N’oun-Doaré … !!! 2/3

Extraits des Contes Populaires de Basse Bretagne

9782737340895

Bez’a zo brema pell-amzer’
D’ar c’houlz m’ho devoa dennt ar ier.

 Il y a de cela bien longtemps,
Quand les poules avaient des dents

Ils coururent en avertir le roi.

Celui-ci, la nuit suivante, guetta le moment où la lumière fit son apparition, et, pénétra subitement dans l’écurie de N’oun-Doaré, dont il avait une clé, comme de toutes les autres d’ailleurs. Il s’empara du diadème, la mit sous son manteau et l’emporta dans sa chambre. Le lendemain, il convoqua les savants et les magiciens de la capitale, pour lui donner la signification de l’inscription gravée sur le diadème; mais aucun d’eux n’y comprenait rien.

Un enfant de sept ans, qui se trouvait là par hasard, vit aussi le diadème et dit que c’était celui de la princesse du Bélier d’Or.

Aussitôt, le roi fit appeler N’oun-Doaré, et lui parla de la sorte :
— «  Il faut que tu m’amènes à la cour la princesse du Bélier d’Or, pour être mon épouse, et, si tu ne me l’amènes pas, il n’y a que la mort pour toi. »

Voilà le pauvre N’oun-Doaré bien embarrassé.  Il va trouver sa vieille jument, les larmes aux yeux.
— « Je sais », lui dit la jument, « ce qui cause votre embarras et votre tristesse. Vous rappelez-vous que je vous avait dit, de laisser le diadème d’or où vous l’aviez trouvé, autrement vous vous en repentiriez, un jour ? Voici ce jour venu ! Pourtant, ne vous laissez pas aller au désespoir, car, si vous m’obéissez et faites de point en point ce que je vais vous dire, vous pouvez encore vous tirer de ce mauvais pas. Allez d’abord trouver le roi et demandez-lui de l’avoine et de l’argent pour le voyage. »

Le roi donna de l’avoine et de l’argent, et N’oun-Doaré se mit en route avec sa vieille jument. Ils arrivèrent au bord de la mer, et y virent un petit poisson resté à sec sur le sable et près à mourir.

— « Mettez vite ce poisson à l’eau », dit la jument. N’oun-Doaré obéit, et aussitôt le petit poisson, élevant sa tête au-dessus de l’eau, parla de la sorte :

— « Tu m’as sauvé la vie, N’oun-Doaré; je suis le roi des poissons, et si jamais tu as besoin de mon secours, tu n’auras qu’à m’appeler, au bord de la mer, et j’arriverai aussitôt. »

Et il plongea dans l’eau et disparut.

Un peu plus loin, ils rencontrèrent un petit oiseau, pris dans des filets.
— « Délivrez cet oiseau », dit encore la jument.

Et N’oun-Doaré délivra le petit oiseau, qui dit aussi, avant de s’envoler :

— « Merci ! N’oun-Doaré, je te revaudrai ce service; je suis le roi des oiseaux, et si jamais moi ou les miens pouvons t’être utiles, tu n’auras qu’à m’appeler et j’arriverai aussitôt. »

Ils continuèrent leur route, et, comme la jument traversait facilement les fleuves, les montagnes, les forêts et les mers, ils arrivèrent bientôt sous les murs du château du Bélier d’Or. Ils entendirent un vacarme épouvantable à l’intérieur du château, de sorte que N’oun-Doaré n’osait pas y entrer. 

Près de la porte, il vit un homme attaché à un arbre, par une chaîne de fer, et qui avait autant de cornes sur le corps qu’il y a de jours dans l’année.
— « Détachez cet homme et rendez-lui la liberté », dit la jument.
— « Je n’ose pas en approcher. »
— « Ne craignez rien ; il ne vous fera pas de mal. »

N’oun-Doaré détacha l’homme, qui lui dit :
— « Merci ! Je vous revaudrai ce service; si jamais vous avez besoin de secours, appelez « Griffescornu », le roi des démons, et j’arriverai aussitôt. »

— « Entrez à présent dans le château », dit la jument à N’oun-Doaré, « et ne craignez rien; je resterai à paître ici, dans le bois, où vous me retrouverez, au retour. La maîtresse du château, la princesse du Bélier d’Or, vous fera bon accueil et vous montrera nombre de merveilles de toutes sortes. Vous l’inviterez à vous accompagner dans le bois, pour voir votre jument, qui n’a pas sa pareille au monde, et qui connaît toutes les danses de Basse-Bretagne et des autres pays, que vous lui ferez exécuter sous ses yeux. »

N’oun-Doaré se dirige vers la porte du château. Il rencontre une servante, qui va puiser de l’eau à la fontaine du bois, et qui lui demande ce qu’il cherche par là.
— « Je voudrais, répond-il, parler à la princesse du Bélier d’Or. »

La servante va dire à sa maîtresse qu’un étranger vient d’arriver au château, qui demande à lui parler.
La princesse descend aussitôt de sa chambre et invite N’oun-Doaré à visiter avec elle les merveilles de son château.

Quand il eut tout vu, il invita à son tour la princesse à venir voir sa jument, dans le bois.  Elle y consentit, sans difficulté. La jument exécuta devant elle les danses les plus variées, ce qui la divertit beaucoup.
— « Montez sur son dos, princesse », lui dit N’oun-Doaré, « et elle dansera avec vous fort agréablement. »

La princesse, après quelque hésitation, monta sur la jument . N’oun-Doaré sauta aussitôt à côté d’elle, et aussitôt la jument s’éleva en l’air avec eux et les transporta, en un instant, par-delà la mer.
— « Vous m’avez trompée ! » S’écriait la princesse; « mais vous n’êtes pas encore au bout de vos épreuves, et avant que j’épouse le vieux roi de France, vous aurez pleuré, plus d’une fois. »

Ils arrivèrent promptement à Paris.

A son arrivée, N’oun-Doaré conduisit la princesse au roi et lui dit, en la lui présentant.
— « Sire, voici la princesse du Bélier d’Or. »

Le roi fut ébloui par sa beauté; il ne se possédait pas de joie et voulait l’épouser, sur-le-champ.  Mais, la princesse demanda qu’on lui rapportât d’abord son anneau, qu’elle avait laissé dans sa chambre, au château du Bélier d’Or.

N’oun-Doaré fut encore chargé par le roi d’aller à la recherche de l’anneau de la princesse.

Il s’en revint tout triste vers sa jument.
— « Ne vous rappelez-vous pas », lui dit celle-ci, « avoir sauvé la vie au roi des oiseaux, qui vous promit de reconnaître ce service, à l’occasion ? »
— « Je me le rappelle », répondit-il.
— « Eh bien, appelez-le à votre secours, c’est le moment ».

A suivre …

Auteur/autrice : ZAZA-RAMBETTE

Une bête à corne née un 13 AVRIL 1952 Maman et Mère-Grand...! Vous trouverez ici : humour de bon matin, sagas historiques sur ma Bretagne, des contes et légendes, des nouvelles et poèmes, de très belles photographies de paysages et d’animaux, de la musique (une petite préférence pour la musique celte), des articles culturels, et de temps en temps quelques coups de gueules...! Tous droits réservés ©

11 réflexions sur « N’oun-Doaré … !!! 2/3 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.