En souvenir de notre Lady … !!!

Voici que la saison décline

Voici que la saison décline,
L’ombre grandit, l’azur décroît,
Le vent fraîchit sur la colline,
L’oiseau frissonne, l’herbe a froid.

Août contre septembre lutte ;
L’océan n’a plus d’alcyon ;
Chaque jour perd une minute,
Chaque aurore pleure un rayon.

La mouche, comme prise au piège,
Est immobile à mon plafond ;
Et comme un blanc flocon de neige,
Petit à petit, l’été fond.

Victor Hugo (1802-1885) Dernière gerbe

La dernière Gerbe est une œuvre poétique Posthume publiée en 1902.
Dans ce poème, Victor Hugo ne s’adresse à personne en particulier, mais il décrit ce qu’il voit : le passage de l’été à l’automne, en éprouvant une profonde nostalgie. Il parle de l’alcyon. (Un oiseau mythologique qui faisait son nid sur les mers calmes). « L’océan n’a plus d’alcyon » prévient donc des tempêtes à venir. Pour les figures de style, il y a comparaison, métonymie, personnification.

Auteur/autrice : ZAZA-RAMBETTE

Une bête à corne née un 13 AVRIL 1952 Maman et Mère-Grand...! Vous trouverez ici : humour de bon matin, sagas historiques sur ma Bretagne, des contes et légendes, des nouvelles et poèmes, de très belles photographies de paysages et d’animaux, de la musique (une petite préférence pour la musique celte), des articles culturels, et de temps en temps quelques coups de gueules...! Tous droits réservés ©

14 réflexions sur « En souvenir de notre Lady … !!! »

  1. Coucou Zaza, une bien jolie poésie, je referais un billet pour Lasy Marianne aujourd’hui bien que j’ai choisi pour mon billet de ce matin un beau texte de note amie Evy sur l’Automne . Bisous bonne journée MTHm

  2. Je ne m’en lasse pas non plus de ce poème de Victor Hugo . Je viens de découvrir que l’alcyon peut être aussi une sorte de martin pêcheur , je ne connaissais que sa version mythologique .
    Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.