Pour le défi n°239 chez les Croqueurs de môts … !!!

Les consignes de Jeanne FAFOSI, ICI, pour cette nouvelle quinzaine.

Jeanne nous invite à écrire un petit texte en prose ou en vers portant sur un moment, (passé, présent, à venir, réel ou imaginaire) particulier (joyeux, saugrenu, étrange, stressant, agréable …), dans lequel l’électricité (ou son absence) y a joué un rôle important. Mots imposés à inclure (ambre, ampoule, appareil).

Cette année dans mon île, en soirée du 15 août, gros orage. Mon Farouk ne tenait pas en place, il était parti se réfugier dans le petit couloir, à côté du placard à balais.

M’man, m’man, m’man
Il y a un très gros géant
Qui assombrit tout le ciel
C’est de l’ambre artificiel
Regarde, il est si grand
Et devient rose et blanc
Avec de longs cheveux
Et la tête toute en feu !

Il se fâche méchamment
Par ce mauvais temps !
J’ai la frousse, il gronde
Contre tout le monde !
Non mon gros Farouk
Inutile de faire le souk
Ne te mets pas en colère,
Ce sont juste des éclairs.

Éclairs tel des ampoules
Ne devient pas maboul
C’est la Fée Électricité
Il ne faut pas t’agiter !
Éteints sont les appareils
En attendant le soleil.
Farouk, ne pleure pas,
Je vais chercher papa !

Auteur : ZAZA-RAMBETTE

Une bête à corne née un 13 AVRIL 1952 Maman et Mère-Grand...! Vous trouverez ici : humour de bon matin, sagas historiques sur ma Bretagne, des contes et légendes, des nouvelles et poèmes, de très belles photographies de paysages et d’animaux, de la musique (une petite préférence pour la musique celte), des articles culturels, et de temps en temps quelques coups de gueules...! Tous droits réservés ©

28 réflexions sur « Pour le défi n°239 chez les Croqueurs de môts … !!! »

  1. Pauvre Farouk mais comme je le comprends!
    J’ai une peur panique des éclairs depuis que j’en ai vu un “tomber” au milieu de ma rue..une boule de feu!
    Bises du jour
    Mireille du sablon

  2. Pauvre Farouk
    l’orage inquiète
    Bravo pour ta narration
    Bonne journée
    Il pleut chez nous , il en faut …
    🎃…

  3. Oh mon pôve Farouk le bruit et la lumière du ciel te fais peur
    Cache toi tu as raison.
    Je te raconte une histoire ;
    J’avais moi aussi peur de l’orage quand j’étais petite fille et des image terrifiante accentuaient ma frayeur.
    Assise sur le bord du lit mes parents étant absents je savais qu’il aurait fallu aller fermer le compteur mais tétanisée je n’osais bouger.
    L’orage est passé et tout est rentré dans l’ordre sans dommage.
    Plus tard orage en montagne j’étais un peu en retrait de mon compagnon. Un coup de tonnerre plus fort que les autres m’a fait faire le 100 mètres en champion du monde et bien rire mon ami.
    Tu vois mon Farouk comme je te comprend même si maintenant je gère mieux
    Caresses ainsi qu’à tes compagnons
    Bisous Zaza

  4. Bravo pour ce beau poème Zaza . Volga était comme Farouk jusqu’à ce qu’elle devienne sourde , nous l’avons retrouvée tremblante coincée derrière le clic clac , nous nous demandions bien où elle avait pu aller . Par contre son père lui ne le craignait pas , et tant qu’il était présent la rassurait . En ce qui me concerne je ne suis pas tres à l’aise par temps d’orage , ayant vu un éclair tomber sur un transformateur électrique juste après une randonnée à cheval , vraiment dantesque .
    Bonne journée
    Bises

  5. Je comprends ton chien, la mienne est pareille. Enfant, chez ma grand-mère nous nous enfermions dans un cagibi et priions sans relâche avec elle. Il faut dire que les orages dans ce petit val étaient impressionnants.
    Merci pour ton poème.
    Bises

  6. Bonjour Zaza, je suis comme Farouk, je n’aime pas l’orage, bien avant qu’il éclate je deviens nerveuse, angoissée, et quand il est là , je m’enferme dans le noir si je suis seule, on ne se refait pas et malgré tes bonnes paroles Farouk et moi on a toujours peur de l’orage. Bisous MTH

  7. Les chiens ne sont jamais à l’aise quand il y de l’orage, ton Farouk m’a rappeler mon Pacha qui montait au grenier se cacher derrière une armoire et si cette dernière était ouverte on le retrouvait là-dedans, impossible de le faire bouger…
    Bises et belle journée

  8. Pauvre chien,il mérite un gros câlin pour effacer sa peur. Personnellement j’aime entendre l’orage quand je suis chez moi( courageuse mais pas téméraire) mais moins les fois où il tourne au dessus de mon toit

  9. Nos 4 pattes en bavent avec les orages et me souviens que Farouk de peur était partis mais c’était sauf erreur des feux d’artifice. Bisous douce semaine

  10. C’est curieux mais…. j’aime l’orage … bien au chaud dans ma maison… à l’abri derrière la vitre…. et je regarde, fascinée, le spectacle époustouflant….
    (mais alors pas du tout dans la voiture ou en balade où je me sens nue et vulnérable …. le pire, c’est dans le camping car… qui amplifie tous les bruits)
    Et pourtant, j’ai eu la grosse frayeur un jour de voir l’éclair rentrer pas le trou de serrure de la porte d’entrée et se fracasser en gerbes d’étincelles dans une prise, le tout juste devant moi. Un pas de plus, et c’était moi qui était cramée et non pas la prise….. ça parait ubuesque, mais c’est vrai !
    Pauvre Farouk ! Les animaux ont une mémoire ancestrale bcp plus prégnante que la nôtre et ressente tout bien davantage que nous…
    Bisous Zaza, et merci pour ce beau billet tout imprégné de ton amour pour tes animaux…

  11. Pauvre gros, petit Farouk ; il ne faut pas avoir si peur car maman et papa sont là, avec toi pour te protéger ! Ta photo est si parlante, Zaza ! Faut pas lui dire mais, je le comprends si bien !
    Bonne soirée,
    Bises♥ et, de bonnes caresses pour lui sans oublier les deux autres !

  12. C’est vraiment génial!
    Je l’ai lu à voix haute, ton texte, à Christophe, on a adoré…
    Tu sais, souvent je lui lis tes textes ou bien il les lit et il apprécie beaucoup ce que tu fais. Je tenais à te le dire même si je pense l’avoir déjà dit. Cela fait toujours du bien de se répéter :)
    J’ai adoré ton texte, la rythmique, les images…
    Quant à Farouk, il est tellement beau, magnifique photo!
    Gros bisous sans oublier ton Poux Ronchon et vos amours Farouk, Pupuce, Théo…
    Cendrine

  13. Comme Colette dans « Dialogues de bêtes» tu sais faire parler les animaux. C’est sûr qu’ils sont capables d’imagination, sans quoi pourquoi éprouveraient -ils de la peur, de la tendresse, de la reconnaissance . Bisous à toi et gros câlins à Farouk.

  14. Farouk a peur de l’orage… heureusement qu’il peut compter sur vous.
    Bravo pour le défi si bien relevé.
    Bisous et douce journée.

  15. Les animaux sont comme les enfants, ils craignent l’orage, les éclairs, les feux d’artifices, ils ont besoin de se coller fort contre nous pour éviter de faire des bêtises.
    Il est trop chou Farouk ;)
    Bisous.
    Domi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.