Le tableau du Samedi … !!!

En souvenir de Lady Marianne à qui nous pensons bien fort et désormais sous l’égide de Lilou et de Fardoise. ICI  pour le récapitulatif des participations,  LA pour le choix du thème des samedis 06 et 13 mars 2021.

Le mot de Fardoise : Pour début mars, je vous propose, non un thème de saison, mais de chercher des représentations de métiers qui ont aujourd’hui disparu, ou quasiment disparu… Comme l’allumeur de réverbères dans le Petit Prince  »

Les verrotières – Charles Roussel – 1831/1936

Les Vérrotières – Salon de 1891- Huile sur toile – Détail – Berck, collection particulier

En Baie de Somme, certaines femmes de pêcheurs gagnaient leur vie en allant pêcher des vers de vase sur l’estran. Un métier dur et fort peu rémunérateur. Aujourd’hui, on ne compte plus que deux verrotières, qui vendent le fruit de leur pêche à des grossistes.

Originaire de Tourcoing comme son célèbre cousin Albert, il y entre à l’école académique à l’âge de 16 ans et y collectionne les distinctions jusqu’en 1880. Après un bref passage à Lille, il entre à l’atelier de Cabanel qu’il fréquente jusqu’en 1886 et suit l’enseignement de Jean-Joseph Weerts.
Au début des années 1880, il effectue quelques voyages (Pays Basque, Italie, Espagne, sud-ouest) et, après un séjour à Pont-Aven en 1886, s’installe à Berck où il est conseillé par son maître et ami Francis Tattegrain (1852 – 1915) dont il apparaît comme le légitime successeur. Cette affinité est mentionnée par divers journalistes (Alexis Lemaistre, 28 juin 1903) et, en 1899, lors d’un punch offert en l’honneur de la distinction obtenue par Tattegrain au salon, le maire de Berck lui associe dans son discours « M. Roussel qui lui aussi est berckois… » (Journal de Berck, 22 juin 1899). Charles Roussel conserve dans son atelier son portrait « peint par le maître en quarante minutes »  (Journal de Berck, 23 juin 1901), resté depuis dans la famille du peintre.
Admis au Salon de 1887 avec les « Apprêts pour la pêche » qu’il offrira au musée de sa ville natale, il y participe régulièrement jusqu’en 1934. Tous ses envois sont inspirés de la marine de Berck où il réalise toute sa carrière, soit près de cinquante ans de peinture.
Si son tempérament le porte plus à un rapport solitaire au « Berck saharien » qu’il exprime au travers des nombreux paysages peints dans les dunes et dans les garennes, Roussel affectionne les scènes d’estran (départs et retours de pêche, préparatifs et attente, pêcheuses de crevettes et verrotières) et les spectaculaires effets d’éclairages qui embrasent le bord de mer.
Derrière les travaux de chevalet – le versant officiel de son œuvre, le plus visible – les petits panneaux qu’il emmène partout avec lui et sur lesquels il fait preuve d’une vigoureuse spontanéité témoignent d’un réel bonheur de peindre et, comme avec la procession de Saint-Josse, d’un goût prononcé pour la narration.
La majeure partie de son œuvre se trouve exposée au Musée de Berck Sur Mer.

Auteur/autrice : ZAZA-RAMBETTE

Une bête à corne née un 13 AVRIL 1952 Maman et Mère-Grand...! Vous trouverez ici : humour de bon matin, sagas historiques sur ma Bretagne, des contes et légendes, des nouvelles et poèmes, de très belles photographies de paysages et d’animaux, de la musique (une petite préférence pour la musique celte), des articles culturels, et de temps en temps quelques coups de gueules...! Tous droits réservés ©

28 réflexions sur « Le tableau du Samedi … !!! »

  1. J’ignorais ce « métier »..
    Ce tableau me plaît beaucoup, une scène si vivante que l’on peut imaginer les voir se déplacer…
    Bon w-end!
    Bises de Mireille du sablon

  2. un superbe tableau qui me plait beaucoup
    tu as fait une belle trouvaille
    je te souhaite un trés bon samedi
    bises ZAZA

    kénavo j ‘espére moins de giboulées que celles de hier ….

  3. Superbe choix Zaza , je découvre ce Roussel là, né à Tourcoing, l’autre peintre se prénommant Ker Xavier est originaire de Lorry les Metz à quelques 3 km de chez moi , il a un tout autre style se rapprochant plus de Puvis de Chavanne .
    J’aime beaucoup ces scènes de bord de mer , il me semble avoir vu un de ses tableaux « la pêche de crevettes » dans un musée de la côte d’opale .
    Bonne journée
    Bises

  4. On imagine bien que ce travail ne devait être très rémunérateur, mais surtout utile pour les pécheurs. J’ai lu l’article sur les dernière verrotières, sauf qu’il indique qu’elles ramassent des verres… Un beau tableau qui témoigne d’une époque où tout travail était utile et rien ne se perdait. Bon week end

  5. Bravo pour la trouvaille, je ne connaissais pas ce métier. Bon week-end Zaza giboulées sur Nantes depuis ce matin bises

  6. Un joli tableau, mais ce métier ne devait pas être si facile, selon le temps qu’il faisait !
    Je pensais à de la verroterie , de la nacre, des fausses perles mais non c’étaient des vers (beurk)

  7. la toile est très belle ; les femmes à l’époque faisaient de petits travaux en plus des tâches journalières ; leurs émoluments étaient souvent bien maigres par rapport à leurs efforts. Ma grand mère faisait de la dentelle .
    Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.