Plouézoc’h et son église – 2/2 … !!!

Nous restons  autour et dans l’église de Plouézoc’h, encore aujourd’hui !

église plouzéoc'h

Le porche, de style ogival, agrémenté de deux lions, abrite une porte du XV ème siècle aux armoiries de Goesbriand.

Plouézoc'h et son église (2ème partie)Plouézoc'h et son église (2ème partie)Plouézoc'h et son église (2ème partie)Plouézoc'h et son église (2ème partie)La voûte est lambrissée, avec poutres apparentes décorées de dragons en « avale-poutre », qui représentent des démons menaçants (comme pénitence, ils soutiennent le ciel étoilé de l’église).

Plouézoc'h et son église (2ème partie)Les piliers cylindriques, en granit, ne comportent pas de chapiteaux, ce qui allège les grandes arcades.

Plouézoc'h et son église (2ème partie)Plouézoc'h et son église (2ème partie)

La sablièrePlouézoc'h et son église (2ème partie)En bois sculpté, est parsemé de blasons « d’azur à la face d’or », de la famille de Goesbriand, de même que le centre des poutres et les piliers, près du chœur, qui datent du XVII ème siècle.

Quelques lustres en cristalPlouézoc'h et son église (2ème partie)rappellent l’époque où la lumière était diffusée par des bougies.

Au XVII ème siècle, l’église ne comportait qu’une seule nef.

Le chœur et les bas-côtés, dont la première pierre fut posée le 12 novembre 1642, par Vincent Le Guernigou, recteur de Plouézoc’h, ont été restaurés en 1859.

Plouézoc'h et son église (2ème partie)Le maitre autelmaitre autel plouzéoc'h

Il date du milieu du XVII ème siècle (à mentionner les deux statues, chaussées de souliers à bouts carrés, dominés par des aigles royaux).

La grande fresque du Paradis, au centre du retable,  avec des anges adorateurs, les cœurs de Jésus et de Marie, couronnés d’angelots est attribuée à J. L. Nicolas, maître-verrier de Morlaix.

Son tabernacle à colonnettes torses est entrelacé de vignes et possède des niches garnies de leurs statuettes, ainsi qu’une porte avec Christ dominé par le Père Eternel.

Bas relief du maître autel

En bas-relief, les médaillons en buis polychrome figurent le « lavement des pieds », où le Christ dit à Pierre
« si tu refuses, tu ne sera plus mon ami ! » et la Cène du jeudi-saint où Judas est absent : il est parti trahir son Maître …

Le retableretable plouzéoc'h

De part et d’autre du tabernacle : deux icônes, le Christ bénissant ( jeune homme imberbe), et la Vierge Marie.

De part et d’autre du retable:

retable plouzéoc'h

Deux icônes, le Christ bénissant (Jeune homme imberbe), et la Vierge Marie. Au-dessus du tabernacle, petit dais, avec deux anges soutenant le Crucifix d’or, surmonté d’une couronne,

Plouézoc'h et son église (2ème partie)et une belle peinture sur toile de l’Assomption de la Vierge par Hamonic de Paimpol, datée de 1659.

De chaque côté, entre des colonnes corinthiennes se trouvent deux grandes statues en bois polychrome :

– Saint Pierre avec tiare

Plouézoc'h et son église (2ème partie)– Saint Étienne

Plouézoc'h et son église (2ème partie)en ornement de diacre, tenant la palme du martyre (c’est le patron de la paroisse).

Au-dessus du fronton doré du retable, entre des flambeaux et les deux corbeilles de fleurs, on peut admirer le sommet d’un vitrail terminé par une belle rosace flamboyante.

Plouézoc'h et son église (2ème partie)La partie la plus ancienne semble être le côté gauche du transept,

Plouézoc'h et son église (2ème partie)avec ses deux arcades ogivales qui pourraient dater du XV ème siècle : c’est avec la sacristie, l’ancienne chapelle de la famille de Goesbriand, dédiée à Notre-Dame du Rosaire, dont le tableau monumental se trouve auprès des fonts baptismaux.

Le RosairePlouézoc'h et son église (2ème partie)Le tableau du Rosaire représente la Vierge à l’Enfant qui remet le Rosaire à saint Dominique – à droite sainte Catherine de Sienne, dominicaine – en bas, la bataille de Lépante (victoire attribuée à la dévotion du Rosaire). Huile du peintre morlaisien Jacques Noblet et daté de 1654.

Les fonts baptismaux comportent une cuve octogonale, en granit, du XVI ème siècle, avec décor de têtes aux tresses ondulées ou portant bonnets.

Plouézoc'h et son église (2ème partie)On y trouve deux vitraux sortis des ateliers du maître-verrier morlaisien Jean-Louis Nicolas, datés de 1869 : l’un représente la Nativité,

Plouézoc'h et son église (2ème partie)avec la visite des Rois Mages, offrant de l’or, de l’encens et de la myrrhe à l’enfant Jésus, l’autre vitrail, la lapidation,

Plouézoc'h et son église (2ème partie)rappelle le martyre du premier diacre de l’Eglise, Saint Etienne lapidé, avec Saint Paul, en spectateur, debout à gauche (vitrail avec les armoiries des familles de Kersauson et Costa de Beauregard, du château de Trodibon).

Au fond de l’église, on peut voir deux confessionnaux en sapin du XIX ème siècle, décorés des Cœurs Sacrés de Jésus et Immaculé de Marie, symboles de tendresse et de pardon.

Plouézoc'h et son église (2ème partie)Un encensoir en argent date du XVIIème siècle. Une boîte aux saintes huiles date de 1701

Plouézoc'h et son église (2ème partie)et porte l’inscription « Cette boite a été payée par les Fabriques de Saint-Antoine pour la Fabrice de Plouézoc’h en l’an 1701 ».

Mais aussi, différents objets d’ornement tels les croix processionnelles,

Plouézoc'h et son église (2ème partie)Des bannières classées.

Plouézoc'h et son église (2ème partie)Plouézoc'h et son église (2ème partie)L’église abrite la Vierge-Mère (ou Notre-Dame de Plouézoc’h), date du XVII ème siècle :

Plouézoc'h et son église (2ème partie)Surmontée de deux anges tenant une couronne, elle est entourée de fleurs dorées et repose sur un socle à angelots.

Mais aussi,  Saint Paul (avec son glaive),

Plouézoc'h et son église (2ème partie)

Saint Méla décapité,

Plouézoc'h et son église (2ème partie)Ainsi qu’une Pieta (offerte comme bien d’autres statues par les Comtes Jean et Louis Costa de Beauregard),

Plouézoc'h et son église (2ème partie)provenant de la chapelle du cimetière (située dans l’enfeu de la famille Pastour de Kerjean, maison qui hébergea Anne de Bretagne lorsqu’elle vint en pèlerinage à Saint-Jean-du-Doigt en 1505).

L’église abrite deux maquettes de bateaux : le trois mats « Sainte-Anne » (bâtiment de l’armement Bordes)

Plouézoc'h et son église (2ème partie)Plouézoc'h et son église (2ème partie)et le croiseur-cuirassé « le Provence ».

Plouézoc'h et son église (2ème partie)En 1984, on a refait la toiture. En 1986 ont été restaurés le retable et la statue de Notre-Dame de Plouézoc’h.

Auteur/autrice : ZAZA-RAMBETTE

Une bête à corne née un 13 AVRIL 1952 Maman et Mère-Grand...! Vous trouverez ici : humour de bon matin, sagas historiques sur ma Bretagne, des contes et légendes, des nouvelles et poèmes, de très belles photographies de paysages et d’animaux, de la musique (une petite préférence pour la musique celte), des articles culturels, et de temps en temps quelques coups de gueules...! Tous droits réservés ©

31 réflexions sur « Plouézoc’h et son église – 2/2 … !!! »

  1. Bonjour ma petite Zaza… Ce matin c’est pour moi, le plaisir de venir te lire…avec mon petit café, bien sur ! Ce sont de belles photos de cette jolie église bien décorée ! On doit être fier de son bout de terre !
    J’espère de tout mon cœur que tu vas bien, Je te souhaite un excellent samedi !….
    Je t’envoie de douces pensées amicales…

  2. Cette église est merveilleusement décorée, avec son plafond bleu étoilé, sa sablière et son dragon avale-poutre, son bateau tout est si typiquement breton, et … et… et …, elle est magnifique
    Merci Zaza

  3. Beaucoup de richesses à l’intérieur de cette église. Ma préférence va aux vitraux qui ont des bleus magnifiques. Merci Zaza pour cette visite fort instructive et plaisante. Bisous et bon week-end

  4. Bonjour Zaza,
    Comme annoncé ….belle suite sur cette édifice commenté et belles photos sur son intérieur et différents objets religieux…..
    Merci du partage
    bon weekend
    amittiés

  5. Il faut dire qu’elle est très belle.
    Merci pour tous les détails que tu nous montres.
    Bises et douce journée ma Zaza.

    1. Morte de rire Lady… il va falloir que tu nettoie tes lunettes. Il s’agit d’une sablière et non d’une salière.
      La sablière est un élément d’architecture. C’est une poutre placée horizontalement à la base du versant de toiture, sur le mur de façade. On la nomme ainsi car on la posait sur un lit de sable, qui en fuyant, permettait à la poutre de prendre sa place lentement. Bisous, bisous

  6. bonjour Zaza , ah oui une belle suite et tes photos et infos et détails … waouh j’aime +++ ! qu’elle est belle et là son intérieur moi je me régale ++++ !!! merci gros bisous beau weekend a +

  7. Bonjour Zaza
    Un bien bel intérieur de cette église
    les poutres , les reliques, les statues, et des couleurs qui relèvent
    j’aime ce style d’église !
    Je te souhaite une bonne journée ensoleillée, bises

  8. elle est vraiment superbe cette eglise, quel beau porche, l’interieur est richement décoré, et les vitraux sont superbes , merci pour cette decouverte, bonne soiree bises

  9. Bonjour Zaza
    Une très belle église, j »aimerais la photographier !
    Merci pour toutes tes explications détaillées
    Bises, bon week-end

  10. Coucou ma Zaza, C’est une revenante d’une balade dans le froid qui te parle…rires!
    Ta promenade est superbe. Les détails ornementaux de cette église font penser à des trésors dans un écrin. J’aime énormément ces dragons avaleurs, ces esprits anciens qui au fond ne perdent jamais de leur influence « magique », comme des veilleurs, des figures tutélaires des anciens mondes.
    Tout est magnifique à observer: la Vierge du XVIIe siècle, les vitraux, les maquettes de bateaux… c’est un voyage, merci de l’avoir partagé avec nous!

    Merci de ton message également que je viens de voir, moi qui ai si souvent la tête de travers ou qui compose avec la version linotte de moi-même, je ne donne pas de leçons et je comprends…

    Ma messagerie est das les choux, ça va s’arranger mais bon faut attendre alors je te raconte notre journée dans le froid ce qui fera sourire et compatir un peu quand même, je l’espère, lol!!! Ce n’est pas une histoire de GPS mais bon… :)

    Je suis crevée et ça se comprend… Quelle idée d’aller se balader dans le froid comme ça!!!

    Samedi matin, au lever, il faisait un soleil magnifique (après la série de mois ruisselants de pluie, de brouillard, de brume crasse…) et comme les températures vont être polaires de lundi à mercredi, je dis à Christophe : « si on allait faire une balade »… Il fait déjà super froid alors on a décidé de bien se couvrir et nous voilà partis. Jusque là, ça allait…
    On décide d’aller se promener à Ecouen. On adore cet endroit, la forêt, le château. On y va souvent mais avec le temps exécrable de l’automne 2017 et ce que nous avons connu depuis le début de l’année, nous n’avions pas pu y retourner.
    Nous étions pleins de détermination mais les transports en commun pour Ecouen, c’est compliqué. Nous n’avons pas de voiture et le week-end, les quelques bus de la ligne 368 qui font la route de Sarcelles à Ecouen ne passent pas, ce qui est honteux. Une pétition circule mais la RATP ne fait rien et les mairies ne réagissent pas spécialement non plus.
    Donc, pour aller là-bas, on compte sur nos gambettes et ça fait une trotte parce qu’on coupe la route départementale à plusieurs endroits. Les voitures y vont facilement. Les randonneurs galèrent davantage.

    On part, on marche dans le froid glacial, les heures défilent, les muscles je ne te dis pas… et on traverse le bois, c’était magnifique, une lumière d’or, les grands arbres en majesté, les chemins qui serpentent dans une clarté presque chimérique… Le château d’Ecouen (je crois que tu y es déjà allée…) est juché sur une ancienne motte castrale, il y a des mottes plus hautes que celle-ci en France mais elle est quand même assez raide surtout quand on a déjà une bonne trotte dans les pattes.
    Un lacis de sentiers nous conduit à un enclos gigantesque, on franchit une grille et on remonte d’autres chemins qui nous mènent au château. Marcher n’était pas évident car les intempéries ont créé des ravines et de grosses pierres émergeaient du sol, elles étaient coupantes et faisaient perdre l’équilibre. Ça continuait de nous épuiser les cuisses et les abdos. Il faisait si froid que nous avons seulement croisé deux couples et un monsieur promenant son chien. D’habitude, il y a bien plus de monde…
    Un vent glacial nous enveloppe, on persiste à avancer et le château se dessine, superbe, dans la lumière d’or. On tient bon, on est transis jusqu’aux os, on a les doigts gourds malgré les gants, je n’arrive plus à prendre des photos tellement il fait froid. Mes mains saignent à plusieurs endroits malgré la crème.
    De l’autre côté du château s’étend la ville. Il y a des escaliers à emprunter, on le fait car en s’enfonçant un peu, on trouve normalement un arrêt de bus et ce bus là, le 269, passe le samedi et le dimanche, enfin en théorie ! On était dans le froid depuis tellement d’heures qu’on avait l’impression que notre sang gelait.
    On regarde les horaires et on voit qu’un bus doit passer dans les dix minutes alors on était ravis ! Un jeune homme et une dame nous rejoignent, grelottants. Nous attendons et… rien… On finit par voir la petite mention rajoutée par la RATP, le 269 ne passe pas les samedi et dimanche pendant les vacances scolaires or ce sont les vacances en Île de France…

    Résultat, on a repris les escaliers, pas le choix. Les grimper a été affreux avec les muscles durcis voire tétanisés par le froid puis on est revenus vers le château, on a réemprunté les différents sentiers, on est arrivés au bord de l’enclos, on a passé la grille et il a fallu retraverser tout le bois. Une fois sortis, il a évidemment fallu refaire le chemin en sens inverse et on a fini par rentrer à presque 22 heures, transformés en bonshommes de glace !!!

    Quand on a quitté l’appartement, Christophe a branché un petit programme sur son téléphone lui permettant de calculer le nombre de kilomètres parcourus à pied et verdict : 40, 986 kms !!!

    Il m’a dit « t’as la peau sacrément dure pour avoir fait quasiment 41 kms dans un froid glacial » et presque sans manger car tout était fermé à Ecouen… On pensait s’installer dans un endroit sympa et prendre un truc chaud, copieux et… nothing !

    Alors, on ne râle pas, je ris de notre journée mais aujourd’hui dimanche je reste sous la couette !!!

    Allez, dodo maintenant… Je t’envoie de gros bisous et je pense fort à toi et à Poux Ronchon, restez bien au chaud si possible!

    Cendrine

  11. bien contente que tu ai aimé la vidéo sur le lace de Genève, ….Genève est une très belle ville…passe un agréable dimanche fait attention de ne pas prendre froid

  12. Salut
    L’intérieur est très beau .
    Le clocher est original.
    Le temps est ensoleillé et il fait 6°.
    C’est sûr qu’une soi disant vague de froid arrive mais on a l’habitude dans le Nord.
    Bonne semaine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.