La quintessence de la sapience … !!!

Message de Lilou Soleil : « Vous connaissez des expressions anciennes ? Vous en connaissez des rigolotes, des savoureuses, des savantes fleurant bon notre France ? N’hésitez pas, joignez-vous à nous et publiez… »

Expression :

« Pas folle la guêpe »

Origine et Signification :

Les guêpes sont vraiment des insectes agaçants !
A la campagne en été, il n’y a pas moyen de se faire tranquillement une tartine de confiture au petit-déjeuner, dehors sous l’auvent, dans la douceur matinale, sans qu’une troupe d’au moins deux ou trois de ces bestioles ne vienne tournoyer autour de la tartine et de son propriétaire, prêtes à y planter leur dard acéré.
Agaçantes, c’est sûr ! Mais sont-elles folles pour autant ?
A ma connaissance, aucun psychiatre n’a, pour l’instant, répondu clairement à la question. Et pourtant, de tels travaux seraient certainement récompensés d’un Prix Nobel.
Mais en attendant une telle étude, c’est encore moi qui vais devoir m’y coller !
Cette expression s’emploie souvent en guise de satisfecit auto-délivré lorsqu’on a pensé à prendre des précautions adaptées avant de faire quelque chose, ou lorsqu’on a réussi un coup rusé, par exemple.
A l’origine, au milieu du XIXe siècle, on disait « pas bête, la guêpe », ce qui était plus amusant, une guêpe étant bien, selon mes dernières informations, une bête et pas un humain.
Mais en réalité, à la même époque, le mot « guêpe » désignait une personne maligne, finaude.

La raison vient d’un jeu de mot : on peut aussi dire d’une telle personne qu’elle est fine (avec le sens de retorse, maligne ou astucieuse). Or, n’est-il pas de notoriété publique que la guêpe ait la taille extrêmement fine ?
C’est ainsi que cette « guêpe » là, personne maligne donc pas bête, a donné la locution « pas bête la guêpe » qui est devenue « pas folle la guêpe » au XXe siècle.
C’est sous cette dernière forme qu’elle a été popularisée par Arletty en 1939 dans « Circonstances atténuantes ». Voici la bande annonce pour vous remémorer ce chef d’oeuvre de Jean Boyer.

C’est d’ailleurs pour cela qu’on appelait des « guêpières » ces gaines que les femmes se mettaient autrefois pour s’affiner la taille.
« Guêpière » n’étant pas, cela va sans dire, le féminin de « guêpier », même si la guêpe est à l’origine des deux.

Complément :

Et, à ceux qui, depuis la fin de la seconde guerre mondiale, ont eu l’occasion de chevaucher une Vespa… Il me semble aussi qu’en italien, « vespa » signifie « guêpe ».

Exemples :

« Moi, ça m’avait beaucoup plu, ce « Raspoutine », mais je ne l’ai pas dit, pas folle la guêpe ! »
René Fallet – Comment fais-tu l’amour, Cerise ?

Auteur/autrice : ZAZA-RAMBETTE

Une bête à corne née un 13 AVRIL 1952 Maman et Mère-Grand...! Vous trouverez ici : humour de bon matin, sagas historiques sur ma Bretagne, des contes et légendes, des nouvelles et poèmes, de très belles photographies de paysages et d’animaux, de la musique (une petite préférence pour la musique celte), des articles culturels, et de temps en temps quelques coups de gueules...! Tous droits réservés ©

16 réflexions sur « La quintessence de la sapience … !!! »

  1. Ah non pas folles ces guêpes qui s’invitent à nos repas d’été… plongent même dans nos verres ! Une table sucrée à bituner sans aller aux fleurs ! Merci Zaza, bon mardi, sans, ici, il pleut alors…. Bises ,-)

  2. 4″33 mn de pur bonheur avec ta vidéo en cette journée qui commence avec la pluie, merci tout plein Zaza, j’ai adoré!
    Bisous du jour
    Mireille du Sablon

  3. Bonjour Zaza, merci pour ce beau billet très interessant parlant de cette locution que j’emploie encore. Bisous bonne journée ce matin sous la pluie! MTH

  4. C’est vrai que dès que l’on mange dehors, (ce que nous n’avons pas encore eu l’occasion de faire depuis notre arrivée ici) les guêpes s’invitent au reps, elle attaquent le viande et s’envolent parfois (c’était l’année dernière), avec des morceaux aussi gros voir plus gros qu’elles, quand elles sont dans votre assiette, on ne peut même plus manger, je les trouve très énervantes.
    Bises et belle journée

  5. Tu nous offres une étude super bien informée, je me demande si ton étude ne vaudrait pas que le jury du prix Nobel, se penche dessus, si, si, tu pourrais au moins décrocher un satisfécit :-)))

    Je me sauve avant que tu m’envoies sur les roses, pas folle la guêpe !!!!! D’ailleurs tes roses ont leurs propres butineuse, elles n’ont pas besoin de moi par dessus le marché :-))))))))))))))))))

  6. ben alors ! voilà une super analyse de l’expression ! en fait pour ma part je ne saurais te dire si la guêpe est folle où pas …à propos de guêpe ce que je peux t’en dire : “La calomnie est comme la guêpe qui vous importune, et contre laquelle il ne faut faire aucun mouvement, à moins qu’on ne soit sûr de la tuer, sans quoi elle revient à la charge, plus furieuse que jamais.” ce n’est pas moi qui le dit mais Chamfort….
    bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.