Le Mot Mystère … !!!

Les consignes de Lilou : ICI


RAPPEL DES RÈGLES : « Vous utilisez les lettres du mot mystère pour construire des mots de cinq lettres au moins, que vous introduisez dans un texte de votre choix. »
AAEIOUCCLNMSP =  SCAPULOMANCIE –  Avec 13 lettres, vous pratiquerez la divination en examinant les omoplates puis dans les os du squelette des animaux voire même les carapaces de tortues

Les anagrammes utilisées : « asocial, conspué, calomnies, accomplie, occis, place, émois, isolé, complaisance, clampin, mince, caucasien, opaline, camélias, épanoui, salon, opium, souple, liane, complice, inocula, ampoule, soupe, saumon, capucines, clameça, scapulomancie, impulsé »


Li Shang était un capitaine asocial et conspué de l’armée impériale de Chine. Il faisait fi des calomnies délivrées à son encontre.
Un jour, au sommet d’une carrière accomplie, au prix de tant d’ennemis occis, il se demandait pourquoi il devait encore vivre…
Il avait tout : victoires, richesse, honneur, femmes. Sa tête n’avait plus aucune place pour la jouissance, ni adrénaline, ni émois, plus rien n’éveillait son intérêt, plus rien ne faisait vibrer son âme.
Que lui restait-il à conquérir, à lui, l’isolé ? Que pouvait-il désirer de plus ?
A quoi bon vivre si rien n’est à faire, rien n’est à prendre ?
Li Shang, quoique très érudit, n’avait, au cours de ses batailles, jamais côtoyé l’au-delà. La mort n’avait jamais eu la complaisance de l’attirer dans ses filets.
Li Shang voulait-il mourir, en somme ? C’était là, la dernière chose qu’il pouvait encore espérer conquérir.
Oui, mais voilà, notre clampin de Li Shang avait peur de souffrir. Il voulait bien mourir, mais sans peine, sans douleur ; peut-être était-ce là le signe de sa noble paresse.
Quoi qu’il en fût, la plus jeune de ses concubines, Yao, lui proposa alors de découvrir les secrets de la mort tout en lui évitant la souffrance. Il allait pouvoir mourir sans le savoir.
Cette jeune beauté, mince et élancée, de type caucasien, avait un teint d’opaline, les joues roses, la chevelure très brune parée de camélias. Elle lui fit entendre sa voix, chantant des poèmes, lui proposant des danses lascives…
Yao lui parlait comme jamais personne ne l’avait fait auparavant. Ses poèmes touchaient son âme, son érudition l’impressionnait, sa beauté l’envoutait. Il était épanoui, en extase !   
Le capitaine transformé en amoureux transi en oublia définitivement son désir de connaître l’au-delà et la mort. Dans le grand salon, fumant de l’opium, il était obsédé par Yao, souple comme une liane, ne comptant pas son art, et qui en plus d’être une concubine, était devenue sa maîtresse, sa confidente, son amie, sa complice.
Un jour, alors que Li Shang fut totalement libéré de tout désir de rejoindre l’au-delà, hormis celui de posséder sa bien-aimée, la jeune Yo inocula une ampoule de poison dans sa soupe de saumon agrémentée de capucines. C’était un poison discret, doux comme la rosée. Personne n’aurait pu percevoir son effet mortifère ni par la vue, ni par le goût.
Li Shang mangea et s’endormit donc, comblé de joie, près de son aimée qui le recouvrit de sa chevelure aussi épaisse que sombre. Avant de fermer les yeux, Li Shang lui confia alors :
 – «  Yao, tu m’as redonné envie de vivre. »
Il ferma alors les paupières, pour rêver dans l’éternité et clameça.
Li Shang avant d’invoquer la mort à tout va, aurait mieux fait de consulter un expert en scapulomancie. Il aurait alors changé son destin pouvant certainement jouir de cet amour fou impulsé pour la belle Yao, la plus jeune de ses concubines.

Auteur/autrice : ZAZA-RAMBETTE

Une bête à corne née un 13 AVRIL 1952 Maman et Mère-Grand...! Vous trouverez ici : humour de bon matin, sagas historiques sur ma Bretagne, des contes et légendes, des nouvelles et poèmes, de très belles photographies de paysages et d’animaux, de la musique (une petite préférence pour la musique celte), des articles culturels, et de temps en temps quelques coups de gueules...! Tous droits réservés ©

22 réflexions sur « Le Mot Mystère … !!! »

  1. … mince alors, voeu exaucé mais…trop tard pour l’amour!
    Bon dimanche!
    Bises de Mireille du sablon

  2. Bonjour Zaza, très jolie ton histoire, dommage qu’elle finisse très mal, la beauté est perfide parfois, ne jamais trop s’y fier, elle lui a fait boire , comme dans mon billet d’hier “un bouillon d’onze heures”. Ce n’était pas un texte facile à écrire et tu as très bien réussi. Bisous bon dimanche MTH

  3. Avec la même douceur que Yao tu parsèmes des mots que l’on aurait pu trouver dans les polars dont tu nous abreuvas fut un temps
    Je t’ai lu comme un roman digne de académie.
    Bisous Zaza et caresses à tes 4 pattes amitié à ton 2 pattes

  4. Excellente histoire Zaza un grand bravo pour ce défi qui nous plonge dans l’ univers tout particulier de l’ancienne Chine , j’adore .
    Bonne journée
    Bises

  5. Une jolie petite nouvelle!
    La mort on la souhaite parfois, mais quand elle arrive, on se rétracte et Li chang aurait mieux fait de se taire!
    Bises et belle journée

  6. il a eu ce qu’il voulait, dommage qu’il avait renoncé à son projet ! mais sa belle amie n’ayant pas voulu le contrarier , avait scellé son destin ! bravo chere Zaza bonne soiree bises

  7. Pas mal du tout tu t’es torturee les m’innoves pour trouver ces mots et nous offrir cette histoire joliment illustrée bravo Zaza pour ton imagination lol bonne soirée bises

  8. Je me suis laissée envoûter!
    Quel talent ma Zaza!
    Je te le dis souvent mais franchement!
    Tu as un sacré sens du récit, tu butines avec brio les trésors de la langue et ton imagination est des plus ardentes alors je te dis “bravo” et je t’embrasse bien fort, sans oublier ton Poux Ronchon
    Cendrine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.