La Villa Gabrielle … ! 2/2

Dans les années 1960 … !
Fin

W1gHjg-uh01aae62oK0WqecvYFQ

Quant à cet hiver 1962-1963 que nous y avons passé, là encore, des souvenirs impérissables.

Il a commencé à faire très froid en fin décembre 1962.

Le chauffage central de la villa Gabrielle, dont la tuyauterie passait, sans protection, à l’intérieur, mais aussi à l’extérieur de la maison, gela.

Plus de chauffage, plus d’eau chaude

Nos parents gardèrent la chambre rose qui possédait un point de chauffage électrique et nous installèrent chacune dans les pièces du rez-de-chaussée.
La ZAZA, dans la pièce de gauche et la sœurette dans la pièce de droite. Pour tout chauffage, le feu dans chacune des cheminées, et la toilette à l’eau froide, devant un réchaud à gaz.

Gas_heater_1970s Tout avait gelé… !

J’ai encore le souvenir de réveils sous une couverture givrée, ma respiration ayant contribué à ce phénomène.
Cette vague de froid dura longtemps, jusque janvier/février 1963.
La neige fit également son apparition. C’était la première fois que je voyais la neige tenir sur des rochers en pleine mer.

A l’entrée de la rue menant à la villa Gabrielle, se trouvait la plage de Pors Termen, et l’île Millau au loin, vers le port, n’était plus qu’un îlot tout blanc.

8v5eB0Nj18Ll8Tqrx7V1EA9MRHU

ZHe1RFPNVBQYmPt0GHgLBcjdrsw

Plage de Pors Termen avec au fond l’île Molène 

pors-termen-5

8Q6R1ZbVsiUvHymlFPhgbZ4mwig

Plage de Pors Termen et ses cabines maintenant !

plage-pors-termen-trebeurden-22-4 L’île Millau

Trebeurden_millau

trebeurden-1

En allant sur l’île Millau à marée basse

Ile millau

Le Port

-XCaTOhPmxsGoXbjB6wE-cQFoyI

le-port-trebeurden.jpg

16453788

La plage de Tresmeur

540_001

plage_trebeurden

arando-bretagne-201205-748

Les étourneaux frigorifiés que nous prenions dans nos petites mains, supportaient difficilement ce choc thermique, et réchauffés trop rapidement, mourraient dans nos mimines d’enfants. Tristes, nous les remontions dans le jardin de la villa Gabrielle, pour les y enterrer.

Il y eut aussi la descente héroïque de l’Ariane, véhiculant les parents, notre père au volant.

5XHURAyMWs4WJIFus6yiS-LpegY

Les attendant à l’épicerie de Madame LEGRAND, nous vîmes l’Ariane déboucher sur la route enneigée, glissant inexorablement vers le camion du charbonnier, notre père étant incapable d’éviter la collision.

Et puis le dégel, et les chutes d’eau provoquées par la fonte de la glace dans les tuyaux de chauffage central. La femme de ménage que mes parents employaient eu fort à faire pour éponger cette inondation.

Souvenirs d’enfance, souvenirs heureux de cette période, et ce fut à regret que je quittais la villa Gabrielle et son jardin mystérieux en août 1963, pour regagner une maison toute neuve, que nos parents avaient loué dans le lotissement de Saint Roch, sur les hauteurs de LANNION.

Chapelle Saint Roch à l’entrée du lotissement

JjLtiINU9bx0OsQcUwdS9SHDQdM

Ma mère avait retrouvé le sourire, et nous qui n’avions jamais été malades, sans chauffage, dans la neige, lavées à l’eau froide, il fallut l’hiver 1963/1964, le modernisme de l’époque et le chauffage central pour attraper des rhumes et des bronchites… C’est pour dire… !

Néanmoins, malgré ce déménagement, les aventures continuèrent dans un environnement différent, mais aussi très plaisant.

J’aurai certainement l’occasion de vous raconter, d’autres souvenirs de cette période bretonne qui a tellement marqué mon enfance.

Auteur/autrice : ZAZA-RAMBETTE

Une bête à corne née un 13 AVRIL 1952 Maman et Mère-Grand...! Vous trouverez ici : humour de bon matin, sagas historiques sur ma Bretagne, des contes et légendes, des nouvelles et poèmes, de très belles photographies de paysages et d’animaux, de la musique (une petite préférence pour la musique celte), des articles culturels, et de temps en temps quelques coups de gueules...! Tous droits réservés ©

32 réflexions sur « La Villa Gabrielle … ! 2/2 »

  1. Merci Zaza, mener la vie dure en hiver pareil, enfant la maison louée n’avait qu’un poêle au charbon en bas, en haut on avait l’édredon et la bouillotte ! Bises de jill

  2. Ah ! Ces hivers du temps, ce n’était pas toujours confortable ! Et pourtant, nous nous accommodions, et c’est vrai que nous étions heureux tout de même. Je me souviens, que nous descendions coucher au salon sur le divan ouvert mon frère et moi, lorsqu’il faisait tempête et trop froid dans les chambres du haut. Ce sont aussi de très bons souvenirs, dans mon cas ! Merci de l’agréable partage Zaza ! Bisous♥

  3. Bonjour Zaza, c’était un autre temps !
    Quel bonheur on devine malgré le froid…. l’Ariane c’était la voiture de mon oncle !!!
    Bonne journée gros bisous Rozy

  4. C’était un temps où les hivers étaient encore de vrais hiver je me souviens de Noël blancs à paris dans mon enfance maintenant plus de neige ou quasiment plus en tout cas c’était une jolie maison mais ça a du être rude cette année la.bisous et bon courage pour ce passage sur ton île bisous

  5. Oui l’hiver a été tres rude puisque la patinoire d’extérieure ( à cette époque la patinoire bâtiment n’existait pas ) n’a pas dégeler tous les mois d’hiver voire plus . par contre j’avoue ne jamais avoir eu le loisir de découvrir la neige sur les rochers dans les côtes du nord comme on les nommait à l’époque . Tu ne m’étonnes pas trop pour les maladies genre bronchites et les rhumes , durant toute la période où nous étions privés de chauffage l’année dernière je n’ai pas attrapé le moindre rhume , et je ne parle pas non plus des couchers à la belle étoile dans les monts d’Arrée.
    Les hivers de nos enfances étaient rudes et ceux de nos parents encore plus , je me souviens de ce que racontait maman pour la Moselle , avec ses frères elle patinait sur la Moselle gelée , je ne me souviens pas avoir vu hormis dans sa partie canalisée une épaisseur de glace susceptible de supporter le poids des patineurs .
    Bonne journée Zaza
    Bisous

  6. hi hi ça me rappelle quand j’étais gosse et que’on grattait le givre à l’intérieur sur les vitres des chambres.. bisous ma zaza et bon courage pour tes démarches!!!

  7. Ton récit me rappelle quelques souvenirs également. Nous n’avions pas de chauffage, juste un butagaz que nous n’allumions que le matin pour la toilette. Mais comme tu le dis si bien personne n’était malade. Ma fille dormait avec une grenouillère tricotée par ma maman et seules ses petites mains étaient froides le matin, et le givre sur les vitres offrait de jolis dessins. Par contre lorsque nous sommes partis à Biot elle a eu des rhumes car l’hiver l’école était trop chauffée.
    Sympa de partager tes souvenirs. Bisous

  8. Merci de nous faire profiter de ces souvenirs et de ces magnifiques photos c’est aussi pour moi des souvenirs similaires a Lampaul Guimiliau ou je découvrais la Bretagne dans la ferme de mes grand parents ou seul la cheminée de la salle commune nous réchauffait et nous arrivions du Sénégal .Je pleurais de froid en demandant de repartir….
    Bon séjour et un jour peut être sur les routes qui mènent a ton île car je suis certaine que tu retourneras régulièrement!Ah si j’avais l’argent…. pour t’acheter cette maison ou ou vous avez tant travaillé!
    Bisous Marie-Pierre

    1. Qui sait Laouen ! S’il n’y avait que moi, je la garderais, tu penses bien ! Hélas, je ne suis pas seule et la partie adverses ne souhaite que récupérer des picaillons. Tristic Lalouen !
      Bisous, bisous

  9. coucou
    qu’est ce que nous avons froid , je suis allée à la pharmacie m’acheter un bandeau sholl pour essayer de sortir un peu en préservant mon oreille , je n’ai pas l’air tarte !!!!!!!!!!!!!
    bonne journée
    bisousssssssssssss

  10. C’est avec plaisir que je t’ai suivie sur ces chemins bretons que je continue de suivre… j’aime beaucoup cette villa Gabrielle, enfin de l’extérieur, car sans chauffage je ne sais si je n’aurai pas hiberné tout simplement
    Belle journée
    Livia

    1. De très bons souvenirs Livia ! Tu vois ce soir en arrivant dans la maison de mon île, je me suis retrouvée dans les conditions climatiques de la villa Garbielle. Un froid de canard. Il faut dire que je n’y avais pas remis les pieds depuis début février pour l’inventaire des meubles et autres objets.
      Bisous, bisous

  11. Nous avions le même réchaud à gaz…
    Quitter un lieu où nous étions bien est rarement un bon souvenir, mais tu fais vivre ces endroits avec beaucoup de sensibilité, j’aime !
    Merci pour ces partages ma Zaza.
    Bisous et douce journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.