade fleurs et cailloux
J’aime le plus chinois aux nues
J’aime la plus nue aux écarts d’oiseau
Je suis vieille mais ici je suis belle
Et l’ombre qui descend des fenêtres profondes
Epargne chaque soir le cœur noir de mes yeux.

Paul Eluard (1895-1952)
Recueil: Capitale de la douleur (1926)

Dans ce poème, l’auteur emploie le « Je » qui scande chaque vers. Ce « Je » n’est pas à attribuer à quelconque locuteur, mais à la parole elle-même.
La parole est marquée par la beauté et le poète rappelle que la parole est « vieille », ancienne, ce qui en fait certainement la beauté.
La parole va également monter la souffrance d’Eluard causée par l’infidélité de la femme…   

Auteur/autrice : ZAZA-RAMBETTE

Une bête à corne née un 13 AVRIL 1952 Maman et Mère-Grand...! Vous trouverez ici : humour de bon matin, sagas historiques sur ma Bretagne, des contes et légendes, des nouvelles et poèmes, de très belles photographies de paysages et d’animaux, de la musique (une petite préférence pour la musique celte), des articles culturels, et de temps en temps quelques coups de gueules...! Tous droits réservés ©

20 réflexions sur « « La pensée – La parole » – Poésie du mardi … !!! »

  1. Artistes dont j’adore les écrits
    Univers très personnels entre pensées et paroles
    Un choix excellent qui nous fait voyager en terre de grandeur littéraire
    Il y a quelque chose de magique en ces vers…
    Merci ma Zaza, avec de gros bisous d’octobre
    Cendrine

  2. Ton choix me ravit
    J’aime aussi ces auteurs
    Que ta journée soit belle et nourrisse ton esprit pour nous en faire don comme tu le fais chaque jour …merci♥☻
    Bises

  3. bonjour
    préférence pour Rimbaud

    mais quel choix , c’était un bon théme je trouve
    bises Zaza

    sous un ciel rouge ce matin alors que hier c’était un fort coup de vent et une mer houleuse

    kénavo

  4. Je te laisse la parole, moi je suis off, on a récupéré notre grand cette nuit, il rentrait de…. ah non, je ne te dis pas, ça m’a inspiré sur la route pour les défis de novembre ! Je vais essayer de lire le monde de l’entre deux que je n’ai pas eu le temps de suivre la semaine dernière !

  5. Deux des plus grands, pour moi, et tu as fait un excellent choix, Zaza. Très belle fin d’après-midi, je suis crevée car je viens de randonner pendant près de dix kilomètres. Gros bisous

  6. Je me suis laisser prendre par ta tentative de nous faire croire que nous étions mercredi lol un bon choix que ces auteurs pour la poésie du mardi gros bisous zaza jai emmene l’homme a la gare tout à l’heure ce matin médecin il gage pour une douleur parietale et cela ne me dispense pas du cardiologue… gros bisous j’espère que tu vas bien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.