La quintessence de la sapience … !!!

Message de Lilou Soleil : « Vous connaissez des expressions anciennes ? Vous en connaissez des rigolotes, des savoureuses, des savantes fleurant bon notre France ? N’hésitez pas, joignez-vous à nous et publiez… »

Expression :

« Tailler une bavette »

Signification :

  • Papoter.
  • Bavasser.
  • Babiller.
  • Bavarder.
  • Jaser.
  • Placoter.

Origine et définition :

En lisant ce qui suit, vous comprendrez aisément, vous n’êtes probablement pas bouchés !
Ils sont également très peu à être bouchers. Et pourtant, comment se fait-il que tous sont susceptibles de tailler une bavette, alors que ce sont surtout les bouchers qui taillent de la bavette ?
Peut-être simplement parce qu’il n’y a aucun lien entre la pièce de boucherie et la bavette qui nous intéresse cette fois !
Cette expression date de la deuxième moitié du XVIIe siècle. Elle est issue d’un mélange entre deux choses.
Aux XVe et XVIe siècle, le mot « bave », d’où vient « bavette », désigne d’abord le babil des petits enfants avant de s’étendre au bavardage des adultes.
Ce n’est que plus tard, que l’autre sens, celui de « salive », pourtant également connu à l’époque, viendra supplanter complètement celui de paroles, souvent futiles.
Cependant les deux sens étaient bien liés, puisqu’il arrive fréquemment à celui qui parle, parfois à tort et à travers, d’asperger de gouttes de salive son heureux interlocuteur.
Parallèlement, depuis le XIIIe siècle, on disait « tailler bien la parole à quelqu’un » pour dire « parler à quelqu’un avec éloquence », comme si une parole éloquente était une parole « taillée », sculptée avec art.
C’est de ces deux choses qu’est née : « tailler des bavettes », expression plutôt péjorative, probablement avec une certaine ironie, puisque cette fois, la « taille » servait à débiter des futilités, à « caqueter », activité nécessitant certainement beaucoup moins de savoir-faire que la vraie « taille » d’une belle parole.
Antoine Furetière indique d’ailleurs que « les femmes vont tailler des bavettes, bassement, quand elles s’assemblent pour caqueter ».
C’est ensuite au début du XIXe siècle que du pluriel, on passe au singulier (Vidocq utilise « tailler une bavette » en 1828) et que, progressivement, le sens péjoratif s’atténue.

Exemples :

« Maintenant que son dos était remis, il ne s’arrêtait de travailler que pour le plaisir de tailler une bavette par-dessus les haies. »
Dilan Ravec – Une veste en glaise

Auteur/autrice : ZAZA-RAMBETTE

Une bête à corne née un 13 AVRIL 1952 Maman et Mère-Grand...! Vous trouverez ici : humour de bon matin, sagas historiques sur ma Bretagne, des contes et légendes, des nouvelles et poèmes, de très belles photographies de paysages et d’animaux, de la musique (une petite préférence pour la musique celte), des articles culturels, et de temps en temps quelques coups de gueules...! Tous droits réservés ©

26 réflexions sur « La quintessence de la sapience … !!! »

  1. J’aime bien cette expression et surtout tailler une bavette avec des ami(e)s…
    Sais-tu que chez nous, le mot bavette est aussi employé à la place du bavoir que l’on met sous le menton des enfants pendant le repas?
    Bises du jour
    Mireille du sablon

  2. Bonjour Zaza, j’ai bien aimé l’explication de cette expression que j’emploie encore. Bisous bonne journée MTH

  3. Bonjour Zaza !
    J’aime bien cette expression imagée
    et j’aime beaucoup la bavette aussi !
    D’ailleurs, aujourd’hui c’est CHU à Rouen + bavette à l’échalote
    place du vieux marché pour le réconfort ! 😉😊😂
    Bonne journée !
    Pierre
    https://rotpier27.wordpress.com/

  4. J’aime beaucoup cette expression et sans être bouchère ni bouchée d’ailleurs, j’aime aussi beaucoup tailler des bavettes…
    Bises et belle journée

  5. Merci pour tous ces éclaircissements.
    J’aime bien quand on me raconte les mots.
    J’ai aussi en mémoire,  » papotiner « .
    Papoter, des potins …
    Amic@lement. Yann

  6. On aime bien tailler une bavette de temps en temps ..
    Je m’aperçois qu’il y a toujours eu des hommes pour penser que lorsque les femmes taillent une bavette, on se moque d’elles car eux sont persuadés de ne tailler une bavette que pour dire des choses intelligentes…Cela n’a pas changé! Mais on taillera quand même une bavette quand ça nous chante.
    Merci pour ces explications. Bisous

  7. ah oui tres belle expression , eencore couramment utilisée ! j’aime bien la signification associée aux postillons projetés ! bonne soiree grosses bises chere Zaza

  8. « Être comme l’âne de Buridan ». Une expression que ma mère utilisait souvent en l’ayant apprise de bouche à oreilles.
    Cette expression date du Moyen Âge. Le philosophe français, Jean Buridan ( vers 1358 ) émettait l’hypothèse de placer un picotin d’avoine et un seau d’eau à égale distance d’un âne tourmenté à la fois par la faim et la soif. L’âne incapable d’opérer un choix rationnel sera condamné à mort.
    Cette parabole symbolise l’indécision, parfois maladive de tous ceux qui passent leur temps à hésiter, à tergiverser en pesant le pour et le contre , avant de se décider. Ils se comportent comme l’âne de Buridan.

  9. Une expression qui me parle et que tu as très bien expliquée !
    C’est parfois bien agréable de tailler une petite bavette et, quand on aime la viande, d’en manger une bonne taillée par le boucher !
    Quand j’étais petite, pour manger la bouillie, maman me mettait une bavette !
    Bisous..baveux ???? Zaza

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.