Le monde de l’entre-deux – 3/6 … !!!

Gaël était perplexe, et très inquiet. Tout semblait indiquer qu’Anne était prise d’une crise de folie passagère.

Ce qu’elle racontait était incohérent, sa voix au téléphone, le monstre, la clé, sa voiture… La mort de son père était un facteur traumatisant assez fort pour expliquer cela.
– « Ce n’est pas l’écriture du monstre, » fit Gaël. « C’est ton écriture. Ou une très bonne imitation. »
– « Oh, Gaël, c’est l’écriture de mon père, regarde ces petits « 3 » à la place des « S ».
– « Anne, ton père est mort, cela fait un an ! »
– « Jamais, hein, tu ne diras que j’ai raison, jamais, n’est-ce pas ? »
– « Tu vas pouvoir conduire ? Nous ramenons ta voiture de location à Iffendic. Ensuite nous reprendrons ta voiture et nous rentrons chez toi sur Rennes.

Viens, on va aller dormir, je suis crevé moi aussi. Demain tu me raconteras toute cette histoire, viens. »
Anne avait hérité de l’appartement de son père dans cette ville. Elle le suivit.
Une histoire, ce n’est pas une histoire, juste un dialogue de sourds…
Le lendemain matin, Gaël se réveilla le premier. Sortant de la chambre d’ami, il se réchauffa une tasse de café au four micro-onde et s’assied à table dans la cuisine.
Il joua machinalement avec la clef qu’Anne avait déposée sur la table en rentrant hier soir. Que pouvait-elle ouvrir ? Mystère et boules de gomme.
– « Mais ! Suis-je bête ! » Se dit-il à voix haute. « Le père Gustave, qui passe sa retraite au café du coin de la rue, il était serrurier dans le temps. Il saura sûrement me renseigner! »
Gaël jeta un œil dans la chambre, Anne dormait profondément.
Il décida de descendre avec sa clef voir si le père Gustave, en bon expert, pouvait identifier l’utilisation de cette clef. Un quart d’heure plus tard il franchit de nouveau la porte de l’appartement, un sachet de croissants encore chauds à la main.
– « Gaël ! Sombre idiot ! Où étais-tu ? Tu m’as fichu une de ces trouilles ! »
– « La clef, Anne ! » Lui dit-il en tenant la clef en l’air du bout de ses doigts. « La clef de ton père… Je sais ce qu’elle ouvre ! »
Anne regarda Gaël.
– « Des croissants, super, j’ai faim… Je suis désolée pour hier soir, je pense que j’étais très fatiguée, tu n’es pas fâché ? Je vais faire du café. »
Elle s’activa.
– « Tu m’aides ? »
Il l’aida.
Elle mangea un premier croissant. Finalement, la clef de son père était la sienne, puisque son père est mort.
Un instant, elle s’interrogea sur Gaël qui faisait griller des tartines.
– « Qu’est-ce qu’il connaît de mon père ? Intellectualisation commune. »
Elle sourit. Élever les gens à votre idée est bien une idée parentale. Gaël était l’élève de mon père, que cherchait-il ?
Elle mangea un second croissant.
Que cherchait son père ? Que cherche l’élève ? »
– « Bon!…maintenant que tu as le ventre plein… tu veux enfin savoir ce qu’elle ouvre cette fameuse clef ???? » fit Gaël d’un air goguenard.
Il continua sur un ton de plus en plus énigmatique:
– « Tu t’imaginais sans doute qu’elle ouvrait la porte d’un trésor inestimable ??? Un coffre-fort bourré de lingots d’or ???

Eh bien, non, ma chère !! C’est tout simplement le double de la clef de la cave, que ton père a fait refaire quelques jours avant sa mort !!!
Tu le crois ça ???!!!!!
Ha! Ha! Ha! On a failli te tuer, on a passé une nuit d’épouvante, tout ça pour une pauvre clef de cave…!»
Gaël avait presque l’air méchant en lui annonçant la nouvelle….comme s’il savourait déjà sa déception à elle !…
– « M’enfin Gaël !

Cette clef, même si ce n’est que celle de la cave… ça cache autre chose !!!
Mon père n’était quand même pas un vieux fou !!
S’il a dit que cette clef était importante et qu’il ne fallait pas s’en séparer, c’est qu’il y a quelque chose dans la cave qui relève de la plus haute importance !!!
Le mystère se trouve dans la cave !!
Papa adorait les jeux de pistes…

Allons-y !… Nous trouverons d’autres indices ! J’en suis sûre … ! »
– «  Mais quel intérêt d’avoir fait le double d’une clef que tu possèdes déjà ???!!! »
– « Justement! Cette clef ne doit pas être tout à fait la même que celle déjà existante ! Connaissant mon père… cette clef doit ouvrir AUSSI une autre porte, à l’intérieur de la cave, chose que ne faisait pas l’autre clef ! Il a voulu tromper l’ennemi !!!! »
– « Élémentaire, mon cher Watson ! » Dit Gaël moqueur. « Cette fille n’est pas si folle après tout… Et si elle avait raison ? »
Tranquillement, Anne se resservit un café.  Et à voix basse elle s’interrogea !
– « Gaël est fou, cette clef n’est pas plus la clef d’une cave que d’autres choses. Il est impossible de définir ce qu’elle ouvre sans le savoir. Donc : soit il sait qu’il s’agit d’une cave, soit il ment. Mais pourquoi mentirait-il ? 
Résumons: mon père avait une clef, dont il fit un double, je trouve une de ses clefs dont je fais aussi un double, nous en sommes donc à un total de trois clefs identiques. Dis-moi, Gaël, comment sais-tu que mon père avait fait un double de cette clef, tu as longtemps été son élève mais jamais son confident, me semble-t-il ? »
– « Parce que c’est moi qu’il envoya pour faire ce double… »
– « Tiens, c’est étrange, ce n’était pas le genre de Papa de confier une clef de la plus haute importance à un de ses anciens élèves. »
– « Avec le temps j’étais devenu son collaborateur ! »
– « Hum… Tu fis combien de double ce jour-là, Gaël ? » Lui demanda-t-elle en le regardant droit dans les yeux.
Gaël baissa les paupières.
Anne avait, parfois, le même regard que son père, enrobant à l’excès, cherchant la moindre contracture faciale, le plus petit signe affirmant que l’interlocuteur n’était pas à son aise.

Il était grand temps de se rendre à la cave pour vérifier les affirmations de Gaël.
Anne semblait de plus en plus douter de son meilleur ami.
Devenait-elle folle ? Se faisait-elle des illusions ?
Chaque jour qui passait lui apportait plus de questions et moins de réponses.
Anne prit une douche pour changer de tenue. Ses vêtements de la veille n’avaient pas apprécié le double séjour dans les fossés près d’Iffendic.
A peine avaient-ils franchit le pas de la porte de l’appartement que la sonnerie du téléphone retentit.
– « Allo ! Vous dites ? Maître Lenoir ? Comment ça ? Aujourd’hui ! Ça ne peut pas attendre ? Vous en êtes sûr ? Très bien maître ! J’arrive ! »
– « Encore de l’imprévu ? » Questionna Gaël un sourire en coin.
– « C’était Maître Lenoir, l’ancien notaire de mon père. Il veut me voir, tout de suite. »
– « Ce doit être important. Peut-être que cela a un rapport avec la clef. »
Le temps de sortir et de boucler la porte de l’appartement dont elle avait hérité de son père et les deux jeunes gens prirent la direction du cabinet du notaire en plein centre de Rennes.
– « Bonjour Maître ! Je vous présente Gaël, mon meilleur ami, c’était l’assistant de mon père. »
– « Bonjour Anne. Votre père m’avait confié une enveloppe à vous remettre le jour du 1er anniversaire de sa mort, c’est aujourd’hui, la voici. » Dit-il en tendant à Anne une grande enveloppe marron dont la taille se rapprochait plus d’un colis de cinq kilos. « Il m’a aussi confié un pli à ouvrir et lire devant témoin. »
– « Je pense que Gaël fera l’affaire. » Répondit Anne.  
Maître Lenoir ouvrit le pli.

– « Ma petite fille chérie. Si comme je le pense, tu as bien reçu une clef récemment, je suppose qu’actuellement tu dois te trouver face à de multiples questions. Toutes les réponses se trouvent dans la cassette contenue dans le courrier que te remet Maître Lenoir en même temps qu’il lit cette lettre. La clef que tu as reçue sert, entre autres à ouvrir la cassette. »
A ces mots Anne regarda Gaël avec l’air de dire -*Et toc pour ta cave*- Maître Lenoir continuait impassible.
– « Dans la cassette tu trouveras une lettre écrite de ma main et une deuxième clef identique à la première. Prends en soin, tu en auras besoin bientôt. Tu dois aller voir Gaël et lui demander de te donner la troisième clef. Je lui avais demandé de faire deux doubles et d’en conserver une en secret. Les trois clefs paraissent semblables, mais chacune a une légère différence avec ses quasis jumelles. Quand vous aurez les trois clefs réunies, ouvrez la lettre contenue dans la cassette et suivez mes instructions mot à mot. Je t’aime. Ton papa chéri. »

A SUIVRE

Auteur/autrice : ZAZA-RAMBETTE

Une bête à corne née un 13 AVRIL 1952 Maman et Mère-Grand...! Vous trouverez ici : humour de bon matin, sagas historiques sur ma Bretagne, des contes et légendes, des nouvelles et poèmes, de très belles photographies de paysages et d’animaux, de la musique (une petite préférence pour la musique celte), des articles culturels, et de temps en temps quelques coups de gueules...! Tous droits réservés ©

26 réflexions sur « Le monde de l’entre-deux – 3/6 … !!! »

  1. Fascinante histoire avec ce jeu de piste qui nous tient en haleine autour de ces énigmatiques clefs!
    Je plonge avec bonheur dans la suite et dans les émotions de tes personnages, très réussis.
    Le papa a plus d’un tour dans son escarcelle!!!
    J’aime aussi beaucoup le choix des illustrations, gros bisous ma Zaza et bon vendredi, sans oublier de saluer Poux Ronchon
    Cendrine

  2. Bonjour Zaza, j’aime bien ton histoire pleine de rebondissements !! on est l’impression d’être dans une chasse aux trésors, d’indices en indices… gros bisous

  3. Coucou ma Zaza.
    Tu devrais te faire éditer, c’est super ton histoire et elle accroche dès qu’on commence à lire.
    Le style est rapide et j’adore ce genre d’intrigue.
    Merci pour les croissants et le café, miamm !!!
    Je te fais de gros bisous.
    Prends bien soin de toi.
    Francine

  4. Excellent Zaza tu nous entraînes dans une histoire haletante avec moultes rebondissements , j’adore .
    J’ai sauté sur l’ordi pour lire ce billet juste avant ma corvée de repassage, j’attends la suite avec impatience
    Bonne journée
    Bisous

  5. .. il nous faudra encore attendre la suite..tu l’as déjà écrite? suspense!
    Bises du jour
    Mireille du sablon

  6. C’est bigrement tordu 3 clé presque pareil Gaël qui en a une mais qui ne le disait pas…Ho va y avoir encore su suspense, mais donc Gaël joue bien un rôle la dedans pas celui que je croyais mais rôle quand même…. »Bisous bisous

  7. tu nous fais languir chère Zaza… et bien, c’est rudement bien à lire ton histoire. Bises et bonne soirée

    sur mon blog, je présentai une photographique qui a fait des séries de photos . Elle a fait les photos d’un cd de la chanteuse Fatoumata Diawara et j’ai trouvé qu’elle avait un sacré talent (sur son site, il y a pas mal de photos). Bises

  8. ma chère Zaza, tu es douée pour l’écriture ! C’est absolument passionnant !
    Je cours vite lire la suite… Misère, tu es prolixe, je n’arrive plus à te suivre… Il est vrai qu’en ce moment, je ne suis guère à la maison.
    vite, la suite
    Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.