Ah la vache … !!! – 4/9

Chapitre IV

Nestor se leva :

– « Ceux qui ont condamné Alcide Javell étaient des imbéciles. »
– « Comment cela ? »
– « Si Alcide Javell était ivre-mort, qui prouve qu’il n’ait pas été emmené dans la chambre du crime, une fois le crime commis ? On aurait pu lui mettre ce tisonnier dans la main, le tour était joué et l’affaire terminée. »
Le chef déclara :
– « Le plus important, ce n’est pas de trouver le coupable d’un crime commis il y a plus de vingt ans, mais bien d’un crime commis aujourd’hui. »
Nestor Boyaux déclara subtilement :
– « Eh bien, moi, j’ai idée que si nous découvrons le meurtrier de Sarah Freichi, nous aurons celui de madame Aude Javell. »

– « Comment cela ? »
– « La vieille dame était très malade. Elle n’en avait plus que pour quelques mois à vivre d’après le médecin. Il faut un mobile puissant. Nous l’avons. »
– « Que voulez-vous dire ? »
– « Pour moi, madame Javell avait la preuve que son mari n’avait pas tué Sarah Freichi. De plus, elle connaissait le meurtrier. »
– « Mais pourquoi ne l’a-t-elle pas dévoilé, alors ? »
– « Parce qu’elle n’a eu cette preuve qu’aujourd’hui. »
Le chef leva les épaules.
– « Et d’après vous, quelle est cette preuve ? »
Nestor de son air dubitatif annonça :
– « On ne sait jamais, c’est peut-être une des photographies de la vache… »
– « Où allez-vous ? » demanda le chef, Léo Parre.
– « Dans la chambre de madame Aude Javell. Nous allons y jeter un coup d’œil. »

En montant l’escalier, ils se retrouvaient devant la porte de la chambre d’Aude Javell. Nestor demanda à Léo.
– « Depuis combien de temps demeurez-vous à Verne-sur-Seiche ? »
– « J’ai toujours demeuré ici. »
– « Alors, vous pourrez peut-être me renseigner ! »
– « Sur quoi ? »
– « Quelles personnes habitaient ici, il y a vingt ans, et qui demeurent ici aujourd’hui. »
– « Tout d’abord, la famille Hottine, les Javell… enfin je veux dire Jude Javell, et aussi le docteur Ruddy Manterre qui était à cette époque-là l’assistant du docteur Yvon Léveillé.
Ils venaient d’arriver à l’étage de la chambre de madame Aude Javell. »
Les deux hommes entrèrent dans la chambre.
Nestor jeta un coup d’œil autour de lui, puis se dirigea vers la fenêtre.
Il sortit sur les marches. Puis il examina attentivement.
Le chef, Léo Parre, le regardait en silence :
– « C’est bien cela, » dit-il, « je ne me trompais pas. »
– « Il y a des traces de pas ? »
– « Oui. »
– « Du goudron ? »
– « Justement. »
Nestor entra :
– « Mellick Hottine est venu ici peut-être avant, peut-être après le crime, mais, il est venu, c’est certain. »
– « C’est peut-être lui qui a tué ? »
– « Peut-être. »
Après un court silence, Nestor reprit :
– « J’aimerais bien visiter la chambre où a été tuée Sarah Freichi. »
– « C’est madame Aude Javell qui en possède la clef. »
Nestor s’approcha du lit.
Ce qu’il allait faire lui déplaisait énormément.

Il souleva le drap et détacha légèrement la chemise de madame Javell.
Il ne s’était pas trompé.
Elle avait une grande chaîne autour du cou et une clef pendait dans la naissance de ses seins.
Nestor s’en empara :
– « La voilà », dit-il.
– « Comment avez-vous fait pour la trouver ? »
– « Ce n’est pas la première fois qu’une femme cache quelque chose qui lui tient à cœur, dans la rivière de sa poitrine ! »
– « Qu’allez-vous faire maintenant ? »
Nestor garda le silence.
– « Visiter la chambre de la femme tué par Alcide Javell ? »
– « Non, je vais plutôt développer les photographies que j’ai réalisées de la vache. »
– « Mais voyons, vous perdez votre temps ? »
– « Je ne le crois pas. »
De nouveau, Nestor se dirigea vers le lit.
Il mit à l’abri le rouleau de négatifs non fixés que la morte tenait dans sa main.
– « Il va me falloir l’aide du jeune Nick Hottine, » dit-il. « A mon avis, c’est le seul de confiance à qui nous pouvons demander où se trouve le labo photo et la chambre noire. »
– « Allons le chercher. »
Quelques secondes plus tard, ils revenaient dans la pièce où étaient restés tous les autres.
Léo Parre appela Nick Hottine.
– « Nick ? » demanda-t-il.
– « Oui. »
– « Vous allez venir avec nous et nous conduire au labo photos qu’Aude Javell a fait installer. »
– « Très bien. »
Avant de sortir, Nestor se rappela quelque chose.
Lors de la bataille dans la chambre de la victime, cette dernière a crié :
– « Nicaud, Nicaud ! »
Mais il n’y avait aucun « Nicaud » dans la maison, excepté Nick Hottine.
Qui donc était cet autre mystérieux « Nicaud » ?
Nestor se retourna brusquement vers l’assistance :
– Où est « Nicaud » ? demanda-t-il.
Personne ne répondit.
Nestor inspecta les physionomies.
Tous paraissaient surpris.
Le chef demanda :
– « Nicaud » … Quel « Nicaud » ?
– « Avant de mourir, madame Javell appela un dénommé « Nicaud » devant moi. Qui est-ce donc ? »
Jude Javell répondit :
– « Vous avez certainement mal compris, il n’y a pas de Nicaud ici.
Nestor eut soudain une petite idée :
– « À moins que Nick… »

Mais le jeune homme déclara en haussant les épaules :
– « Elle ne m’a jamais appelé Nicaud. »
– « Laissons tomber, je me suis certainement trompé, et c’est sans importance. » Rétorqua Nestor.
L’adjoint de la police municipale fut chargé de rester en compagnie de tout de ce petit monde en attendant le retour de Nestor, Léo et Nick.
Les trois hommes sortirent.

En sortant du salon, le chef, Léo Parre demanda à Nick Hottine :
– « Où se trouve votre labo photographique ? »
– « Dans la cave ! La cave est très grande et divisée en plusieurs appartements. »
– « Descendons. »
Les trois hommes descendirent un long escalier.
Nick alluma une lumière.
Ils firent un petit bout de chemin dans le corridor puis tournèrent.
Là, il n’y avait plus de lumière, mais le corridor était quand même éclairé.
– « Comment se fait-il ? » demanda Léo Parre.
– « C’est monsieur Jude Javell qui a peint le corridor, il y a quelques mois, avec de la peinture luminescente. »
– « Je connais ça », fit Nestor, « c’est un produit à base de radium. » Affaire Bayard
Ils continuèrent leur chemin.
Nick s’arrêta devant une porte.
– « Nous voici arrivés. »
Il poussa la porte.
– « Tiens, c’est curieux, je croyais l’avoir fermée à clef. Je la ferme toujours à clef. »
Ils entrèrent.
Il faisait très noir.
– « Allumez la lumière, » fit Nestor.
L’éclairage était prévu pour émettre une « lumière inactinique ». Pour plus de précisions, elle ne devait pas produire d’effets photochimiques.
Soudain, le jeune Nick poussa un cri :
– « Il y a quelqu’un ici. »
Il y eut une bousculade.
Nestor Boyaux vit une ombre près de lui et frappa au hasard.
Léo Parre poussa un cri :
– « Quelqu’un m’a frappé. »
Tout à coup, Nestor eut une idée.
Il glissa dans la poche de sa veste le rouleau de négatifs non fixés et sortit celui se trouvant, se trouvant dans la poche de son pantalon pour faire l’échange.
Il était temps !
Il se sentit saisir par la main.
Il ne fit aucun effort et se laissa enlever le rouleau vierge.
Il essaya de frapper son assaillant mais manqua son coup.
Tout à coup, la porte s’ouvrit et se referma presque aussitôt.
– « Il est sorti ! » cria Léo Parre.
Nick :
– « J’ai trouvé l’interrupteur, j’allume. »
– « Très bien. »
Une lumière rouge se fit.
Nestor mit la main dans sa poche et sortit le rouleau de négatifs qu’il avait utilisé pour prendre les clichés de cette mystérieuse vache.
– « Cet inconnu a essayé de nous le dérober, mais c’est raté.
Vite au travail pour fixer les négatifs et tirer les photos que j’ai prises ! »

Mais pourquoi ce labo photo se trouvait-elle dans la cave ?
Et pourquoi Jude Javell avait utilisé de la peinture luminescente pour peindre le corridor qui permet d’y accéder ?
Bizarre tout de même … !

A SUIVRE …

Auteur/autrice : ZAZA-RAMBETTE

Une bête à corne née un 13 AVRIL 1952 Maman et Mère-Grand...! Vous trouverez ici : humour de bon matin, sagas historiques sur ma Bretagne, des contes et légendes, des nouvelles et poèmes, de très belles photographies de paysages et d’animaux, de la musique (une petite préférence pour la musique celte), des articles culturels, et de temps en temps quelques coups de gueules...! Tous droits réservés ©

30 réflexions sur « Ah la vache … !!! – 4/9 »

  1. …tout est bizarre dans cette histoire mais nous te faisons confiance, tu vas trouver qui est coupable!!
    j’ai aussi mon idée mais..attendons!
    Bises du jour
    Mireille du sablon

  2. Ça rafraîchit tu as raison du coup en te lisant je tire sur ma clope bonjour la nicotine , mon léopard dort encore , oh ma zaza de bon matin je suis MDR même pas peur , à toi alors !!!!!!!!!!! bizzzzzzzzzzzzzzzzzzzz

  3. Que de rebondissements, Zaza, j’adore. Mais je ne trouve toujours pas le rapport entre la photo de la vache et l’éventuel criminel qui réitère son geste, 20 ans après. Vite la suite ! Bises et bonne journée

  4. Bonjour Zaza.
    Pas très présent ces jours ci.
    Nous avons eu des imprévus qui nous ont pas mal occupés.
    Mais rien de catastrophique…
    Chez nous, c’est toujours le froid qui domine, et en attendant ça empêche la neige de retomber; mais on ne perd rien pour attendre.
    J’espère que tout va bien et je te souhaite une bonne journée.
    Bisous de nous deux.

  5. Bonjour Zaza,
    Oh la vache …..je suis un peu perdu mais je porte pas peine Nestor va éclaircir cet énigme comme il s’est bien faire avec la photo de cette vache
    merci pour cette écriture passionnante
    Bonne fin de journée
    Amitiés

  6. Bonjour Zaza , le mystère s’épaissit au fur et à mesure de ton récit, c’est palpitant, mais je fais confiance à Nestor , il va trouver, je pense sincèrement Zaza que tu devrais faire publier tes histoires , elles sont savoureuses , et les lecteurs passeraient un bon moment , y as-tu songé? ou es-tu trop modeste? Bisous bon jeudi MTH

  7. Il est malin Nestor , que va – t – on trouver sur la photo de la vache ? Mystère il va falloir attendre les épisodes suivants . J’ai hâte .
    Bonne journée
    Bises

  8. Ah la vache mais c’est bien sûr …
    Les protagonistes ne sont pas tous clairs
    Faisons confiance à Nestor pour déméler les échevaux que Mame Zaza lui a confier.
    Belle journée
    Bisous et caresses aux 4 et 2 pattes

  9. Tu vas nous tenir en haleine jusqu’au bout Zaza … quel imbroglio, je m’y perds !
    A plus en te souhaitant une belle fin de journée , ce sera frisquet par chez nous !
    Bisous, bisous !
    Nicole

  10. Je vois pas comment grâce a une vache il va trouvé le meurtrier mais Zaza est dans ces petits papiers elle va nous dire tous ça…Palpitant peut-être derrière la vache il y a quelqu’un? Bisous

  11. Le mystère s’épaissit avec les nouveaux éléments : qui est Nicaud? Et l’inconnu dans le labo photo qui a essayé de voler la pellicule de Nestor?
    L’attends la suite.
    Gros bisous Zaza
    Mo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.