Défi 244 pour les croqueurs de môts … !!!

Notre amie Josette reprend le quart de la galère des Croqueurs de Môts, ICI

Elle nous propose pour ce défi, d’écrire une brève histoire commençant par la phrase suivante :
« Depuis que je loue cette chambre à des hôtes charmants… », et d’ajouter une petite contrainte en incluant dans votre texte les mots suivants :
– Adresse
– Baie
– Grève
– Index
– Jour 

Comme je n’ai jamais eu la vocation de louer, pour quelques tunes, les chambres de la maison de mon île, ou de mon domicile principal d’ailleurs, j’ai fait travailler mon imaginaire et je vous propose un petit conte musical !

Depuis que je loue cette chambre à des hôtes charmants… (nous dit Josette),



Caroline, haute comme trois arpèges, avait toutes ses dents de lait, excepté les deux de devant. Ses parents affirmaient que son sourire était adorable, mais la pauvrette en était navrée. Elle ne supportait pas ces deux blanches, et aurait préféré, à la place, deux croches.
La petite famille avait loué la première construction de mon île, en baie de Morlaix. (Véranda, entrée, cuisine, salle de douche et au-dessus deux petites chambres mansardées). Nous avions migré dans l’extension pour ne pas déranger nos hôtes. « Chacun chez soi et les moutons seront bien gardés ! »
Endroit idyllique pour passer une semaine de vacances, de profiter de la grève en contre-bas, du soleil et du sable blanc.  
Cette coquinette ne quittait jamais son archet et son violon.
Et tous les jours, elle s’évertuait à gratter les cordes de son instrument à l’aide de sa baguette.
Mes aïeux, quel crincrin !
Le ciel n’appréciait pas ces sons dissonants et se vengeait, en invitant le vent et la pluie une bonne moitié de la semaine.
Glav Pil*, comme le disent les bretons !
Lassé de cette torture auditive, ma moitié mélomane et surtout plus patient que moi, (j’avais pointé la gamine à l’index…), a profité que Caroline soit restée seule dans la véranda pour s’y inviter.
Gentiment et doucement, il donna des conseils pour impulser l’archet à caresser les cordes et non les gratter comme auparavant.
La leçon a durée deux bonnes heures et la gamine très réceptive semblait avoir compris.
Le soir même, un miracle surgit !
Le vent s’était calmé, la pluie avait cessé et Séléné éclairait la nuit étoilée.
Caroline caressait enfin les
cordes de son violon avec adresse.
Transportée par les notes dégagées de la mansarde qu’elle occupait, Caroline nous exécutait une improvisation digne des plus grands maîtres contemporains ! 

* Glav Pil : Pluie averse

Auteur/autrice : ZAZA-RAMBETTE

Une bête à corne née un 13 AVRIL 1952 Maman et Mère-Grand...! Vous trouverez ici : humour de bon matin, sagas historiques sur ma Bretagne, des contes et légendes, des nouvelles et poèmes, de très belles photographies de paysages et d’animaux, de la musique (une petite préférence pour la musique celte), des articles culturels, et de temps en temps quelques coups de gueules...! Tous droits réservés ©

22 réflexions sur « Défi 244 pour les croqueurs de môts … !!! »

  1. Ouille, jouer du violon comme un pied ou avec des gants de boxe, pas bon pour l’ouïe ! Fallait lui donne une leçon à cette gamine, ouf, chose faite et retenue ! Bises, jill

  2. Comme c’est sympa “d’accorder son violon”, tout le monde en profite!
    Bises de Mireille du sablon

  3. Défi a parfaitement réussi et beau conte. Ma pause n’est pas terminée mais je reviens pour vous dire de ne pas vous inquiéter pour moi. je devrais revenir à temps plein en février. Bisous

  4. Coucou Zaza encore un joli texte pour relever ce défi, j’ai les dents qui grincent quand je pense au violon il faut bien apprendre mais avant de jouer cela doit être infernal pour les oreilles bisous MTH

  5. quel beau défi ma Zaza
    j’ai aimé cette petite et la patience pour apprendre à caresser le violon
    le chat miaule maintenant mais plus l’instrument
    bises

  6. Bravo Zaza pour ce conte musical . Il faut en effet avoir beaucoup de patience pour supporter les premiers pas d’un (e) violoniste . Une leçon qui a portée ses fruits .
    Bises

  7. Quel agréable moment lorsqu’une belle harmonie remplace la cacophonie !
    Tout le monde se retrouve au diapason (c’est ce que je vous souhaite sincèrement pour cette rencontre si attendue dans les semaines à venir, gardez confiance Zaza. Bises chaleureuses des Cabardouche.

  8. une belle inspiration …et une leçon qui a porté ses fruits :-) te voilà prête après cette expérience a être une loueuse aguerrie ! bises

  9. Oh mais c’est plein de charme, de vivacité et de facétie!
    Un grand bravo ma Zaza pour ce défi si bien relevé, tu t’es surpassée,
    Partition littéraire composée avec brio!
    Chapeau!
    Gros bisous sans pousser la chansonnette pour ne pas qu’il pleuve dru :)
    Cendrine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.