SAC DE NŒUDS … !!!

Chapitre I/VIII

Simplement étrange parce qu’au lieu de vaquer à ses occupations ordinaires de détective hors pair …

Au lieu d’être ce qu’il était toujours, un personnage mystérieux qui agit en toute discrétion, sous le couvert de déguisements suivant les enquêtes qu’il a en charge…
Au lieu d’être, en somme, notre Nestor Boyaux, celui auquel les criminels et même la police sont habitués…
Au lieu d’être tout ça, ce matin-là il était tout simplement lui-même, sans déguisement, sans artifice…
Un homme bien mis, d’allure distinguée, visage sérieux, les yeux perçants !

La veille, Quentin Gendarmerit, l’inspecteur principal de la brigade criminelle du 36 quai des Orfèvres, lui a téléphoné.

– « Je veux que tu me rendes un service… Un grand service. »
– « Lequel ? »
– « Je suis exténué, j’ai du travail par-dessus la tête avec ces manifestations à la noix et cette violence qui ne fait que croître et embellir au fil du temps. J’ai confié une affaire délicate à ta grande amie, l’inspecteur Ella Danloss
, et Léo Parre m’aide sur un autre dossier chaud brûlant… Pourrais-tu te charger d’une mission à ma place ? »
– « De quoi s’agit-il ? »
– « Il s’agit d’aller chercher une prévenue dans la maison d’arrêt des femmes de Versailles, mais sans faire de publicité. Tu es l’homme de la situation pour une telle mission. »
– « Ah ? »
– « Et en revenant, de la faire parler, si possible… »
 – « Je ferai ça pour toi… Mais quand ? »
– « Demain matin ! »
– « Jeudi matin ! … C’est un peu rapide, non… »
– « C’est encore plus pressé que tu le crois. Il faudrait que vous partiez avant que le jour ne se lève, pour filer discrètement et sans être suivi. »
– « Mais pourquoi, donc ? »
– « Une fois la levée d’écrou effectuée, il faut que vous me la rameniez, incognito, au 36 ! »
– « Mais pourquoi ? Pourquoi ? »
– « Simplement parce que nous devons extrader cette prévenue, l’avion qui décolle de Roissy pour les States, vendredi prochain à 10 heures, voilà pourquoi… »
– « Et qui m’accompagne ? »
– « Un nouveau sergent, un type d’Ella Danloss qui est avec nous depuis quatre mois seulement. Tu iras récupérer devant le centre culturel du 59 de la rue de Rivoli… »
– « Est-ce que je le connais ? »
– « Peut-être. »
– « Comment se nomme-t-il ? »
– « Roméo Frigo. »
– « Connais pas… »
– « C’est un bon et il est très gentil, tu vas bien t’arranger avec lui… »
– « Ça marche. Je prends ma voiture à moi ? »
– « Oui. »
Nestor raccrocha.
Il avait beaucoup de sympathie pour Quentin Gendarmerit qui venait rejoindre la brigade criminelle du 36, comme inspecteur principal et il ne se sentait pas capable de refuser ce qui lui était demandé par son ami.
Il retrouva donc son compagnon d’infortune, le lendemain matin alors qu’il faisait encore nuit noire, devant le centre culturel du 59 de la rue de Rivoli, prenant la route un peu avant cinq heures…
Le jeune policier, un beau grand mec, solide, très bien habillé, et selon toute apparence un bon vivant, baillait comme une souche installée aux côtés de Nestor.
– « J’ai mal dormi, » dit-il, « couché trop tard… levé très tôt, comme vous le constatez… »
– « Je vais conduire, » répondit Nestor 
– « Pas de soucis, mais sortant de l’autoroute à Rocquencourt, je reprendrai le volant si vous le voulez bien. Je vais tâcher de faire un petit somme… »
Roméo Frigo éternua bruyamment. Il sortit un mouchoir…
Le mouchoir était teinté de rouge à lèvres…
– « Couché très tard, ah, ah… » Railla Nestor. « Sans aucun doute, cher ami, sans aucun doute… »
Roméo éclata de rire…
– « Après tout, vous savez, je ne suis pas marié… autant en profiter quand il y a une bonne occasion à saisir, non ? … »
Et il s’inclina le siège passager en arborant un demi-sourire…
– « Vous dormez ? » Demanda Nestor.
– « Je dors, oui. Vous me réveillerez dans une petite heure, cela devrait rouler correctement à cette heure-ci. »
– « Pourquoi ? Vous savez, je peux me rendre directement à la prison des femmes qui se situe au 28 rue de Paris, non loin du château de Versailles. »
– « Une idée comme cela, juste une petite idée… Un compagnon de voyage qui dort, c’est ennuyeux, n’est-ce pas… »
– « Je vous en prie, cher ami, vous pouvez dormir sur vos deux oreilles. »
– « De toutes les façons, ce laps de temps me permettra de récupérer, » fit le sergent. 
– « A votre gré, » déclara Nestor, « c’est vous qui voyez ! »
Nestor restait très attentif à la conduite pendant que Roméo roupillait.
Arrivé à Rocquencourt, en sortant de l’autoroute, il alla se garer sur le parking du Pacha Club, pour réveiller Roméo Frigo qui ronflait comme une locomotive.
Nestor se mit à fredonner :
 « Sur la route d’Roméo… Il y avait un p’tit Frigo… »

A suivre

Auteur/autrice : ZAZA-RAMBETTE

Une bête à corne née un 13 AVRIL 1952 Maman et Mère-Grand...! Vous trouverez ici : humour de bon matin, sagas historiques sur ma Bretagne, des contes et légendes, des nouvelles et poèmes, de très belles photographies de paysages et d’animaux, de la musique (une petite préférence pour la musique celte), des articles culturels, et de temps en temps quelques coups de gueules...! Tous droits réservés ©

26 réflexions sur « SAC DE NŒUDS … !!! »

  1. Ah Zaza, sais-tu que tu es la seule à me faire lire des « policiers », ces livres n’ont pas ma préférence…j’attends avec impatience la suite bien sûr…
    Bon dimanche!
    Bises de Mireille du Sablon

  2. Bonjour Zaza, j’attendrais le dimanche avec impatience pour avoir la suite, cela me semble encore une aventure à » la mord -moi- le noeud »; Bien trouvé Roméo Frigo, mais je me demande s’il sera efficace, il a l’air bien « mollasson » bisous bon dimanche MTH

  3. Ah merci beaucoup d’avoir invité Nestor Boyaux à reprendre du service pour nos dimanches .
    J’attends impatiemment le prochain épisode .
    Bon dimanche Zaza
    Bises

  4. Et voilà notre Zaza qui nous embarque dans les aventures de son Nestor préféré.
    Alors à bientôt pour la suite.
    Bisous Zaza et caresses à tes compagnons à quatre pattes

  5. super cette idée pour le dimanche !
    mais pourquoi est il allé jusqu’au pacha Club , c’est à gauche qu’il devait tourner et pas à droite pour Versailles ?

  6. Plaisir de retrouver tes personnages pleins de verve et uniques en leur genre, ma Zaza!
    Tu m’as alléchée, envie d’aller voir la suite
    Gros bisous et plein d’amitié
    Cendrine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.