« Pour faire le portrait d’un oiseau » …. !!!!

Proposé par notre amie MARTINE  ICI

Défi N° 170 – Les Croqueurs de Mots

croqueurs

Comment s’y prendre pour faire le portrait d’un oiseau ????

Le choix est cornélien !

  • D’un oiseau empaillé
  • D’un oiseau bel et bien en vie
  • A moins de choisir une belle pièce à plumer et à cuisiner

Un véritable dilemme !

Pour empailler un oiseaux, il suffit d’aller fouiner chez un taxidermiste. C’est le nom savant des empailleurs d’animaux. Un monde étrange, qui emploie une technique barbare, quoi que le bel animal se trouve déjà Ad Patres !

J’ai donc fini par en trouver un, dans ma campagne bretonne et là franchement, je me suis demandée si je n’étais pas tombée chez Frankenstein Junior !

  • Nettoyer et mesurer l’animal mort.
  • Ôter les muscles, la graisse et les viscères.
  • La peau est retirée et débarrassée de ses impuretés dans un bain d’acide.
  • Le bec et parties cornées sont nettoyés puis séchés.
  • A l’aide d’une armature en fil d’acier, en bois ou en mousse, reconstituer ensuite le plus précisément possible la structure de l’oiseau.
  • La remplir de fibres, de plâtre ou de pâte à papier. La peau et les plumes sont alors cousues sur ce mannequin.
  • Ne reste plus qu’à ajouter des yeux de verre, quelques touches de peinture et du vernis pour un fini parfait !

Brrr ! Il faut garder le coeur bien accroché, et le résultat n’est par toujours à la hauteur de ce qui est attendu !

Figer pour l’éternité un oiseau en vol, par exemple ! Rien de tel que la photographie !
La recette est beaucoup plus bucolique que la précédente, mais aussi plus périlleuse. Et là mes amis, il faut s’armer d’une patience d’ange !

  • Trouver un poste d’observation idéal.
  • Prévoir de quoi se restaurer pour rester en poste des heures entières à chasser les images.
  • Se munir d’une petite laine ou d’une burqa bretonne, on ne sais jamais !
  • Le temps sur le littoral varie rapidement, et observer les oiseaux peut vous exposer à certaines déjections de ces charmantes petites bêtes ! Ne pas hésiter à prendre des poses acrobatiques pour traquer le meilleur angle. Clic, clac, clic clac …. au moins une bonne centaine fois pour ne garder que le meilleur cliché !

« PATIENCE ET LONGUEUR DE TEMPS FONT PLUS QUE FORCE NI QUE RAGE »

goelands

Reste la solution de choisir une belle pièce à plumer et à cuisiner !

Pourquoi pas un faisan en civet accompagné de ses figues.

La première difficulté est d’attraper le faisan

  • Prendre des raisins secs, du rhum, du crin de cheval (poil de sa queue)
  • Prendre les raisins et laisser les tremper dans le rhum pendant 24h
  • Ensuite prenez du crin de cheval (ça s’achète partout dans les magasins de bricolage, cela sert à colmater les fuites….
  • Le couper-en un morceau de 1,5 cm. Il faut une vingtaine de brins
  • Les planter dans les raisins de façon à ce que chaque extrémité ait la même taille. Renouveler l’opération pour une vingtaine de raisins gorgés de rhum
  • Lorsque vous pensez qu’il y a des faisans non loin de votre cachette, en balancer une bonne poignée
  • Attendre (cela peut durer un certain temps, voire un temps certain)
Les faisans adorent les raisins et le rhum ! 😂

Le faisan va venir manger les raisins et s’il tombe sur ceux équipés du crin de cheval, ce piège reste coincé dans sa gorge !
Mais cela ne l’a pas tué pas pour autant. Il reste donc à l’occire, à le le plumer et a le vider !

Bon c’est bien compliqué tout cela, autant aller en acheter un chez un, tout préparé, chez le volailler, sans se faire faisander pour autant !

Maintenant la recette – Préparation

– 1 faisan de 1,2 Kg
– 8 figues fraîches
– 1 Carotte coupée en morceaux
– 1 oignon
– 2 gousses d’ail
– 1 bouquet garni
– 1 litre de vin rouge
– 3 cuillères à soupe de cognac
– 3 cuillères à soupe de farine
– 2 carrés de chocolat pâtissier
– 6 baies de genièvre
– 3 clous de girofle

Étape 1: 24 heures avant, mettre le faisan dans un faitout avec la carotte, les gousses d’ail écrasées, l’oignon émincé, les baies de genièvre et les clous de girofle.

Étape 2: Arroser de vin rouge et laisser mariner 24 heures.

Étape 3: Le lendemain, retirer et égoutter la bête de la marinade, ainsi que les autres ingrédients.

Étape 4: Dans une cocotte minute, faire revenir le faisan dans un peu d’huile sur chaque face. Quand elles ont une belle coloration, ajouter la farine en pluie, saler et poivrer.

Étape 5: Faire cuire 3 minutes en remuant. Ajouter la carotte, l’ail, l’oignon, le bouquet garni, les baies de genièvre et les clous de girofle. Laisser cuire 5 minutes à feu doux, puis flamber au cognac. Arroser du vin rouge de la marinade et porter à ébullition.

Étape 6: Fermer la cocotte. Dès le sifflement de la soupape, pschitt, pschitt, baisser le feu et laisser cuire 17 minutes.

Étape 7: Retirer le faisan et les légumes de la cocotte, réserver au chaud. Mettre les figues dans la cocotte et laisser réduire le jus 5 minutes jusqu’à obtenir une sauce nappante. Ôter les figues. Ajouter le chocolat dans la sauce, fouetter.

Servir le faisan entouré des figues et nappé de sauce. Le présenter ainsi à vos convives. Le plat sera ramené le faisan découpé !

Auteur/autrice : ZAZA-RAMBETTE

Une bête à corne née un 13 AVRIL 1952 Maman et Mère-Grand...! Vous trouverez ici : humour de bon matin, sagas historiques sur ma Bretagne, des contes et légendes, des nouvelles et poèmes, de très belles photographies de paysages et d’animaux, de la musique (une petite préférence pour la musique celte), des articles culturels, et de temps en temps quelques coups de gueules...! Tous droits réservés ©

45 réflexions sur « « Pour faire le portrait d’un oiseau » …. !!!! »

  1. Bonjour Zaza… taxidermiste ou empailleur, il y de belles réalisations comme de mauvaises… l’animal fait peur à voir hou oui alors, métier que je laisse, quant à la recette… bon direct chez mon boucher après en cuisine, merci pour ta page Croqueurs, bises

  2. Ce ne sont pas des métiers que j’affectionne, je préfére voir les animaux vivants et libres !
    Bon début de semaine Zaza, gros bisous Rozy

  3. ouille, tu as jonglé avec les photos, tes mots c’est bien orchestré tout cela
    Mais je préfère les voir gambader , cela dit oui, un bon poulet à ce mettre sous la dent ben oui, faut se nourrir de temps en temps
    Bise en ce début de semaine

  4. Trop compliqué pour moi, tout ça, je me contenterai d’admirer les oiseaux empaillés, les photos de l’acrobate, et de déguster au resto, un morceau de faisan ! Suis fainéante, je sais !
    Bon lundi en tout cas.

  5. et voilà après un petit déjeuner, tu me mets l’estomac en vrille…..j’aurai bien goûter à ta recette mais sans voir la photo de ce bel oiseau….passe une bien agréable journée

  6. Je préfère voir les oiseaux vivants et en liberté comme ceux de mon jardin qui viennent se baigner dans un petit bac à leur disposition.
    Ça fait longtemps que j’ai pas mangé de faisan, je devais avoir 10 ans, des voisins chasseurs, pas mauvais mais garre aux plombs.
    Bonne journée zaza, bises

  7. …je vais juste garder ta recette, le reste me paraît long, dangereux et pas très sympa!
    Tu peux m’appeler quand ce sera prêt stp?
    Gros bisous du jour de Mireille du Sablon

  8. Bonjour Zaza .
    J’espère que le week-end c’est bien passé et que vous allez bien .
    Nous ça va , mais ça pourrait aller mieux si Maria n’avait pas mal à sa jambe .
    Je vous souhaite un bon Lundi et une bonne semaine .
    Bisous de nous deux .

  9. Bonjour Zaza
    Et bien là tu as fait un article bien complet ..taxidermiste j’en ai vu un près de chez ma fille, pas très tentant j’avoue
    Faire des photographies d’oiseau , là il faut avoir le bon déclic ..pas si simple
    Quant à ton faisan , merci pour la recette mais je ne suos pas fan du gibier ..
    Bravo tu as su relevé ce défi haut la main !
    Bises et bonne journée

  10. Bravo pour cet article aux multiples facettes.
    Même gourmandes avec le faisan. Je pense qu’il dit y en avoir en élevages.
    Et pas que du prélèvement à la source ….
    Cailles et pigeons, de temps en temps chez les Yann. Là aussi, ils aiment les rauisins au rhum?
    Bizottes amicales. Yann

  11. Pour le premier il y en a un vers la pointe du Bile mais je ne suis pas fan je préfère la photographie quand à ta troisième proposition je trouve ce plat appétissant mais je ne veux pas plumer l’oiseau lol bonne semaine Zaza bises

  12. Zaza la chasse c’est bientôt tu me téléphone dès que tu as le faisan et je viens le déguster chez toi !
    bises de « pré vert » (bien reverdit ici à mon retour !)

  13. Bonjour Zaza,
    Ah les animaux empaillés !! ce n’est pas mon goût !!
    je préfère les voir vivants !!
    j’ai un ami chasseur, et j’ai peine quad il me dit : j’ai tué une biche !!!!
    la pauvre bête !!! enfin c’est leur choix !!!
    Cela dit, c’est vrai qu’un faisan c’est bon quand on le voit dans l’assiette !! lol
    Passe un bon lundi, bises

  14. Quand notre Zaza participe à un défi, c’est à fond ! empaillage, recettes, photographe-alpiniste etc etc … c’est passionnant !
    Mais quel métier bizarre que taxi-machin-chose-iste, je pense tout comme Roguidine. Je n’aime pas les animaux empaillés ni qu’on les tue en courant après avec une arme de guerre.
    On les empaille aussi les poissons ? (pffff, Annick et ses questions ?)
    Pour faire le portrait d’un oiseau, je propose de le prendre en photo puis de copier la photo. Simple non ?
    Bon lundi ma Zaza et mille bisous
    Hi hi le k-way

  15. A la fois plein d’humour et d’informations chez toi. J’aime beaucoup. Sais-tu que les taxidermistes sont une espèce rare et recherchée par les musées d’histoire naturelle à commencer par celui de Paris ? Les faisans, faussement sauvages et relâchés dans la nature il y a peu ne sont (hélas) pas si difficiles que cela à canarder, sauf s’ils ont déjà rencontré des braconniers … Mais ta recette a l’air savoureuse. bises et belle journée

  16. salut
    – de beaux articles ce lundi
    – Concernant l’empaillage je n’aime pas
    – Pour les photos j’ai cessé d’être acrobatique depuis que je me suis casser la figure d’une échelle
    -pour le faisan aux raisins je suis d’accord que l’o met aussi du rhum mais antillais
    -Il fait beau aujourd’hui alors il faut profiter pour faire une balade
    bonne semaine

  17. Bonjour Zaza,
    Voilà une belle dissertation sur le sujet……..
    Dont je retiendrais cette dernière
    Les faisans adorent les raisins et le rhum ! 
    Merci pour la recette
    bonne journée
    Amitiés

  18. Coucou Zaza, je reste épatée par ton éblouissant reportage, dans lequel on peut faire son marché pour sa propre recette de l’oiseau en portrait, il y a TOUT, à prendre et à laisser, hé hé. Bravo, bizzz !

  19. Coucou Zaza !
    Là, nous en avons pour notre compte.. j’allais dire argent..! Tout ce que tu nous décris pour capter un oiseau doit couter fort cher ! Loin du crayon un papier..
    J’aimerais bien gouter ta recette au chocolat.. cela ne me serait jamais venu à l’idée !!
    Tu as bien potassé ton défi et je te dis Bravo !!

  20. iL Y A DES LUSTRES QUE JE N’ AI PAS MANGE DE FAISANS
    Mon père étant chasseur pendant la période de chasse chaque semaine nous en avions un sur la table , j’ai eu l’occasion d’en remanger il y a quelque années mon propriétaire m’en avais offert un ; mais depuis nenni !!!!! bonne semaine ma belle

  21. Les oiseaux sont si beaux, hélas parfois si bons, et pourtant je mange très peu de viande, de moins en moins, deux ou trois palombes par an pour le fun et faire plaisir aux béarnais et à quelques autres amoureux du sud-ouest, en salmis ou en confit, , qu’un ami chasse à la saison, bientôt d’ailleurs, et dont il a des réserves, mais j’ai mauvaise conscience…
    Il ne me viendrait pas à l’idée d’empailler un animal, mais je sais qu’ils font un travail d’artiste ma Zaz
    Gros gros bisous

  22. J’ai horreur des animaux empaillés et les faisans je ne les aime qu’en liberté. Par contre j’aime photographier les oiseaux mais en vol très difficile. J’ai aimé te lire. Merci pour ta participation. Bisous

  23. Coucou ZAZA,
    Je n’aime pas trop les taxidermistes, il y a trop de fantômes chez eux, qui vous toisent du haut de leur agonie…
    Par contre ta recette de faisan et non faisandée, me tente beaucoup.
    Bises et bonne journée

  24. coucou Zaza une fois ont nous a offert une tête de biche empaillè mais a la longue tout le poil ras de la tête est tombè ,surement mal fait,il fait très beau un soleil d’automne magnifique,je te souhaite un très bon Lundi,bises

  25. Coucou Zaza je n’ai jamais essayé cette recette , c’est vrai que le faisan ainsi ne doit pas être sec , le mélange sucré salé j’aime bien , je mets ta recette de côté . La taxidermie je n’aimerais pas assister à toutes les préparations mais il faut reconnaître que certains sont de véritables artistes, j’ai visité dans les Vosges à Longemer un musée où les animaux ont vraiment l’air d’être vivants dans leur milieu naturel http://www.museefaunelorraine.com/galerie.htm
    Quant à la photographie des oiseaux elle peut provoquer de sacrées chutes , le genre tu ne vois pas qu’il y a un trou et hop badaboum , je me méfie maintenant …
    Bravo pour ce superbe billet
    Bon lundi
    Bisous

  26. Je n’aime pas voir des animaux empaillés par contre je ne cracherai pas sur un morceau de ton faisan. Hum, ta recette à l’air délicieuse. Gros bisous, Zaza et belle journée

  27. comment faire pour croquer un oiseau ???
    impressionnant le travail de taxidermiste, mais le resultat n’est pas toujours à la hauteur ! pieger un faisan avec des raisins au rhum, amusant….ou alors photographier des oiseaux mais finalement mieux vaut se procurer ce beau volatile, et le préparer comme tu l’as fait, ce doit etre delicieux, bravo chere Zaza, bonne semaine, bisous

  28. beaucoup d’humour ; j’écarte le taxidermiste et la recette du faisan (préférant le laisser en vie) et je garde la recette du photographe … quoique aurais-je la patience de rester en burka quelques heures … merci pour ce très bon moment. Bises

  29. Quel article superbe qui m’a très intéressé …
    Pour la recette je vais voir comment faire !
    Je pense que cela doit être super bon! Cordiales amitiés & à +

  30. Après avoir tout lu je me suis dit c’est fort complet et le tout est bien expliqué. Bon il faut avoir le cœur bien accroché après le dépeçage des oiseaux et l’excellente recette je préfère la cuisinière au taxidermiste…

    Mais bon vu la longueur de la recette je me souviendrais de ceux que ma grand mère nous préparait. J’avais toujours trouvé que c’était plus long la préparation que le moment où l’on dégustait son plat.

    Belle soirée et gros bisous d’EvaJoe

    Excuse mon retard mais j’en ai pris énormément.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.