La poésie du mardi en souvenir de notre Lady … !!!

Il fait froid

L’hiver blanchit le dur chemin
Tes jours aux méchants sont en proie.
La bise mord ta douce main ;
La haine souffle sur ta joie.

La neige emplit le noir sillon.
La lumière est diminuée…
Ferme ta porte à l’aquilon !
Ferme ta vitre à la nuée !

Et puis laisse ton cœur ouvert !
Le cœur, c’est la sainte fenêtre.
Le soleil de brume est couvert ;
Mais Dieu va rayonner peut-être !

Doute du bonheur, fruit mortel ;
Doute de l’homme plein d’envie ;
Doute du prêtre et de l’autel ;
Mais crois à l’amour, ô ma vie !

Crois à l’amour, toujours entier,
Toujours brillant sous tous les voiles !
A l’amour, tison du foyer !
A l’amour, rayon des étoiles !

Aime, et ne désespère pas.
Dans ton âme, où parfois je passe,
Où mes vers chuchotent tout bas,
Laisse chaque chose à sa place.

La fidélité sans ennui,
La paix des vertus élevées,
Et l’indulgence pour autrui,
Éponge des fautes lavées.

Dans ta pensée où tout est beau,
Que rien ne tombe ou ne recule.
Fais de ton amour ton flambeau.
On s’éclaire de ce qui brûle.

A ces démons d’inimitié
Oppose ta douceur sereine,
Et reverse leur en pitié
Tout ce qu’ils t’ont vomi de haine.

La haine, c’est l’hiver du cœur.
Plains-les ! mais garde ton courage.
Garde ton sourire vainqueur ;
Bel arc-en-ciel, sors de l’orage !

Garde ton amour éternel.
L’hiver, l’astre éteint-il sa flamme ?
Dieu ne retire rien du ciel ;
Ne retire rien de ton âme !

Victor Hugo (1802-1885) – Les contemplations

Ce poème a été envoyé à Juliette Drouet, joint à la lettre suivante :

 «  Tu venais de me raconter toutes ces paroles de haine échappées de ces fangeuses coulisses, c’était cette dernière nuit, je marchais sur le pavé couvert de givre avec une brume glacée qui me piquait le visage, j’ai fait ces vers.
Ils sont un peu tristes, mon pauvre ange, mais je crois qu’ils contiennent cependant un bon conseil, et une vraie consolation.
On nous hait, il faut nous aimer.
Voici notre viatique pour l’année qui va s’ouvrir. Et je la commence par le mot qui la finira, n’est-ce pas ? »

Une liaison sous le signe de la dévotion, celle dont fera preuve Juliette Drouet pour Victor Hugo, pendant 50 ans. Leur amour traversera le temps, laissant derrière lui des milliers de lettres rédigées par passion. Deux êtres indissociable, soudés dans les épreuves de la vie.

Auteur/autrice : ZAZA-RAMBETTE

Une bête à corne née un 13 AVRIL 1952 Maman et Mère-Grand...! Vous trouverez ici : humour de bon matin, sagas historiques sur ma Bretagne, des contes et légendes, des nouvelles et poèmes, de très belles photographies de paysages et d’animaux, de la musique (une petite préférence pour la musique celte), des articles culturels, et de temps en temps quelques coups de gueules...! Tous droits réservés ©

16 réflexions sur « La poésie du mardi en souvenir de notre Lady … !!! »

  1. … La haine, c’est l’hiver du cœur ……….
    Merci de m’avoir fait découvrir ce poème, écrit par une pointure.
    Me souviens à l’enterrement de Johnny, les commentateurs disaient que seul pour Hugo, il y avait plus de monde, 2 millions peut être.
    Je relève de ton commentaire, qu’à toi toute seule tu fais les deux tiers de la trilogie Anne Marie et Jésus :-))
    Amicalement. Yann

  2. Très beau poème, toute une époque et pourtant intemporel, qui peut se réciter à tous les âges de la vie…
    “La haine, c’est l’hiver du coeur !’ pourrait se traduire désormais par “la haine, c’est le cancer du corps !” à juste titre !
    Bcp de bisous Zaza

  3. C’est sublime!
    Oui, sublime!
    Comment ne pas être sous le charme de tels mots
    Magnifique choix ma Zaza, un bonheur littéraire à savourer
    Je pense bien à toi et mes pensées t’accompagnent à travers les examens que tu dois traverser, je suis désolée tu sais et j’espère que tu pourras avoir un apaisement dans tout ton être, je t’envoie plein de gros bisous sans oublier ton Poux Ronchon
    Cendrine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.