Notre belle langue bretonne … !!!

Aux anciens

« Les vieux bretons étaient contraints d’écrire une langue qui n’est pas la leur ! »

Comme le disait « tata »*, mon Rosko* de grand-père !
Moi je l’écris et la baragouine* discrètement
Afin de maintenir ce passé centenaire
Pour que cette langue vive dans le temps.

Par mots ou bretonnismes*, elle me revient
Enfouie dans ma mémoire vieillissante
Resurgissant de mon passé pour un rien
Soufflés par les anciens de façon bienveillante.

Cette langue reste et restera l’identité des anciens.
Et précieusement, je la conserve comme un trésor
Je la cultive, la manie, la transmets comme un bien.
Entre mes ancêtres et moi, ce seul lien les honore.

Mes origines me font partager le même destin !
Les anciens s’expatriaient pour trouver du travail.
Cette langue celte, ils durent la jeter aux chiens
Mais elle s’accroche pour revenir au bercail.

Elle vit et vibre dans le cœur des rhétoriciens
Des cinq départements de cette belle région.
Cette renaissance en nous fait son chemin,
L’école Diwañ se charge de sa résurrection.

Cette culture et sa langue gutturale s’exportent,
Nous la retrouvons sur les premiers bouquins
De certains écrivains* qui la colporte,
De bardes la chantant, tout comme le groupe Sonorien*.

ZAZA  – 30 Janvier 2014

* « tata » – Grand-père en breton.
* Rosko, pour roscovite, (Roscoff, lieu de naissance de mon Grand-père).
* Baragouine – du verbe baragouiner.
Le verbe baragouiner serait issu du breton, bara pour pain et gwin pour vin (ou gwin pour l’ancien masculin de gwenn signifiant blanc). La légende raconte que ces termes étaient les principales revendications des soldats bretons lors de la Guerre de 1870, mais non compris par les officiers français ils devinrent synonyme de « s’exprimer de façon incompréhensible » –
* Bretonnismes – Expressions populaires de la langue bretonne.
* Certains écrivains, comme Pierre-Jakez Hélias, écrivaient ses livres en breton avant de les traduire en français.

Denez Prigent ha Sonerien du

Auteur/autrice : ZAZA-RAMBETTE

Une bête à corne née un 13 AVRIL 1952 Maman et Mère-Grand...! Vous trouverez ici : humour de bon matin, sagas historiques sur ma Bretagne, des contes et légendes, des nouvelles et poèmes, de très belles photographies de paysages et d’animaux, de la musique (une petite préférence pour la musique celte), des articles culturels, et de temps en temps quelques coups de gueules...! Tous droits réservés ©

33 réflexions sur « Notre belle langue bretonne … !!! »

  1. Nous avons notre patois aussi, mais à l’école il n’en fut pas question… néanmoins on en garde des mots… appris gamin à la maison, merci Zaza, bises

  2. Vouloir empêcher un peuple de s’exprimer dans sa langue est lamentable!
    Notre France est une mosaïque d’identités et la langue bretonne fait partie de notre patrimoine… Quelle honte de comparer le fait de parler breton au fait de cracher par terre ou de se grattouiller les oreilles, comme dans l’image que tu montres, ton sang breton doit bouillir!!!
    La richesse d’une terre, c’est aussi sa langue, perpétuée à travers les âges alors bravo à celles et ceux qui gardent les antiques traditions et les font reverdir au fil des époques!
    Très belle poésie née de ton coeur de conteuse, un vrai bel hommage aux Anciens, à ceux qui chuchotent encore -et ne cesseront jamais- au coin de l’âtre…
    Gros bisous et belle nuit ma Zaza
    Cendrine

  3. Bonjour ma petite Zaza…Je suis venue te faire un ti coucou et t’offrir toute mon amitié en cette journée qui s’annonce plutôt humide…il y a encore une armada de nuages pour l’instant mais il annoncent quand même le soleil. Chez nous aussi nous avons notre paroi et pas question non plus de le parler en classe, jusqu’au jour ou nous avons eu un cour de dictions wallonne !
    Je te souhaite un magnifique jeudi… Gros bisous et sincère amitié ♥

  4. Moi aussi, je persiste à employer des mots de mon beau patois poitevin, bien que je n’ai plus personne avec qui le parler.
    Mais ma fille le parle couramment, elle aussi, si besoin.
    Ca nous arrive souvent, par complicité, afin que personne ne comprenne ce que nous disons …
    Bon jeudi, toujours venteux et un peu plus chaud.
    Bisoux, ma zaza

  5. Que j’aime cette belle langue bretonne qui à su résister ( comme bien d’autres ) et qui renaît avec bonheur.
    Lors de mes vacances en Bretagne ( il y a longtemps ) elle était déjà bien vivace à nouveau .
    J’adore les histoires et contes de Pierre-Jakez Hélias.
    Merci pour ce chouette moment et pour la vidéo.
    Gros bisous ma Zaza.

  6. Une langue que j’apprecie bien que n’etant pas bretonne
    Par chez nous ils ont eu la bonne idée de transcrire le nom des villes , villages , bourgs en breton a coté du Français
    Mes petits enfants le lisent ainsi à chaque venue ..
    Bises Zaza

  7. Par chez nous le patois est en voix de disparition est c’est dommage
    Merci pour ce billet intéressant comme tu sais si bien nous concocter
    @+

  8. Il est interdit d’interdire : je ne renoncerai jamais à ce slogan. Que vivent les langues régionales et le bon français qui est aussi une belle langue. Mais l’esprit colonisateur prend malheureusement le dessus et a fait beaucoup de dégâts.
    La vidéo est superbe. Merci Zaza pour mettre les pendules à l’heure. Bisous

  9. Bonjour Zaza,
    Eh oui Qu’est que la langue bretonne ?……..son origine
    Le breton « Ar Brezhoneg » est une langue dont l’origine est celtique tout comme le Gallois « , le Gaelique »..
    Merci pour ce beau billet sur cette région  » Breizh »
    bonne journée
    amitiés

  10. C’est tellement bien les langues régionales ! J’ai deux patois : celui de mon enfance et celui de là où je suis depuis si longtemps !
    Et j’adore Pierre Jakez Hélias et son « cheval d’orgueil ».

  11. oui mais ne pas oublier d’apprendre aussi une autre langue plus utile au travail car faire sa vie en Bretagne, y trouver du travail pour la vie, ce n’est plus possible;
    kenavo, Zaza

  12. Il est précieux que les langues anciennes se perpétuent, comme l’occitan par exemple, nos anciens le parlaient et on leur a défendu de le parler à la maison, quelle erreur, comme je le regrette !
    Bisous Zaza

  13. Le patois normand ma fille en a fait des cours à l’école, dommage que nos identités disparaissent mais comme on dit chez toi Kénavo, et chez moi je te Achteu(maintenant) je te dis boujou
    bises amicales
    lyly

  14. ça se discute —
    si vous parlez votre patois- et chaque région son patois—-
    plus d’entente possible d’un endroit à un autre ?? je suis ok de l’apprendre- le parler—-
    comme patrimoine culturel— mais pas pour parler avec tout le monde— si je vais chez toi ??
    on est au 21è S –
    bisous-

  15. Je suis en train de lire le livre que conseillait clio, écrit par un Anglais (sauf erreur amoureux de la Bretagne) c’est génial si tu le veux je te l’envoie en MP…
    Il faut garder la langue Bretonne, comme tous les dialecte de France c’est l’identité d’un pays c’est impératif…Bisousssssssss espère tu va mieux?

  16. Un tres beau billet Zaza qui me replonge dans cette Bretagne que j’aime , sa langue va de pair avec son attrait . Il est tres important de laisser une place à cette culture .
    Merci pour la vidéo .
    Bon jeudi
    Bises

  17. …elle doit être transmise cette langue car elle fait partie du patrimoine.. Cela me fait penser à ma grand-mère maternelle née en 1900. Son village était sous domination allemande et il lui avait été interdit de parler ou d’écrire en français. La pauvre, elle avait bien du mal après pour écrire son courrier en français…
    Bises de Mireille du Sablon

  18. Bonsoir Zaza,
    Mettre sur un même pied d’égalité l’interdiction de parler breton et celle de cracher à terre en dit long sur la détermination de l’État, à l’époque, à éradiquer les parlers locaux comme le breton. Bien sûr, le breton a disparu en apparence pendant longtemps, mais il n’est pas totalement mort ou alors en pleine résurrection, c’est bien que certains ont continué à le parler en coulisses…
    Pour le reste, si je conçois qu’il est des habitants qui cherchent à veiller sur la flamme de leur langue régionale ou la raviver quelque peu, je reste prudent quant à la défense d’une diversité trop poussée des parlers locaux. Ceux-ci permettent d’apprécier les multiples facettes culturelles d’une nation (la langue est un paramètre IMPORTANT dans une culture, essentiel même), certes, mais peuvent aussi diviser s’ils prennent le pas sur la langue officielle nationale.
    En résumé, je suis archi pour qu’on n’oublie pas les langues régionales, qu’on les enseigne, mais plutôt contre qu’on les érige comme LES remparts culturels que souhaitent certains.
    Merci pour ce poème qui pousse à la réflexion et au débat (car je suis sûr qu’on ne sera pas tous d’accord sur le sujet).
    Bises, beau vendredi à toi.
    FP

  19. Bonsoir Zaza,
    Tout se perd, à tout point de vue !!!
    Chez moi aussi dans le Limousin on dit  » baragouine  » dans le sens  » qu’est ce que tu racontes là  »
    quand on ne comprend pas la personne qui parle ; je n’ai jamais parlé Patois !! et ça ne se parle plus !
    Bon vendredi, bises

  20. Coucou Zaza, bel article qui me « parle » aussi très fort. Je n’ai pas appris le breton au point de savoir m’exprimer mais je reconnais et je peux dire des expressions entières beaucoup entendues dans mon enfance. Mes grands-parents parlaient breton entre eux ou avec leurs voisins tout en parlant un français parfait mais ils disaient : toi tu n’as pas besoin d’apprendre le breton ! Même mes parents savaient le comprendre, le lire et ils auraient pu le parler. Maman ne voulait plus le faire depuis que sa propre grand-mère s’était moquée de son mauvais accent ! Gros bisous.

  21. partout, les langues locales ont été évincées ; petite, chez mes grands parents je comprenais le patois près du Puy en Velay ; le patois était différent de l’auvergnat ; maman trouvait qu’il ressemblait un peu à l’espagnol. Bises et bon week end – ton poème est beau et tes mots bien choisis.

  22. Un grand gâchis culturel mais il me semble que le mouvement s’est inversé et que la Bretagne est de plus en plus à l’honneur à travers sa langue, ses costumes, ses danses, ses légendes. Chaque région a sa richesse et son aura mais j’ai l’impression que la Bretagne a des racines vraiment puissantes… Et je vois que les jeunes bretons sont très actifs, c’est bon signe !… :-) Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.