SAC DE NŒUDS … !!!

Chapitre VIII/VIII

POUR MEMOIRE
Chapitre         I/VIIICLIC
Chapitre       II/VIIICLIC
Chapitre     III/VIIICLIC
Chapitre      IV/VIII – CLIC
Chapitre       V/VIII – CLIC
Chapitre      VI/VIII – CLIC
Chapitre  VII/ VIII  – CLIC

Le ventre plein, nos compères regagnèrent le 36 !

Ragaillardi, Quentin Gendarmerit fit venir les détenus, et le sergent Roméo Frigo.
Charlot Offrèzze, pâle, inquiet, les yeux rusés, entra le premier.
Il fut suivi pas loin en arrière par Hillary Varien. Une très jolie femme, mais dont les lèvres étaient cruelles, et les yeux faux.
Puis le sergent Roméo Frigo entra.
Nestor Boyaux fut surpris de remarquer comme il avait l’air honnête comparé aux deux autres.
– « La situation a évolué et de nouveaux éléments sont apparus concernant l’enquête, » intronisa l’inspecteur Quentin Gendarmerit, « et je me dois de vous les énumérer. »
Personne ne fit de commentaires.
– « Nous avons passé une partie de l’après-midi sur les lieux du crime, » énonça Quentin Gendarmerit.
Hillary Varien ricana.
– « Pourquoi riez-vous ? » demanda l’inspecteur principal.
Elle haussa les épaules, mais ne répondit pas.
Charlot Offrèzze lui lança un regard réprobateur.
Hillary baissa la tête.
– « Ce que nous savons maintenant change complètement la face des choses. »
L’inspecteur se leva, marcha vers de Offrèzze.
– « Que faisiez-vous, avec Isabelle, dans le centre du Chesnay, le soir du crime, vers trois heures du matin, dans la voiture du sergent Roméo Frigo ? »
Charlot Offrèzze se troubla une seconde, puis regarda l’inspecteur d’un œil innocent.
– « Je ne sais pas ce que vous voulez dire ! »
– « Non ? Vous avez été vus et reconnus ! »
– « Oui ? »
– « Oui. »
Charlot Offrèzze fit la moue…
– « Et puis après ? »
Hillary Varien était pâle…
– « Qui vous a rapporté ça ? »
– Quelqu’un du Chesnay, rétorqua Quentin… Akim Faischiez, l’un des restaurateurs de la place Saint Antoine de Padoue ! »

Les deux inculpés restèrent silencieux.
– « Ça ne prouve rien, » répondit Charlot Offrèzze.
– « Au contraire, ça prouve beaucoup, » rétorqua l’inspecteur. « Ça prouve que le crime a pu être commis avec la voiture de Roméo Frigo sans qu’il ne le sache … »
– « Et puis après ? »
– « Et puis, comment se fait-il que la lingerie fine tellement décriée lors de l’interrogatoire ait été achetée par Charlotte Offrèzze avec de l’argent liquide retirée des allocations familiales…
– « Qui vous a dit ça ? » Hurla Charlot Offrèzze.
– « La même personne qui nous a dit que vous en avez aussi acheté des lingeries fines que vous avez fait envoyer à l’adresse d’Hillary Varien… Il est inutile de jouer avec nous au plus fin, plus longtemps, Offrèzze. Tous vos voisins jurent que votre femme, même si elle a flirté un peu, était bonne fille, mais que vous, de votre côté sortiez régulièrement, et de façon éhontée avec Hillary Varien. »
Charlot Offrèzze avait l’air d’un animal pris au piège !
– « Tout prouve que c’est le sergent qui a tué ma femme, » hurla-t-il. « Il connaissait l’heure du crime… »
– « Il connaissait votre femme, » rétorqua Quentin… « Il la connaissait très bien. Mais il n’est pas sorti avec le soir du crime… Il est rentré chez lui, j ai les preuves, à un moment où vous admettez que votre femme n’était pas encore revenue de la bibliothèque paroissiale… »
– « Ça ne prouve rien. »
– « Il y a des choses qui se prouvent mieux que ce que vous pensez… Roméo Frigo a mis sa voiture au garage le soir même et il a deux témoins pour l’affirmer. Par ailleurs, sur la porte de son garage, nous avons prélevé  vos empreintes et celles d’Hillary Varien.
Dans la voiture de Roméo, on retrouve vos empreintes à tous les deux.
De la boue séchée retrouvée sur les roues avant du véhicule de Roméo Frigo correspond à la boue dans laquelle a été retrouvé le cadavre de votre femme.
Sur la manivelle que vous teniez en main, le sang séché et les cheveux blonds correspondent à l’ADN de votre femme. Cette manivelle est l’arme du crime.
Il y a aussi une trace de pas qui correspond à la chaussure droite d’Hillary VARIEN près du cadavre de votre femme… »
Et Quentin Gendarmerit afficha un air dépité et triste.

– « De plus, je reconnais au doigt de cette fille une bague qui me fut minutieusement décrite par votre voisine mitoyenne… Cette bague n’est-elle pas le mobile de votre dispute avec elle, le soir du crime, à l’heure du souper ? Des cris nous furent rapportés !  »
L’inspecteur leva alors les bras au ciel…
– « Que voulez-vous de plus, Offrèzze ? Moi j’en ai assez pour vous prouver par A plus B, votre forfait et la complicité d’Hillary Varien. Je vous arrête pour meurtre de votre femme Charlotte Offrèzze. Vous allez en prendre au moins pour 30 ans, et votre complice au minimum pour 10… »
Il fit un geste envers l’un des plantons resté dans le bureau et les deux prisonniers repartirent en cellule…
Mais par la porte entrouverte, Hillary se retourna, en hurlant :
– « C’est lui, » dit-elle, « c’est lui. Je ne voulais pas, mais il m’a entraînée … J’ai résisté tant que j’ai pu. »

Charlot Offrèzze poussa un rugissement…
– « Salope ! Garce ! C’est elle qui a tout manigancé en tirant les ficelles… »
Mais les policiers les emmenèrent en dépit de leurs protestations…
Quentin Gendarmerit se retourna vert son ami Nestor Boyaux, et déclara :
– « Ce sera facile… Ce sera facile de les faire parler maintenant et d’obtenir des aveux… »
Il soupira et s’adressa au sergent toujours présent dans le bureau.
– « Et toi, mon cher Roméo Frigo, retiens bien cette affaire pour en tirer les leçons qui s’imposent… »
Le sergent eut un long soupir en expirant ensuite profondément…
– « Je crois que je vais me souvenir longtemps de cette affaire, Inspecteur… »
– « Moi aussi je m’en souviendrai de cette affaire-là, » souffla Nestor. « Je ne suis pas prêt de prendre pour argent comptant des conclusions hâtives… »

FIN !

Auteur/autrice : ZAZA-RAMBETTE

Une bête à corne née un 13 AVRIL 1952 Maman et Mère-Grand...! Vous trouverez ici : humour de bon matin, sagas historiques sur ma Bretagne, des contes et légendes, des nouvelles et poèmes, de très belles photographies de paysages et d’animaux, de la musique (une petite préférence pour la musique celte), des articles culturels, et de temps en temps quelques coups de gueules...! Tous droits réservés ©

22 réflexions sur « SAC DE NŒUDS … !!! »

  1. Wouah une enquête bien menée par l’ami Nestor et…Zaza!
    Tu vas encore nous en concocter une autre, dis, stp?
    Bon dimanche!
    Bises de Mireille du sablon

  2. Une fin que j’attendais impatiemment… merci pour tout, Zaza.
    Tu es une pro de l’intrigue, j’adore !
    Bises et douce journée.

  3. Bonjour Zaza, tout est « bien ficelé » les coupables sont mis sous les verrous , encore une affaire qui a été solutionnée d’une main de maître celle de Nestor à qui on ne la fait pas. Super Zaza. Bisous bon dimanche MTH

  4. Bonjour Zaza
    Une enquête est toujours longue mais la vérité finit toujours par se savoir avec de bons enquêteurs !
    Bravo à toi pour ton imagination débordante, c’était très agréable de te suivre de semaine en semaine
    Merci pour ton partage
    Bisous, bon dimanche

  5. Bravo pour ce sac de nœuds bien résolu. Nestor et Quentin ont travaillé main dans la main et l’affaire a pu se résoudre sans erreur judiciaire.
    Bon dimanche Zaza
    Bises

  6. Bonjour, et bien, quelle histoire, les coupables sont confondus à la fin, tout est comme il faut, bravo pour les trouvailles des noms des personnages, c’est très distrayant ! Bonne fin de dimanche, bisous.

  7. Bonjour Zaza
    Enquête bien menée et si c’est la nana qui a tiré les ficelles c’est Zaza qui a défilé le sac de nœuds
    Bisous et bonne journée
    Oui les 4 pattes des caresses aussi

  8. dommage c’est fini, bravo chere Zaza, une enigme bien contée, et une bonne fin, les mechants seront punis, nous attendons, la prochaine affaire,avec grande impatience, amities et grosses bises

  9. et bien encore merci pour cette histoire bien sympathique avec des personnages que nous aimons tous. Bientôt tu pourras éditer un livre car tu commences à avoir un bon nombre d’épisodes. Bises

  10. et tout est bien qui finit….mal pour l’assassin :-) quant au choix des noms on les déguste avec plaisir comme ta charlotte offreze !
    à quand le prochain ?
    Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.