Qui a assassiné le Père Noël ? – 4/9 … !!!

CHAPITRE IV

Une fois Georgette Toutenvrac sortie, Nestor Boyaux retourna dans son bureau.

Il prit les deux lettres et les relut attentivement comme s’il espérait découvrir quelque chose. Puis, il mit les lettres dans un tiroir de son bureau qu’il ferma à clef. Ensuite il alla dans sa chambre et s’habilla.

Il était environ dix heures lorsqu’il sortit de chez lui. Lentement il se dirigea vers le 9ème arrondissement de la capitale. Une demi-heure plus tard, il arrivait devant les bureaux du commissariat au 14bis de la rue Cauchat.

Il entra comme s’il était chez lui et s’adressant au planton :
– « L’inspecteur Principal Ella Danloss s’il vous plait. »
– « Veuillez patienter Monsieur, je préviens l’inspecteur.

Il  arriva devant la porte où était inscrit en grosses lettres : « Ella Danloss – Inspecteur Principal », et entra dans le bureau.

– « Bonjour Ella ».
– « Bonjour Nestor. Assieds-toi. »
– « Merci. »

Nestor Boyaux s’installa dans un ample fauteuil.

– « Qu’est-ce qui t’amène ? » lui demanda Ella.
– « Oh pas grand-chose. Je venais prendre de tes nouvelles. »

L’inspecteur sourit à son interlocuteur de façon sarcastique !  

– « C’est très chic de ta part. »

Il y eut un court silence.

Nestor reprit :

– « J’ai lu les journaux de ce matin. »
– « Moi aussi. »
– « On parle d’un certain assassinat et d’un certain inspecteur principal Ella Danloss de la police qui enquête. C’est un parent à toi ? »
– « Un peu ! »
– « Sais-tu que cette affaire m’intéresse ? »
– « Pas possible ! »
– « Eh oui ! »
– « Toi, tu as une idée derrière la tête. »

Nestor sourit :

– « On ne peut rien te cacher. »
– « Qu’est-ce que tu veux savoir ? »
– « J’aimerais que tu me contes exactement ce qui s’est passé. Ensuite, si je puis t’aider, je t’offre mes humbles services. »
– « Je te remercie. »

Tout à coup, l’inspecteur Ella Danloss redevint sérieuse.

– « Cette affaire me semble très compliquée, je ne te le cache pas. »
– « Que s’est-il passé ? »

Ella lui fit un récit complet de tout ce qu’elle savait.

– « Alors, quelles sont tes conclusions ? » lui demanda Nestor.
– « Je ne les ai pas encore tirées. C’est presque absurde de se ranger à l’idée du médecin-légiste. »
– « Absurde ? Mais pourquoi absurde ? »
– « Mais voyons, un enfant commettre un meurtre avec préméditation. »
– « Pourquoi pas ? »
– « Tu sais bien qu’un enfant ne peut pas tirer au pistolet aussi précisément. »
– « Tu crois ? Et puis, si on l’avait entraîné cet enfant-là ? Si on lui avait dit par exemple : « Tu vas apprendre à tirer … (une arme jouet). Lorsqu’on ira voir le Père Noël pour lui faire peur, tu tireras sur lui ». Et si au dernier moment, on avait substitué le pistolet jouet par un véritable, l’enfant n’aurait pas pu tuer le père Noël ? »
– « Voyons, tu es fou, Nestor, ton hypothèse ne tient pas debout. »
– « Eh bien moi, je suis de plus en plus persuadé que le meurtre a été commis par un enfant. C’était le moyen le plus simple et le moins dangereux. Qui donc peut soupçonner un enfant de meurtre ? »
– « Toi. »
– « Justement, mais pas la police… »
– « As-tu l’intention de poursuivre tes propres investigations ? »
– « Peut-être. »

Ella continua :

– « Ce matin, je vais aller voir les parents de ce monsieur Denis Dyron-Dayle. »
– « Tu crois apprendre quelque chose ? »
– « Peut-être. Tu sais qu’il ne faut rien négliger. »

Nestor Boyaux se leva :

– « Eh bien moi, je vais commencer aussi une enquête, mais sur un autre côté. »
– « Lequel ? »
– « Secret ma vieille ! »

Ella se montra curieuse.

– « Aurais-tu une piste ? »
– « Peut-être. »

Il se dirigea vers la porte.

– « Si tu as du nouveau », dit-il à l’inspecteur, « tiens-moi au courant. »
– « Toi aussi. »
– « Entendu. »

Nestor Boyaux sortit du bureau d’Ella Danloss.

Arrivé dans la rue, il marcha lentement et se dirigea vers le boulevard Haussmann, avec pour but de rejoindre le grand magasin où la veille s’était déroulé ce si tragique assassinat.

Il se dirigea vers l’ascenseur.

– « Rayon des jouets, s’il-vous-plaît. »

Un autre père Noël était déjà en fonction. Lentement, Nestor fit le tour des lieux. Il examina la scène attentivement.
Il ne parla pas à personne. Dix minutes plus tard, il quittait les lieux.

Il retourna à son appartement et se prépara à dîner. Il était pensif.

Que ferait-il ? Il ne le savait pas encore lui-même.

Tout à coup, il sursauta. Il venait d’entendre un bruit. Le bruit d’une lettre qui tombe de la petite boîte.

– « Le facteur ! »

Nestor ouvrit sa porte et aperçut une lettre adressée comme suit :

Monsieur Nestor Boyaux puis l’adresse. Fébrilement il la décacheta :

Il lut :

– « Monsieur, je viens de recevoir une autre lettre. Je vous l’envoie immédiatement, et c’est signé Georgette T. »

Nestor regarda dans l’enveloppe et aperçut une autre feuille. Il lut :

– « Mademoiselle. Vous n’avez pas voulu m’obéir. J’ai frappé. Je puis frapper encore. Mais maintenant, je suis un peu plus exigeant. Je demande deux cent mille euros. J’attends votre réponse. N’oubliez pas, pas de police autrement, ce sera fini pour vous. »

– « Pas de signature ! » Puis il pensa : « Après tout, cet homme n’est peut-être pas l’assassin du tout. Il profite peut-être de la situation. »

Il prit la lettre, et la mit dans le tiroir de son bureau avec les deux autres, puis referma son tiroir à clef.

– « Je suis presque certain d’avoir affaire à une bande organisée. Ce crime du Père Noël était trop bien monté pour avoir affaire à un seul homme. »

Il s’interrogeait :

– « Mais par où commencer mon enquête ? Par où ? »

Il était perplexe. Comment allait-il agir ?

A SUIVRE !

Auteur : ZAZA-RAMBETTE

Une bête à corne née un 13 AVRIL 1952 Maman et Mère-Grand...! Vous trouverez ici : humour de bon matin, sagas historiques sur ma Bretagne, des contes et légendes, des nouvelles et poèmes, de très belles photographies de paysages et d’animaux, de la musique (une petite préférence pour la musique celte), des articles culturels, et de temps en temps quelques coups de gueules...! Tous droits réservés ©

36 réflexions sur « Qui a assassiné le Père Noël ? – 4/9 … !!! »

  1. Les personnages gambergent ferme, j’adore!
    Et les noms de tes héros me font trop délirer…
    Merci ma Zaza pour cette traque au meurtrier d’un sacré bonhomme avec indices et pistes qui font crépiter les neurones!
    Gros bisous et douce journée
    Cendrine

  2. Hé bien, moi, je chercherais d’abord qui avait connaissance de l’héritage !
    En effet, j’ai été secrétaire de nestor pendant quelque temps et je connais un peu sa manière d’agir …

    Bon jeudi … Déjà !
    On ne voit pas le temps passer …
    Bisoux, ma zaza ♥

  3. Quand le privé rencontre le public
    il peut y avoir concurence
    il peut y avoir conivence
    il peut y avoir différence.
    Et nous voilà tous en transes …
    quand la Zaza mène la danse.

    Bonne journée Zaza
    Bisous

  4. Ah! Ça se corse, comme dirait Fanfan. Je suis persuadée, et de plus en plus, que c’est un homme de petite taille qui a fait le coup. On verra cela par la suite. You, you, ma bichette.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

wp-puzzle.com logo

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.